Résistance Identitaire Européenne

Géopolitique

Les mirages de la guerre : 6 illusions issues de nos récents conflits

g1

 

Plus de 15 ans de combats continus ont profondément façonné la façon dont l’armée américaine pense la guerre. Les conflits en Irak et en Afghanistan ont profondément coloré la façon dont ceux qui y ont servi pensent aujourd’hui au caractère même de la guerre – en particulier parmi les forces de l’armée, des Marines et des opérations spéciales qui ont supporté le plus gros des combats. L’expérience du combat est inestimable pour les dirigeants chargés de mener des guerres et de conseiller les décideurs politiques sur l’usage de la force. Mais elle engendre également des préjugés et des angles morts subconscients, qui peuvent les empêcher de penser clairement et de manière créative aux types de guerres qu’ils mèneront à l’avenir.

Prédire l’avenir – y compris le caractère des guerres futures – est une entreprise incroyablement difficile et souvent infructueuse, car il y a toujours trop d’incertitude et trop peu d’informations. Comme Daniel Kahneman et Amos Tversky l’ont largement documenté, des préjugés systémiques et inconscients affectent la manière dont les gens traitent l’information, en particulier lorsqu’ils tentent de donner un sens à la complexité. L’un des biais les plus importants est appelé (alerte au jargon !) l’heuristique de disponibilité : plus un exemple nous vient facilement à l’esprit, plus nous sommes susceptibles de penser qu’il représente l’avenir. Comme nous nous souvenons généralement plus clairement des expériences récentes que des expériences passées – en particulier des expériences très intenses comme le combat – nous supposons souvent inconsciemment que l’avenir ressemblera à une extension linéaire de ces expériences passées.

Alors que cette génération du temps de guerre continue d’accéder aux rangs les plus élevés de l’armée américaine, elle aura deux responsabilités majeures : fournir des conseils militaires aux décideurs politiques et faire des choix stratégiques sur les armes et la structure des forces qui détermineront comment les États-Unis mèneront leurs futures guerres. Cependant, leur vision de l’avenir peut être profondément affectée par leurs expériences passées, d’une manière dont ils ne sont peut-être même pas conscients. Nous pensons qu’il existe au moins six illusions tirées des guerres récentes qui peuvent sérieusement déformer la façon dont ces dirigeants expérimentés au combat pensent et planifient les conflits futurs.

Illusion 1 : la guerre est centrée sur la terre. Parce que les guerres en Afghanistan et en Irak se sont concentrées sur la conquête du contrôle de vastes masses terrestres et de leurs populations, l’armée de terre et le corps des Marines ont été le centre de l’univers militaire américain depuis 2001. Bien que l’armée de l’air et la marine aient apporté une aide considérable, toute une génération de chefs militaires a grandi en voyant la guerre sous un seul angle : la guerre terrestre avec les troupes terrestres en tête. Dans le langage militaire, l’armée de terre et les Marines (souvent accompagnés des forces d’opérations spéciales) ont été les services d’appui, l’armée de l’air et la marine étant les services de soutien. Pour certains, cela semble maintenant être l’ordre naturel des choses. Récemment, un officier de grade intermédiaire de l’armée de terre a demandé à l’un d’entre nous si les autres services étaient prêts à soutenir l’armée, non seulement dans les missions de contre-insurrection, mais aussi dans les opérations interarmées de haute intensité. Cette question est valable, mais elle suppose implicitement que l’armée de terre restera le service soutenu à l’avenir – et rien ne garantit que ce sera le cas. Une guerre contre la Chine, par exemple, pourrait se dérouler en grande partie dans les airs et en mer, les opérations sur terre n’étant que des escarmouches périphériques. Au-delà de la fourniture d’une logistique de théâtre essentielle, l’armée de terre est-elle prête à jouer un rôle de combat important pour soutenir les forces navales et aériennes ? Cela pourrait l’obliger à développer de nouvelles capacités de combat, telles que des missiles anti-navires terrestres à longue portée, ou à réaffecter ses hélicoptères d’attaque armés de missiles et ses drones à des missions anti-navires ou anti-sous-marines. L’armée de terre examine actuellement de nombreuses capacités de ce type dans le cadre du nouveau concept de bataille multi-domaine, mais cette initiative n’en est qu’à ses débuts et il est loin d’être clair si et comment elle sera mise en œuvre.

Illusion 2 : Il y aura suffisamment de temps pour s’adapter. Les guerres suite au 11 septembre sont de loin les plus longues de l’histoire américaine, et elles ne montrent aucun signe de conclusion [article datant de 2017, NdT]. Pour le meilleur ou pour le pire, cela a donné à l’armée américaine un temps considérable pour s’adapter sur le champ de bataille et corriger ses erreurs. À titre de comparaison, les États-Unis sont entrés, ont combattu et ont gagné la Seconde Guerre mondiale en moins de temps qu’il n’en a fallu aux dirigeants américains pour reconnaître l’échec de leur stratégie en Irak et adopter une approche anti-insurrectionnelle radicalement différente – et plus efficace. Dans les guerres futures contre une grande puissance, les actions sur le champ de bataille et les mouvements et contre-mouvements stratégiques se dérouleront probablement à la vitesse de l’éclair, avec des conséquences immédiates et catastrophiques en cas d’échec. Une adaptation continue et, parfois, quasi instantanée, peut être nécessaire pour éviter une défaite désastreuse. Rien dans notre récente expérience en temps de guerre n’a préparé nos chefs militaires à cette nouvelle réalité de guerres menées à une vitesse stupéfiante. Le temps ne sera pas du côté de l’Amérique.

Illusion 3 : la technologie américaine domine. Aujourd’hui, les forces américaines ne peuvent pas mener d’opérations sans des technologies très avancées telles que le GPS, les capacités de vision nocturne, les armes de frappe de précision, les communications par satellite, les ordinateurs et l’Internet, le tout soutenu en coulisse par des logiciels complexes. Ces technologies fournissent des capacités mondiales inégalées à l’armée américaine, qui les a largement considérées comme acquises lors des dernières guerres parce qu’elles n’ont jamais été sérieusement menacées. La dépendance de l’Amérique à l’égard de ces technologies présente également une grave vulnérabilité. Tout futur adversaire capable sera presque certain d’attaquer et de perturber autant de ces capacités que possible. Des attaques généralisées de réseaux informatiques, l’usurpation de réseaux de commande et de contrôle, la perturbation ou la destruction de satellites clés et des attaques cinétiques sur des drones et autres systèmes sans pilote dégraderaient rapidement ces capacités américaines essentielles. Malgré ces dangers, les forces américaines sont devenues dépendantes aux technologies numériques et ont largement perdu leur capacité à opérer dans un monde analogique de cartes, boussoles, navigation inertielle, radios FM et HF, bombes non guidées et ordres d’opérations sur papier. Lors de la prochaine guerre majeure, les bombes américaines peuvent manquer, les données informatiques peuvent être corrompues, les avions peuvent dévier de leur trajectoire, et personne ne saura pourquoi – ni ne sera préparé à s’adapter rapidement à une guerre sans chiffres fiables.

Illusion 4 : les réserves américaines sont épuisées. Les forces américaines en Irak et en Afghanistan ont été de loin les troupes américaines les mieux approvisionnées de tous les temps. Elles ont opéré au bout d’un énorme pipeline logistique qui livre quotidiennement toutes sortes de provisions, directement des États-Unis et du monde entier. Les fruits et légumes frais (ainsi que les steaks et les homards occasionnels) sont livrés à presque toutes les bases des zones de combat. Même les troupes se trouvant dans des avant-postes éloignés peuvent généralement envoyer des courriels, téléphoner ou utiliser Skype pour communiquer avec leurs familles restées au pays. En revanche, les guerres futures seront probablement menées d’une manière qui rendra impossible la mise en place ou le maintien d’une telle dorsale logistique, car les sites fixes tels que les bases logistiques (sans parler des troupes massées) seront vulnérables. Dans les opérations de haute intensité, les sites fixes comme les bases logistiques (sans parler des troupes massées) seront vulnérables aux tirs de roquettes de précision à longue portée et aux missiles lancés par avion. Les forces américaines, en particulier les forces terrestres, peuvent être amenées à opérer sans ravitaillement adéquat, et à combattre et gagner dans des conditions d’extrême austérité. Le chef d’état-major de l’armée de terre, le général Mark Milley, a dit aux soldats de s’attendre à peu de soutien dans les futures batailles, au-delà de l’eau, de la nourriture, des munitions, du carburant, de la maintenance et des traitements médicaux. N’étant jamais du genre à mâcher ses mots, Milley a averti que « apprendre à être à l’aise avec le fait d’être sérieusement misérable chaque minute de chaque jour devra devenir un mode de vie pour une armée sur le champ de bataille que je vois venir ».

Illusion 5 : Il y aura beaucoup de munitions de haute technologie. Les guerres récentes n’ont pas sérieusement mis à l’épreuve les réserves de munitions des États-Unis, car la plupart des batailles individuelles étaient des engagements relativement petits et courts (bien qu’aigus) contre des ennemis à faible technologie. Pourtant, dans une future guerre majeure contre un adversaire beaucoup plus capable, les munitions – en particulier les munitions de précision avancées – seront probablement consommées à un rythme féroce. Dans une guerre contre la Russie ou la Chine, ou même contre la Corée du Nord ou l’Iran, les États-Unis dépenseraient incontestablement des milliers (voire des dizaines de milliers) de leurs roquettes, missiles et bombes guidées les plus sophistiqués dans les premiers jours. Les stocks de ces armes sont limités, et il sera difficile, voire impossible, d’étendre soudainement les chaînes de production d’une usine pour en produire rapidement davantage en cas de crise. Par conséquent, quelques jours seulement après le début d’une guerre majeure, les forces américaines peuvent être confrontées à des pénuries de missiles avancés, de bombes guidées et d’autres munitions difficiles à remplacer, et il n’est pas du tout certain qu’elles soient en mesure de continuer à combattre efficacement sans ces armes. Pour se prémunir contre ce défi prévisible, les services devraient s’assurer qu’ils développent une doctrine pour combattre et gagner dans de telles conditions dégradées.

Illusion 6 : Les États-Unis n’auront jamais besoin d’un service militaire. Le fait que les États-Unis aient été en mesure de poursuivre deux conflits longs et illimités avec une force entièrement volontaire a rendu la perspective d’un futur service militaire de plus en plus impensable pour les militaires comme pour la population civile. Le récent débat sur l’obligation pour les femmes de s’inscrire au service sélectif a donné lieu à de nombreux arguments (et même à des propositions de loi) selon lesquels les hommes ne devraient pas non plus s’inscrire au service obligatoire. Un éditorial a même affirmé : « Il est difficile d’imaginer un conflit dans le monde d’aujourd’hui dans lequel cette nation ne pourrait pas compter sur ses forces volontaires. » Mais c’est précisément ce que nous devons imaginer. Comme nous l’avons écrit, les États-Unis doivent se préparer à la prochaine grande guerre – le genre de guerre qui pourrait nécessiter jusqu’à des centaines de milliers de soldats, avec des niveaux de destruction et de pertes potentiellement stupéfiants. Dans une telle guerre, l’idée que l’armée américaine disposera toujours d’un nombre suffisant de volontaires qualifiés pourrait rapidement devenir un vœu pieux. Pendant la Première Guerre mondiale, par exemple, seules 300 000 personnes se sont portées volontaires pour s’engager dans l’armée. 2,7 millions de personnes supplémentaires ont été enrôlées par conscription. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les conscrits représentaient plus de 60% des quelque 18 millions de personnes qui ont servi dans les forces armées américaines. Les futures grandes guerres pourraient connaître un manque similaire de volontaires, surtout si les pertes sont élevées lors des premières batailles. C’est pourquoi les États-Unis ont toujours besoin du service militaire, même si la possibilité de faire la guerre avec la conscription semble lointaine. Bien que le service militaire reste profondément impopulaire, l’opinion publique pourrait changer radicalement après une attaque contre les États-Unis qui tuerait des dizaines ou même des centaines de milliers d’Américains (sans parler de millions).

Les chefs militaires américains doivent toujours trouver un équilibre entre les besoins des combats d’aujourd’hui et les conflits possibles de demain. Pourtant, plus de 15 ans de combats dans des conflits irréguliers de bas niveau ont inévitablement – et souvent inconsciemment – affecté la capacité des chefs militaires américains à penser clairement aux futurs champs de bataille, en particulier pour les opérations de haute intensité contre des adversaires très capables. Ces guerres seront probablement importantes, dangereuses et très destructrices, et elles seront menées selon un calendrier très accéléré qui exigera une adaptation rapide de l’armée américaine. Elles peuvent rapidement réfuter de nombreuses hypothèses profondément ancrées concernant les services qui seront en tête, les technologies et les capacités qui seront disponibles, et la durabilité de la force entièrement volontaire. Dissiper ces illusions de guerre est une étape très importante pour s’assurer que l’armée américaine est prête à combattre et à gagner les guerres du futur.

David Barno et Nora Bensahel

Le lieutenant-général David W. Barno, USA (retraité) est un praticien distingué en résidence, et le Dr Nora Bensahel est une chercheuse distinguée en résidence, à la School of International Service de l’American University. Tous deux sont également associés principaux non résidents à l’Atlantic Council.

Source : War On The Rocks (11 avril 2017) traduction Hervé pour Le Saker Francophone

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites