Résistance Identitaire Européenne

Géopolitique

Les choses ne se présentent pas bien pour la souveraineté du Japon

ja1

 

La Chine, l’Inde, la Russie et d’autres nations libres sont confrontées à des difficultés de respect et de confiance mutuels lorsqu’elles s’engagent avec les dirigeants du Japon, car le Japon n’est pas une nation souveraine.

Le Japon impérial s’est rendu aux États-Unis le 15 août 1945, mettant ainsi fin à la Seconde Guerre mondiale. Depuis lors, les dirigeants japonais doivent consulter leurs occupants américains avant de signer quoi que ce soit avec d’autres pays, ce qui empêche fondamentalement l’unification de l’Asie.

Les États-Unis ont démantelé le Japon.

D’abord, ils ont saisi toutes les armes, machines, plans et inventions japonaises. Ensuite, ils ont pris le contrôle de l’approvisionnement en nourriture et en énergie. Enfin, ils ont persécuté des centaines de milliers de nationalistes pour alimenter la peur au sein de la population : Obéissez !

Les États-Unis voulaient tout du Japon, les réparations de guerre, les réserves d’or, la fabrication et les services.

Le Japon devrait payer pour sa propre occupation par les États-Unis jusqu’à la fin des temps. Actuellement, Tokyo dépense environ 8 milliards de dollars par an pour maintenir les 34 bases américaines.

Les impérialistes ont inventé un terme impérial pour leurs mondes forgés, ils les appellent « nations exportatrices ». Ainsi, le Japon, tout comme l’Allemagne nazie vaincue, est devenu une nation d’exportation pour la fabrication, ce qui signifie essentiellement qu’ils doivent maintenant produire des machines pour l’Empire américain.

Et si c’est trop, Japon, tu peux toujours en trouver et en voler plus. Regardez autour de vous. Construisez vos usines partout sur le pourtour du Pacifique, mais n’oubliez pas d’envoyer la moitié de tout aux États-Unis et à ses alliés.

Malheureusement, cela rend le Japon trop cher.

Le système politique américain est certainement « libéral et démocratique », alors le régime japonais de 1950 s’est empressé de s’appeler le « Parti libéral démocrate du Japon ».

Une grande partie du Japon a également été renommée. Le confucéen est devenu « chrétien », le bouddhisme est devenu « philosophie ». Le colonialisme est devenu le « mondialisme », et l’assujettissement des nations étrangères est maintenant appelé « partage des valeurs ». Faites ce que les États-Unis vous disent selon « l’ordre fondé sur des règles », et le Japon s’identifie désormais comme [faisant partie de] « l’Occident ».

Le fait que le Japon ait été torturé et maltraité pendant si longtemps a presque rendu impossible tout engagement de la Chine et d’autres pays avec le Japon sans un embargo américain. C’est comme si les États-Unis, avec une batte de baseball ensanglantée en main, ordonnaient au Japon : « Ne parlez pas avec les Chinois ! »

En conséquence, personne au Japon ne parle chinois. Même si c’est leur voisin de 1,4 milliard d’habitants. Les enfants n’apprennent pas la langue à l’école.

Les Japonais sont notoirement surchargés de travail, et pourtant le PIB moyen par habitant, après trois quarts de siècle de dictature américaine, est toujours inférieur de 33% à celui des États-Unis, alors que la charge fiscale est 100% plus élevée.

Plus horrible encore, les États-Unis ont « emprunté » au Japon des biens d’une valeur de 1300 milliards de dollars qu’ils n’ont jamais payés et qu’ils ne paieront jamais (dernière vérification, le 1er mai 2022).

Le peuple japonais a-t-il jamais bénéficié du fait d’agir comme l’Occident associé ? Non. Lorsque le Japon a imité les puissances occidentales aux XIXe et XXe siècles et a colonisé la Mandchourie, Taïwan, la Corée du Sud et les Philippines, le véritable Occident a rapidement saboté le Japon et celui-ci a tout perdu, et plus encore.

Même aujourd’hui, après sept décennies d’occidentalisation, les puissances occidentales de l’OTAN, du G7 et des alliances militaires du QUAD considèrent surtout le Japon comme un traître asiatique utile.

Washington sanctionnera le Japon à tout moment. Le train de sanctions le plus infâme contre le Japon a été la coupure de la nourriture, du pétrole et des métaux dans les années 30 du siècle dernier, suivie du gel de tous les actifs japonais à l’étranger, ce qui a entraîné l’attaque désespérée du Japon contre la base de la marine américaine à Pearl Harbor.

Depuis 2016, les États-Unis menacent à nouveau le Japon avec des sanctions infernales : Si vous n’achetez pas nos derniers chasseurs militaires Boeing pour combattre la Chine, si vous ne soutenez pas l’Ukraine contre la Russie, nous vous traiterons de raciste et inonderons votre pays de dix millions de plombiers africains. Nous licencierons également le groupe Toyota et ferons d’une femme névrosée votre prochain premier ministre, etc…

Environ 86 000 militaires et dirigeants américains gouvernent le Japon (dernière vérification : juillet 2022). Ils disposent de porte-avions américains, d’armes nucléaires, de drones tueurs, de sous-marins et d’agents dans chaque ministère, université, groupe de réflexion et ONG. Le complexe de l’ambassade américaine est plus grand que la Diète nationale du Japon.

Voici la triste réalité : Le Japon est le terminal de l’hégémonie américaine dans le Pacifique, et sa richesse et son pouvoir sont la richesse et le pouvoir des États-Unis, pas de l’Asie.

Depuis 40 ans maintenant, le Japon connaît le déclin ou la stagnation. Qu’est-ce qui nous fait penser qu’un plus grand assujettissement des États-Unis est meilleur pour le Japon ?

L’accord commercial américano-japonais de 2020 ou et l’accord de partenariat économique UE-Japon de 2019 sont en fait des traités injustes. Étudiez-les. Il n’existe pas une seule norme japonaise dans le monde. Tokyo signe son propre asservissement à des puissances étrangères, et pour quoi ? Pour exclure l’Asie.

La Chine n’interfère pas dans la politique des nations souveraines. Si le Japon veut se décoloniser, il ne peut le faire que de l’intérieur.

Il faut cependant qu’il le veuille vraiment – et il n’y a aucun signe de cela pour l’instant. L’Inde a été gouvernée par l’Angleterre pendant 200 ans. Hong Kong a été une colonie britannique pendant 156 ans.

Le Japon est une colonie américaine depuis 77 ans maintenant, et Washington a toujours le vent en poupe. L’Occident va probablement gaspiller Tokyo dans des combats illégaux entre l’empire américain et les pays libres voisins.

Cette folie pourrait cesser si le Japon mettait à la porte les occupants américains et se faisait à nouveau « respecter ».

L’Asie pour les Asiatiques.

Thorsten J. Pattberg.

source : The Saker - traduction Réseau International

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites