Résistance Identitaire Européenne

Géopolitique

Un ordre mondial multipolaire, contre-projet au « one world »

mul1

 

Que le monde était simple, que la politique mondiale était claire, lorsqu'il y avait encore les deux grands blocs de puissance, l'OTAN dominée par les Etats-Unis et le Pacte de Varsovie dominé par les Soviétiques. Lorsque l'Ouest libre et le bloc communiste de l'Est s'affrontaient. Rien d'autre n'avait d'importance, le reste était le tiers monde et la Chine communiste, et ce reste somnolait dans un strict isolement. Avec l'effondrement du socialisme réellement existant, donc celui du bloc soviétique, certains observateurs politiques pensaient que la victoire de la démocratie occidentale à l'échelle mondiale était désormais imminente, qu'il n'y aurait donc qu'une seule superpuissance, à savoir les États-Unis et leurs alliés en Europe, et donc la domination de la démocratie occidentale. On pensait que cette démocratie occidentale devait s'imposer dans le monde entier et que la religion civile des droits de l'homme devait planer au-dessus d'elle, en quelque sorte comme une maxime morale et éthique ultime à vocation humaine globale. L'ensemble de la communauté internationale, des anciennes républiques communistes soviétiques aux pays en développement, des pays émergents aux États islamiques, tous, absolument tous devraient se plier à ce modèle occidental de société et d'État, le néolibéralisme en tant que modèle d'ordre, le libre-échange, l'économie de marché libre en tant que système économique l'emportant sur tous autres régimes et toutes autres considérations. « One world », un monde uniformisé au sens du politiquement correct, deviendrait ainsi en quelque sorte le telos final de l'histoire de l'humanité.

Cette conception d'un nouvel ordre mondial, entièrement développée dans l'esprit du néolibéralisme et du capitalisme tardif, n'était curieusement pas très éloignée des concepts culturels communistes 1) de l'homme nouveau dans une société sans classes et 2) du dépassement des différences ethniques et culturelles. Les deux conceptions, tant la conception néolibérale de l'uniformisation globale des nations que la conception communiste culturelle du nivellement de l'individu en soi, ignoraient la différence et la diversité des êtres humains, de leur évolution sociale et de leurs spécificités culturelles. Et c'est pour cette raison que ces deux concepts ont échoué.

Au cours des deux premières décennies du nouveau siècle, un monde multipolaire s'est en effet développé, caractérisé par plusieurs centres de pouvoir politique, par une multitude « d'acteurs » mondiaux et par des valeurs étatiques totalement différentes. Dernièrement, l'échec des conceptions néolibérales du « monde unique » a été mis en évidence par le fiasco désastreux de la politique américaine en Afghanistan. C'est ainsi qu'à côté des pays industrialisés occidentaux, de la superpuissance traditionnelle et mondiale que sont les Etats-Unis, de l'Etat nord-américain qu'est le Canada et de l'Europe en voie d'intégration, nous trouvons toute une série d'autres centres de politique de puissance sur cette planète. La Russie de Vladimir Poutine, qui a pu se consolider après la chute et l'éclatement de l'Etat multiethnique soviétique, joue ici un rôle politique mondial, tout comme la Chine, en plein essor économique. Le monde islamique joue également un rôle, tout comme les pays émergents d'Amérique du Sud autour du Brésil, mais aussi l'Inde et le continent australien.

Certains modèles d'organisation, traditionnels et dépassés, tels que le Commonwealth britannique, seraient ici réduits à une simple enveloppe historique et la domination existante, telle que celle que les Etats-Unis ont réussi à exercer avec l'OTAN, serait relativisée. Bien sûr, les Américains restent la plus grande puissance militaire de la planète, mais les déchirements internes, le déclin structurel et économique relativisent considérablement cette puissance militaire. Quant aux Européens, qui pourraient encore être le centre économique de la planète, ils deviennent, en raison d'une décadence sociale croissante et d'un manque de courage politique, un « acteur » de second plan dans la politique mondiale.

Restent la Russie de Vladimir Poutine et la Chine communiste avec son système économique capitaliste d'État. Après l'intermède de Boris Eltsine, la Russie est revenue depuis longtemps sur la scène politique mondiale et y joue un rôle important et tout à fait mesuré. Comparé aux aventures militaires des Etats-Unis, qui se soldent généralement par des fiascos, l'engagement militaire de Poutine en Syrie, par exemple, est limité mais efficace. Le dirigeant syrien Assad n'a pu s'imposer qu'avec l'aide de la Russie. Quant à la Chine, le régime du PC a réussi à garantir une certaine prospérité à ses citoyens tout en devenant le rival économique des puissances occidentales dans le monde. Depuis longtemps, la puissance économique chinoise a un statut d'égal à égal avec les États-Unis et l'Union européenne.

Cette multipolarité de l'ordre mondial actuel est également liée à une pluralité des systèmes sociaux et économiques, des valeurs qui sous-tendent les différentes puissances. Il s'agit d'une part des démocraties de type occidental, où l'on observe déjà, aux États-Unis, des signes de dissolution démocratique ou des divisions entre deux camps antagonistes, qui ne peuvent plus être surmontés par la voie du consensus démocratique.

 

mul2

 

Les démocraties dirigées, telles qu'elles existent par exemple dans la Russie de Poutine, n'en sont pas si éloignées du point de vue qualitatif. Et les systèmes autoritaires, comme la dictature du PC en Chine ou l'État islamique et théocratique en Iran, ou encore diverses oligarchies dans les pays émergents, montrent qu'il existe ici une diversité de systèmes d'ordre politique qui ne peuvent pas être mesurés à l'aune des critères occidentaux ou européens. C'est probablement une conséquence de l'ancienne vision euro-centrique du monde que les Européens, et à leur suite les Américains, ont cru que les valeurs et les conceptions de l'État européennes ou occidentales devaient s'imposer dans le monde entier. Dans un monde multipolaire, il faut renoncer à cette idée. Et même les droits de l'homme prétendument universels ne sont que partiellement valables et applicables dans ce contexte. Dans la société des castes en Inde, dans les États d'Afrique noire avec des structures tribales traditionnelles, mais aussi dans des pays comme le Cuba communiste, d'autres critères sont appliqués. La question de savoir qui s'imposera dans cet ordre mondial multipolaire et qui occupera la position de leader reste ouverte. L'hégémonie mondiale des Etats-Unis appartient en tout cas à l'histoire, la Pax Americana est du passé. Cela ne signifie pas pour autant qu'un ordre mondial chinois doive s'imposer, mais plutôt qu'un concert de puissances mondiales pourrait voir le jour. Et de nouvelles puissances mondiales pourraient également émerger. Les puissances régionales actuelles comme l'Inde, l'Iran, le Brésil et la Turquie affichent clairement leurs ambitions de dépasser leurs sphères d'influence régionales actuelles.

Pour nous, Européens, la question se pose de savoir si nous avons encore un rôle à jouer dans ce concert de puissances mondiales, tel qu'il semble caractériser le 21ème siècle. Les grandes puissances traditionnelles comme la France et le Royaume-Uni sont livrées à elles-mêmes face aux nouvelles échelles, trop faibles aussi pour cela. L'Allemagne, première puissance économique de l'Union européenne, évite jusqu'à présent de mener une politique de puissance, quelle qu'elle soit. L'Union dans son ensemble va de crise en crise et ne parvient pas vraiment à s'imposer comme un « acteur » de la politique mondiale et de la politique de puissance. Et jusqu'à présent, il n'y a guère de tendances contraires. Les forces centrifuges entre les puissances européennes deviennent plutôt plus efficaces, et le Brexit n'a peut-être été qu'une première étape. Et pourtant, il faut le constater : la seule chance des nations européennes de s'affirmer à l'avenir sur la scène politique mondiale réside dans l'union.

Andreas Mölzer

Ex: https://andreasmoelzer.wordpress.com/2021/11/11/eine-multipolare-weltordnung/

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites