Résistance Identitaire Européenne

Littérature

Une moto pour Barbara - Saint Loup

moto

 

Barbara, jeune avocate révoltée par le barrage que les hommes établissent devant son ambition de devenir un maître du barreau, devient un mannequin riche et célèbre. Menacée par la loi de son milieu – inversion sexuelle, drogue, prostitution dorée –, elle est sauvée par la moto dont elle s’éprend au cours d’une séance de pose. Elle essaie d’être pilote de vitesse mais, là non plus, ne réussit pas à vaincre les hommes. Elle rassemble alors une bande de contestataires qui trouvent, dans la moto, le cheval de Don Quichotte. Bientôt, la bande ne comprendra plus que des filles décidées à ressusciter les cruelles Amazones. Elles préparent l’enlèvement du Président de la République quand… Janus, l’oncle de Barbara, mystérieux animateur de sociétés secrètes qui, depuis 1945, reprennent le flambeau de Thulé et de l’Ordre Noir, intervient. L’aventure finira dans le Grand Nord de la Sibérie.

On retrouve dans ce roman l’amour de Saint-Loup pour la moto, vue comme une chevalerie moderne, et les grands thèmes de l’auteur : la volonté de puissance, la primauté du héros civilisateur, la quête du Graal. Car Une moto pour Barbara n’est rien d’autre qu’une version moderne de Parsifal.

Marc Augier, dit Saint-Loup (1908-1990), a laissé une œuvre foisonnante qui résonne encore formidablement aujourd’hui. Une moto pour Barbara est le troisième roman réédité par Auda Isarn après Nouveaux Cathares pour Montségur et La République du Mont-Blanc.

A commander chez Auda Isarn

Imprimer

LUCIEN REBATET (1903-1972) par Robert Poulet

rebatet

 

Vers 1850, le public croyait que les grands écrivains de cette époque se nommaient François Ponsard, Casimir Delavigne, Pierre de Béranger, Guillaume Viennet—plus Chateaubriand, Lamartine, Hugo parce que ça crevait les yeux. En 1972, la majorité des gens, même cultivés, éclairés, parieraient sur l'immortalité de Troyat, Cesbron, Peyrefitte, Sagan, parce qu'ils tirent à cent mille. C'est aussi bête.

Depuis vingt-cinq ans, les Deux Étendards (réédités récemment, toutefois) n'ont pas trouvé beaucoup de lecteurs. Quatre à cinq mille malins ont flairé tout de suite l'importance extrême de l’Éducation sentimentale. Or, vus de haut, les deux romans se valent. Parfaitement! Ce Rebatet-là doit être placé au même niveau que Flaubert. Avec ce correctif qu'en nous touchant moins, car il se distingue plus par l'intelligence que par la sensibilité, il nous intéresse davantage, s'appliquant à ce qui se passe aujourd'hui d'essentiel dans le monde et dans la cervelle humaine.

 

2etan

 

Oui ou non, sommes-nous de simples paquets de matière, animés par un hasard cosmique, ou des créatures sur lesquelles pèse le regard d'un mystérieux Invisible? Rebatet, après avoir organisé la controverse, qui prend chez lui la forme d'un drame juvénile, d'une allégresse bondissante, penche pour la première hypothèse. Mais ses personnages le harcèlent, le bousculent. C'est eux qui, tout fumants de pensée, de tendresse et de sensualité, sortent armés de cet énorme ouvrage. Et le débat reste ouvert.

Le roman le plus fort et le plus beau, selon moi, qu'on ait écrit depuis un tiers de siècle...

Il fut conçu en prison, l'auteur en effet appartint au cercle très fermé des ex-condamnés à mort, qui se reconnaissent entre eux et fraternisent d'instinct, quelle que soit la cause pour laquelle ils ont risqué le poteau, la potence, la guillotine, la chambre à gaz ou la chaise électrique.

 

decombres

 

L'un des crimes qu'on reprochait au collaborateur de Je suis partout, c'est d'avoir publié les Décombres, pamphlet du genre abominable. Mais le genre abominable, quand il est traité avec ce talent, issu d'une sincérité passionnée, devient aisément, à retardement, le genre admirable. Puis le genre classique. Voir Aubigné, Bayle, Rousseau, Chénier, Courier, Bloy. Quoi qu'il en soit, je conseille aux veinards qui détiennent quelque exemplaire de l'édition Denoël (1941) de la garder avec soin : il atteint déjà, en bibliographie, des cotes très élevées.

Les Épis mûrs (Gallimard 1954) montrent à quel point l'histoire de Michel et de Régis, porteurs respectifs des « deux étendards », avait vidé l'imagination du romancier. Il en est qui, comme Constant, Fromentin, Proust, sont et doivent rester les « hommes d'un seul livre ». Du moins, d'un seul livre de fiction. Car Une Histoire de la musique, qui a paru il y a trois ans chez Laffont, met en lumière un autre Rebatet. Qui aurait pu, tout aussi bien que Palestrina, Bach, Strauss ou Messiaen, commenter la peinture hellénistique, le quattrocento, l'impressionnisme et l'« action-painting », cent fois mieux que les spécialistes. D'une part il sentait étonnamment les choses; et d'autre part il les exprimait en langage excellent. Ce pourquoi son Histoire dame le pion, sur tous les points, à toute la musicologie internationale.

 

epis

 

Quand on a produit trois ouvrages de cette valeur, on peut mourir. Et n'est-ce pas le sort de tout condamné à mort?... Du moment qu'il peut dire à ses juges : « Après vous! »...

Un petit homme vif, le masque taillé pour l'invective, le vocabulaire poissard, qui, tout à coup, s'affinait d'une manière exquise, l'esprit toujours en éveil, sur lequel descendait depuis peu une inattendue modération, le cœur dur et la peau ultra-sensible, avec un air où se mêlaient inextricablement le génial et le vulgaire, une amertume affreuse, à cause de la «conspiration du silence», mais l'assurance d'avoir raison un jour de tous les muets-par-ordre et des sourds-volontaires : voilà Lucien Rebatet.

Il a eu des torts, il n'était pas sympathique (sauf à ses amis très proches et à la jeunesse); il grognait ou «gueulait» tout le temps? C'est égal : vous avez ses trois livres.

Si, avant de les ouvrir, vous faites la petite bouche, pour des motifs extra-littéraires, tant pis pour vous.

(6 septembre 1972)

Sources : Robert Poulet – « Billets de sortie » - 1975.

Imprimer

EZRA POUND (1885-1972)

220px Ezra Pound 1963

Si le titre de prince des poètes existait sur le plan international, à qui l'aurait-on décerné maintenant, sinon à ce vieillard magnifique, dont l'œuvre n'était pas indigne d'être comparée à celle de Dante ou de Pétrarque?

L'édifice des Cantos s'élevait sans une défaillance depuis quarante ans; et ses plus récentes assises s'épanouissaient encore, toutes chargées de rosaces et de gargouilles, comme le faîtage d'une cathédrale. Qui, à l'exemple de l'infatigable bâtis­seur, aurait osé proposer aux hommes de ce temps une image aussi puissante et aussi brillante de leur effort, en y ajoutant tous les avertissements qu'il appelle?... Seul, le grec Kazantzakis, dans un esprit tout différent, a tenté l'entreprise, sous le couvert du mythe d'Ulysse. Ezra Pound n'avait pas besoin de mythe. Il était à lui-même son propre mythe. Comme il créait à mesure sa propre langue, en laquelle les gardiens les plus sourcilleux de la rigueur classique découvraient avec stupeur l'anglais du seizième siècle, galvanisé, mais respecté, par un barbare du Far-West.

Dès ses trente ans, le cow-boy Pound trônait au centre de la littérature anglo-américaine. C'était lui, planté solidement à Paris, dans son accoutrement de troubadour équestre ou de chemineau champion de boxe, qui distribuait à ses com­patriotes et à leurs cousins britanniques les portions de gloire qui leur revenaient. Rien n'a changé depuis dans les valeurs qu'il avait infailli­blement discernées : Eliot, Lawrence, Stein, Joyce, Hemingway, Scott Fitzgerald ont été projetés dans leur vie et dans leur œuvre par le poète fulgurant qui avait inventé, pour les soutenir, une nouvelle espèce de critique, curieusement senten­cieuse, mais soulevée par une exultation intérieure.

Soudain il disparut, il s'enfonça dans ce qu'il nommait « le profond et chaud passé ». C'est d'Italie que vinrent alors les grands livres de réflexion et de doctrine. Et surtout la suite des Cantos, hymnes d'une inlassable tension lyrique, mais aussi d'une intraitable liberté; du Whitman dur et grouillant, qu'enserrait une prosodie de virtuose déchaîné.

Pendant ce temps, où en étaient les autres poésies?... À deux ou trois tons au-dessous, dans la constriction valéryenne ou dans la dilution esséninienne. Il n'y avait plus que là, chez le paysan de l'Idaho, petit-fils d'un bandit, qu'on trouvait ce ferment verbal qui fait éclater le monde en fragments rythmés, dès les premiers vers de la Divine Comédie.

pound salut

Hélas, le monde réel, le monde de la prose et de l'action, était secoué par des mouvements moins sublimes! Ami de Mussolini, séduit par l'emblématique fasciste, Ezra Pound tint des propos, répandit des écrits, qui le rangeaient, à l'époque suivante, dans le clan des maudits. On le lui fit bien voir.

À Libourne, le grand poète fut enfermé dans une cage de fauve, où les enfants des écoles venaient cracher sur lui à travers les grilles. On le ramena aux États-Unis, qui hésitèrent entre le pendre et le déclarer fou. C'est ce dernier parti qui prévalut.

220px Ezra Pound 1945 May 26 mug shot

Douze ans dans un asile d'aliénés... Mais tous les écrivains américains vénéraient ce génie captif et humilié, auquel les Russes finirent par donner des pendants, avec Siniavsky et Soljénitsyne.

Libéré en 1958, Pound retourna en Italie, reprit sa vaste construction poétique. De ces épreuves-là, on sort brisé ou durci. Lui restait exactement le même, attentif, souriant, avec de nouvelles inspirations qui semblaient encore le gonfler, l'élargir et l'orner, à quatre-vingt-sept ans!

Il est mort. Il n'y a plus nulle part de grand génie littéraire.

(8 novembre 1972)

Sources : Robert Poulet - « Billets de sortie » - 1975.

Imprimer

LE PROCÈS DE JEANNE D'ARC, par Robert Brasillach. (Éditions de la N. R. F.)

le proces de jeanne d arc

Ce qu'il faut à des malades qui retrouvent la santé, ce sont de substantielles nourritures. De même, il importe que, délaissant le stérile verbalisme des idéologies mortes, nous revenions vers les valeurs fondamentales de notre génie. C'est une démarche héroïque tant elle exige d'amour et d'humble simplicité. Les extraits du Procès de Jeanne d'Arc, que Robert Brasillach aujourd'hui propose à notre méditation, peuvent nous aider beaucoup dans cette réinvention de nous-mêmes.

Jeanne, devant ses inquisiteurs hypocrites, vils et soudoyés, reste calme et simple. D'une simplicité lumineuse qui fait transparaître les masques dont se couvre la haine.

Anglais et Bourguignons n'ont qu'un but : déshonorer le roi de France en convainquant d'hérésie cette fille qui l'a fait sacrer. Le procès apparent est d'ordre religieux; le procès réel est d'ordre politique. Aux premiers mots, nous apercevons avec effroi qu'elle est d'avance condamnée. Qu'importent les formes de la procédure! — elle est viciée quant au fond. L'on écarte d'ailleurs délibérément du tribunal tous les juges capables d'innocenter la Pucelle. On élude tout recours au pape. On ne parle que théologie à cette enfant qui « ne sait ni lire ni écrire ». On introduit dans son cachot de prétendus visiteurs et de pseudo-confesseurs qui ne sont qu'espions mal déguisés. Au lieu de jeter Jeanne, accusée religieuse, dans une prison d'Eglise, on la confie à la garde irrespectueuse et toute politique des Anglais. On mène une atroce offensive de haine contre la pureté de cette jeune fille. L'horrible Cauchon, mitre en tête, dirige l'assaut. L'Université même daigne se prononcer contre l'authen­ticité des apparitions. Jeanne doit être sacrifiée : la Raison d'État anglaise l'exige.

Mais calomnies, hypocrisies, malveillances, cruautés, malhonnêtetés, pièges et fourberies, loin d'entacher la grandeur virginale de Jeanne, la font miraculeusement resplendir.

Inébranlablement simple et lumineuse malgré l'assaut de ces ténèbres hostiles, Jeanne répond à ses juges. Et chacune de ses paroles touche au sublime. Rien ne l'embarrasse. (L'on songe irrésistiblement au Christ répondant aux pharisiens.) Rien ne peut porter atteinte à la magnifique vérité de Jeanne.

Sa vérité? simplicité, courage, bon sens. Voilà tout ce qu'elle oppose à la duplicité des questions ambiguës dont l'accablent ses ennemis.

Héroïque, Jeanne ne laisse pas d'être humaine. Elle pleure, elle doute, elle a peur. Elle n'est pas seulement admirable : elle est émouvante. Nous la sentons proche et semblable. Au cimetière de Saint-Ouen, elle semble tomber de lassitude nerveuse et de dégoût; puis, courageusement se relève. Le Christ aussi priait son Père d'éloigner de lui le Calice...

La foule pleurait autour de Jeanne marchant au supplice. Et nous sommes de cette foule. (Seuls, quelques Anglais s'efforçaient de ricaner.)

Mais Jeanne maintint sa foi jusqu'à la mort; et, tandis que les flammes déjà mordaient son corps net et entier, qui ne fut jamais corrompu : « Les voix que j'ai eues étaient de Dieu, disait-elle. Tout ce que j'ai fait, je l'ai fait par le commandement de Dieu. Non, mes voix ne m'ont pas déçue ! »

Le bourreau ne parvint pas à réduire en cendres son cœur. La coalition de l'hypocrisie et de la haine ne put anéantir sa vérité. Nous en vivons.

Le Procès, de Jeanne d'Arc n'est pas seulement notre plus belle épopée nationale; c'est l'Évangile français. Nous traversons une époque où il importe de relire cet évangile.

PIERRE  LEFORESTIER.

Sources : La Nouvelle Revue Française – 1er octobre 1941

Imprimer

Dante Alighieri: une nouvelle victime de la cancel culture

Dante 1

Le 21 mai 1265, Dante Alighieri naquit en Italie, mais en Occident, cette date n'est plus célébrée.

Aujourd'hui, ce serait tout simplement dangereux de la célébrer. Comment cela se fait-il, me direz-vous? Dante est le symbole de la poésie occidentale, un classique mondialement connu. C'est vrai. Mais ce génie médiéval italien n'a pas non plus été épargné par la guillotine du politiquement correct.

Lorsque la Divine Comédie est tombée entre les mains de défenseurs des droits de l'homme, de libéraux et de mondialistes enragés, ils ont jugé l'œuvre de Dante ‘’politiquement incorrecte’’. Et c'est tout. Pas de Dante. Il est devenu une autre victime de la nouvelle culture politique. Désormais, ses œuvres ne peuvent être imprimées qu'avec des coupures et avec la mention que leur contenu est non politiquement correct.

Techniquement, Dante a fait placer le fondateur de l'Islam dans une partie pas très agréable de l'espace sacré. Et les libéraux, qui ne se soucient généralement pas de l'Islam, ni d'aucune religion traditionnelle d'ailleurs, ont soudainement décidé qu'une telle lecture pourrait avoir un effet négatif sur le psychisme des migrants originaires de pays islamiques. Et qu'ils doivent en être protégés afin de ne pas provoquer des accès d'agressivité imprévisibles.

Cela semble absurde, mais dans notre monde, presque tout semble absurde. Il est temps de s'y habituer.

Ici, tous les protagonistes de cette censure sont dans la position de l’idiot complet :

  • Les censeurs eux-mêmes (tout d'abord, on peut imaginer le vieux Soros accompagné de la petite Greta Thunberg feuilletantLa Divine Comédie, soulignant les endroits suspects) ;
  • et les Européens, qui doivent maintenant se repentir non seulement du colonialisme et du meurtre du junkie Floyd, mais aussi de Dante ;
  • et les musulmans eux-mêmes, qui semblent si faibles d'esprit qu'ils sont incapables d'apprécier la distance qui sépare le Moyen Âge chrétien de l'Europe moderne, et prennent tout au pied de la lettre et réagissent immédiatement de manière brutale - comme des maniaques incontrôlables.

Mais il est clair que la localisation de Mahomet dans l’œuvre de Dante n'est qu'une excuse. Dante est l'encyclopédie du Moyen Âge européen, le grand monument de la théologie, de la philosophie, de la poésie, de la culture. Dante est l'apogée de l'esprit chrétien de l'Europe occidentale du moyen-âge, le chantre solennel de l'Empire, de la religion et de l'amour chevaleresque. De nombreuses générations d'Européens se sont inspirées de Dante pour former leur personnalité. Selon les modèles posés par Dante, les héros de l’Europe ont construit leur destin et leur vie.Fideli d'amore - Fidèles d'Amour. Dante a exprimé les idéaux de cette société courtisane chevaleresque de l'élite aristocratique chrétienne.

dante telecharger livres 60fea2de e3ce 4550 b773 4564231bc7b7

C'est pour cela que Dante est exécuté aujourd'hui. Il est le porteur d'une autre Europe - une Europe de l'esprit et de l'idée, de la foi et de l'honneur, du service et du grand Amour. Les gouvernants modernes de l'Europe détestent tout cela farouchement. C'est pourquoi ils interdisent Dante, le retirent des programmes d'enseignement, l'accusent de manquer de tolérance et le soumettent à la honte.

L'Europe détruit ses fondations, érode ses piédestaux, jette hors de leurs tombes les reliques impérissables des génies.

Nous ne devons en aucun cas nous engager dans cette voie. Il s'agit de protéger non seulement nos génies russes, mais aussi les grands penseurs, artistes et poètes d'Europe. La Russie n'a jamais été un pays européen, mais nous avons toujours été capables d'apprécier la grandeur européenne - la pensée, l'art et le génie. Même si les Européens ne nous comprenaient pas, nous les comprenions. Et nous avons respecté ce qui était admirable chez eux. Aujourd'hui, alors que les Européens jettent le grand Dante à la poubelle de leur civilisation effondrée, il est grand temps de l'élever et de l’inscrire sur notre bannière.

Dante est à nous. Nous le connaissons, l'honorons, le lisons, l'enseignons et le comprenons. Sans le vouloir, la Russie se retrouve dans le rôle de gardien et de protecteur des valeurs européennes, mais des valeurs, et non des résultats de la décadence européenne, de la décadence et de la dégénérescence. Le libéralisme et la mondialisation ne sont pas encore le lot de toute l'Europe. De plus, c'est l'Anti-Europe.  Par conséquent, en les adoptant, l’Europe renonce à ses racines. Nous n'abandonnons pas les nôtres. Et les génies européens sont proches de nous.

L'amor che move il sole e l'altre stelle

Nous devons être des Fidèles d'Amour.

Et si l'Amour s'épuise, qu'est-ce qui fera bouger le soleil et les étoiles ?

Alexandre Douguine

Ex : https://katehon.com/ru/article/dante-aligeri-novaya-zhert...

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites