Résistance Identitaire Européenne

Géopolitique

Aérocratie

ae1

 

L'aérocratie est un terme qui exprime l'une des formes les plus importantes de domination du monde, la domination de l'air.

Au sens strict, le mot « air » désigne l'air qui nous entoure, l'air que nous respirons. Dans un sens plus large, l'air est l'ensemble de l'atmosphère, l'environnement gazeux autour de la terre, et l'espace proche. Il y a ensuite le concept alchimique de l'air, l'un des quatre éléments cosmogoniques (avec l'eau, le feu et la terre). Lui est associée la sphère de l'esprit, qui plane au-dessus de la matière dense et forme le Ciel chrétien.

Pour la Russie, l'air, dans tous ses sens, est un domaine d'une importance capitale. Le cosmos russe, dans sa spécificité, s'adresse dans une plus large mesure au ciel qu'à la terre. Invisible en termes d'espace, et en même temps fermé, autosuffisant, il est plus « aérien » que matériel. Les célèbres paroles de Jean de Cronstadt (photo) selon lesquelles la Sainte Russie a des frontières avec Dieu ont un fondement profond.

 

ae2

 

Les particularités du destin historique et de la géographie de la Russie, qui se reflètent naturellement dans les frontières de l'URSS, ont déterminé les grandes lignes de l'Idée russe. Étant multidimensionnelle et supranationale, elle comprend comme éléments essentiels l'idéalisme, la sobornost, l'impérialisme, le colonialisme, le volontarisme, le cosmisme. Tous ces éléments sont reliés à l'élément « air », au ciel, et ont un vecteur divin ou surhumain. Sur le plan religieux, ils indiquent la voie de la perfection intérieure, tandis que sur le plan technique, ils indiquent la sphère de l'expansion extérieure.

Au cours de la première décennie du vingtième siècle, le rêve séculaire des humains de conquérir le ciel a commencé à se réaliser. Les avions ont été fabriqués en production industrielle. Une révolution dans les transports et les communications a commencé. Si, au cours de la Première Guerre mondiale, les avions n'ont eu que des fonctions auxiliaires et que la charge principale du transport était assurée par les transports maritimes et terrestres, l'issue de chaque opération militaire majeure au cours de la Seconde Guerre mondiale dépendait dans une large mesure de la participation de l'aviation. L'URSS, principal vainqueur d'Hitler, avait terminé la guerre avec une puissante flotte aérienne, principale artère de transport du commonwealth socialiste, tandis que son allié temporaire, les États-Unis, avait créé une structure coloniale moderne basée sur l'aviation. 

Un nouveau cycle de rivalité entre les superpuissances s'est développé face aux changements dans l'infrastructure du monde. S'appuyant sur une marine traditionnellement puissante, les pays anglophones, menés par les États-Unis, ont créé un système mondial de « thalassocratie » (pouvoir par la mer) avec l'aide de l'aviation. Ils ont entouré les pays terrestres du Pacte de Varsovie d'un réseau de bases militaires et les ont enfermés dans le continent. Le blocus géopolitique a été complété par le rideau de fer dans le domaine de l'information, plaçant effectivement les Russes en dehors des frontières de la « civilisation occidentale ».

 

ae3

 

L'URSS et ses nouveaux alliés, principalement à l'Est, n'avaient pas la capacité technique de répondre symétriquement à l'Ouest. L'inévitable solution asymétrique à la division des sphères d'influence a été la course à l'aérospatiale. Le contrôle de la mer, de l'océan mondial et de sa civilisation, ne pouvait être exercé que depuis l'espace. Cette vérité alphabétique de la stratégie militaire, qui découle naturellement de la logique même du développement du monde, a contribué à ce que les projets fantastiques de Tsiolkovsky de coloniser l'Univers commencent à prendre des traits de plus en plus réalistes. 

 

ae4

 

La concurrence pour la domination de l'espace a inévitablement entraîné une rivalité dans le domaine de la haute technologie. Deux systèmes de normes, indépendants l'un de l'autre, ont vu le jour. Chaque découverte scientifique et technologique a fini par graviter vers le système soviétique ou américain. La course technologique, qui s'est transformée en une guerre des civilisations, la « guerre froide », a été perdue par l'URSS. Elle a été perdue pour des raisons idéologiques, et non technologiques. 

Aujourd'hui, l'Occident, qui triomphe sur ses lauriers, nous propose, au lieu du désarmement idéologique, un désarmement militaro-technique. Cette politique est menée sous le couvert de la lutte pour la paix et un environnement propre à travers des projets dits communs, des sociétés mixtes et des programmes internationaux. Cette coopération, pour ne pas dire plus, ne reflète pas toujours les intérêts russes. Les sponsors étrangers nous accordent des prêts temporaires et en échange, ils reçoivent des informations stratégiquement importantes. 

 

ae5

 

L'histoire de la lutte pour la station orbitale Mir et le projet Alpha en est un exemple typique. Ayant reçu un montant relativement faible pour la modernisation de l'industrie aéronautique, la partie russe a en fait volontairement remis l'initiative stratégique entre les mains des États-Unis et de ses partenaires de l'OTAN. Si la station Mir était un symbole de l'ère soviétique dans l'histoire de l'aérocratie, Alpha est en train de devenir un symbole de la domination américaine dans l'espace.

Il est également important de comprendre que l'aérocratie moderne est étroitement liée à la médiocratie - le pouvoir dans le domaine de l'information. Toutes les formes de communication les plus récentes, où la haute technologie a été introduite (télévision, radio, ordinateur, téléphone), sont réalisées à travers « l'air » ou « l'espace ». 

Dans les nouvelles conditions, la lutte pour le ciel acquiert d'autres caractéristiques. Cependant, les anciens problèmes - spirituels, économiques, de colonisation - ne sont pas abolis, mais seulement élevés à un nouveau niveau. La question de savoir à qui appartiendra le « ciel » réside finalement dans la solution du problème de la domination elle-même. 

Faisons donc tout ce qui est en notre pouvoir pour que la jeune génération du peuple russe remporte une victoire décisive dans la bataille pour les sphères d'influence stratégiques et que, lors d'un défilé festif, elle répète fièrement les paroles de ses grands-pères : « Hourra ! Le ciel est à nous ! L'espace est à nous ! ».

Pavel Toulaev

Vu sur Euro-Synergies

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites