Résistance Identitaire Européenne

Géopolitique

L’admission de l’Iran à l’OCS comme concrétisation d’un concept eurasiatique plus large

hqdefault

 

Le 17 septembre, lors du sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à Douchanbé, au Tadjikistan, la République islamique d’Iran a été admise au sein de l’organisation en tant que membre permanent – elle y était auparavant observatrice. L’achèvement complet du processus pourrait toutefois prendre un certain temps – les procédures et le calendrier ne sont toujours pas clairs. Alors, qu’est-ce que cela signifie pour l’Iran, et pour le monde ?

L’OCS, également connue sous le nom de Pacte de Shanghai, est une alliance eurasiatique économique, politique et de sécurité, comprenant la Chine, la Russie, le Kazakhstan, le Kirghizstan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan, ainsi que l’Inde et le Pakistan – et maintenant l’Iran. La Turquie est un partenaire de dialogue depuis 2012, ainsi qu’un certain nombre d’autres États.

L’OCS est le successeur des Cinq de Shanghai, qui était un accord de sécurité mutuelle, formé en 1996, et qui visait à l’époque à résoudre les différends territoriaux survenus après la chute de l’Union soviétique. En 2001, les dirigeants de ces cinq nations, plus l’Ouzbékistan, se sont réunis à Shanghai et ont annoncé la création d’une nouvelle organisation visant à approfondir la coopération économique et politique eurasienne. La charte de l’OCS a été signée en 2002 et est entrée en vigueur en 2003. L’Inde et le Pakistan l’ont rejointe en 2017.

L’OCS met l’accent sur la coopération en matière de sécurité face aux « trois maux » que sont le terrorisme, le séparatisme et l’extrémisme. Les membres de l’OCS coopèrent également sur les questions de sécurité liées au trafic de drogue et à la criminalité. Des exercices militaires conjoints sont régulièrement organisés.

L’Iran souhaitait adhérer à l’OCS depuis au moins 2000, et avait posé sa candidature en 2005, sans succès. À l’époque, Pékin était particulièrement incertain en raison de l’intense pression internationale sur le programme nucléaire de Téhéran. Depuis lors, les relations de l’Iran avec la Chine et la Russie ont évolué. En mars, Pékin et Téhéran ont signé un accord de coopération économique à long terme – dans le cadre de l’initiative « la Ceinture et la Route ». Il s’agit en soi d’une sorte de coup porté aux efforts déployés par Washington pour isoler la République islamique. Quant à la Russie, elle s’aligne sur l’Iran sur un certain nombre de questions, comme le soutien au gouvernement syrien dans sa lutte contre les rebelles. En outre, Pékin et Moscou participent tous deux à l’accord sur le nucléaire iranien.

Ce nouveau développement arrive donc à un moment intéressant, avec le retrait des troupes américaines d’Afghanistan. La plupart des pays limitrophes de ce pays sont membres (à part entière ou en tant qu’observateurs) de l’OCS, et cette organisation peut donc contribuer à coordonner les efforts visant à stabiliser l’Afghanistan.

Quant aux implications plus concrètes et immédiates, que gagne l’Iran à l’OCS ? Eh bien, il faudra peut-être quelques années avant qu’il puisse tirer parti de son nouveau statut. En effet, son commerce international ne peut être stimulé sans la levée des sanctions ou sans un accord nucléaire.

Cependant, l’adhésion à part entière confère à Téhéran une sorte d’acceptation internationale dont il a grandement besoin. Moscou et Pékin dirigent l’organisation, ce qui pourrait apporter à l’Iran, en tant que membre de l’OCS, un soutien accru dans sa lutte diplomatique avec les États-Unis.

Les nouveaux développements concernant l’OCS doivent être considérés à la lumière de projets et d’aspirations sino-russes plus vastes, tels que le concept de grand partenariat eurasiatique de Vladimir Poutine. En juin, par exemple, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, a souligné la possibilité de relier l’Union économique eurasienne (UEEA) à l’initiative chinoise « Belt and Road », formant ainsi un nouveau « plan géostratégique » pour la paix et la stabilité sur le continent eurasien, « de Lisbonne à Jakarta » – selon Lavrov, ce plan serait ouvert aux membres de l’OCS, de l’UEEA, de l’ANASE et, à l’avenir, même de l’Union européenne.

Il s’agit bien entendu d’une tâche géopolitique monumentale à long terme, notamment en ce qui concerne la coopération avec l’UE – qui ne semble pas être une possibilité concrète dans un avenir prévisible, même si certains voient dans le Nord Stream un début potentiel. L’ANASE est un autre défi, en raison de la forte présence et de l’influence de la QUAD, même en ce qui concerne la nouvelle construction géopolitique de « l'Indo-Pacifique ». Dans la guerre des concepts d’aujourd’hui, les points de vue et les modèles sont proposés et construits par le biais de discussions et de documents diplomatiques et ces nouveaux concepts peuvent également changer et façonner la réalité. En ce qui concerne l’Eurasie, ce qui importe le plus, pour le moment, c’est une vision eurasienne partagée qui est précisément proposée et construite.

Et, avec les quatrièmes réserves de pétrole et les deuxièmes réserves de gaz naturel du monde, l’Iran a un rôle important à jouer dans ce modèle. Avec son nouveau port à Chabahar, ainsi que des liaisons ferroviaires allant jusqu’en Asie centrale, l’Iran pourrait en fait devenir une plaque tournante pour le corridor international de transit nord-sud (INSTC). En outre, sa position stratégique (au cœur de la bordure sud de l’Eurasie) pourrait constituer un lien clé pour une liaison ferroviaire contiguë entre l’Europe et la Chine. Outre les gains potentiels évidents pour toutes les parties, toutes ces possibilités comportent leurs propres complications et le potentiel d’affecter l’équilibre stratégique sino-russe, pour un certain nombre de raisons.

La pleine acceptation de l’Iran au sein de l’OCS entraîne également ses propres défis, du point de vue chinois : après avoir annoncé l’adhésion de l’Iran, le président chinois Xi Jinping a également annoncé que l’Égypte, le Qatar et l’Arabie saoudite devaient devenir des partenaires de dialogue. Cela montre que Pékin est soucieux d’équilibrer ses relations avec l’Iran, d’une part, et avec les pays du Conseil de coopération du Golfe, d’autre part. En fait, on pourrait affirmer que les intérêts et les relations de la Chine avec ces derniers sont encore plus profonds. L’admission de ces trois pays entraînera toutefois d’autres défis pour toutes les parties, car chacun d’entre eux a ses propres relations avec les États-Unis en matière de sécurité, et l’on peut supposer que ces relations seront mises à l’épreuve par la participation à une organisation axée sur la sécurité dirigée par Moscou et Pékin.

Toutefois, en dehors des programmes contradictoires, tous ces pays, y compris l’Iran, partagent une préoccupation immédiate et à long terme concernant la stabilité de l’Afghanistan et de l’Asie centrale – et l’OCS constitue le forum idéal pour coordonner les politiques. Ainsi, dans le schéma géopolitique complexe des choses, le départ des États-Unis d’Afghanistan pourrait se traduire par un rapprochement du Golfe arabe avec la Chine.

Source: InfoBrics (traduction breizh-info.com)

Vu sur Breizh-info.com - 29/09/2021.

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites