Résistance Identitaire Européenne

Guerre Culturelle

Le plan américain de guerre en Ukraine implique aussi l'Europe

it1

 

Les signaux provenant de la table des négociations, après plusieurs cycles de pourparlers entre l'Ukraine et la Russie, pourraient permettre de progresser et de surmonter la phase d'impasse, avec l'acceptation préalable par l'Ukraine de certaines conditions, mais les États-Unis y ont mis leur veto et leur marionnette Zelensky s'est pliée à leurs directives.

Il n'en reste pas moins que la guerre aurait pu être évitée si les États-Unis et l'OTAN avaient adopté une attitude différente face aux demandes de la Russie concernant sa propre sécurité et la nécessité pour l'OTAN de ne pas s'étendre sous ses frontières. Au lieu de cela, quelqu'un a voulu et instigué la guerre, et ce quelqu'un se trouve à Washington et à Londres.

Toutefois, nous attendons de voir si l'administration Biden opposera définitivement son veto aux pourparlers en cours, étant donné qu'elle soutient le régime de Kiev en lui envoyant massivement de nouvelles armes et des prêts financiers.

Il semble clair désormais que les Etats-Unis ne veulent pas la paix en Ukraine mais la poursuite de la guerre, quel qu'en soit le coût, étant donné que le prix sera payé par d'autres, en premier lieu les Ukrainiens, utilisés comme chair à canon pour les intérêts américains, et en second lieu les Européens qui paieront les plus lourdes conséquences de la crise économique et de l'afflux de réfugiés.

La guerre permet aux États-Unis de maintenir leur hégémonie et est donc un fait utile qui produit des affaires pour l'industrie de l'armement et contribue à engager et à affaiblir la Russie. C'est le point de vue du parti de la guerre qui soutient Biden à Washington et prévaut au Congrès.

Dernier développement en date, le même parti de guerre de Washington a enrôlé les caméras d'Hollywood pour diffuser des images de prétendus massacres commis par les troupes russes en Ukraine et gagner la guerre de propagande médiatique. Il s'agit d'une technique habituelle des services de renseignement anglo-américains, déjà adoptée en Syrie avec l'aide des « casques blancs » mais qui, dans ce contexte, n'a pas donné les résultats escomptés. Il n'est pas certain que cette fois-ci elle puisse produire des résultats, mais face à la clameur des fausses nouvelles, elle pourrait se retourner contre ceux qui l'emploient cyniquement.

Les gouvernements européens suivent la ligne américaine même si elle est en conflit évident avec leurs propres intérêts et sans être conscients que cette ligne les mènera vers le chaos, la récession, les troubles sociaux et, en un mot, vers l'abîme. Le poids de cette politique sera supporté par les sections les plus faibles et les plus défavorisées de la population.

L'arrogance américaine et la servilité européenne semblent n'avoir aucune limite.

Ce qui importe aux États-Unis, c'est la poursuite de l'hégémonie, même si elle sape les fondations de leur propre puissance. Les gouvernements européens suivent sans réserve les directives américaines, même au prix d'une dévastation économique dans leur propre pays.

Tout cela ne peut empêcher l'émergence d'un nouvel ordre multipolaire mondial dans lequel les puissances occidentales seront reléguées à un rôle secondaire et non plus dominant sur la scène internationale.

Liés à leur objectif hégémonique, les États-Unis et le Royaume-Uni poursuivent également l'objectif de détruire l'Union européenne dans sa composante économique. Ceci afin de priver l'Europe de son importante industrie, devenue non compétitive en raison des coûts de l'énergie, de réduire l'agriculture et de rendre l'Europe de plus en plus dépendante et intégrée aux États-Unis, une solution qui présente de nombreux avantages pour l'élite du pouvoir américain. En substance, faire de l'Europe sa propre colonie, un marché pour ses propres industries et toujours subordonnée aux directives du patron américain.

De sorte que l'on puisse percevoir que l'UE restera la principale victime de cette guerre, la guerre que les États-Unis ont constamment et méthodiquement déclenchée contre la Russie pendant de très nombreuses années. La stratégie anti-russe et anti-européenne de Washington n'a pas commencé en 2014, ni même en 2008, mais remonte à bien plus tôt.

Le pire cauchemar des États-Unis a toujours été ce projet eurasien lui-même : un immense espace économique ouvert de Lisbonne à Vladivostok. Une économie totalement autosuffisante avec des perspectives de développement incroyables. Une perspective qui, par le passé, avait eu ses partisans parmi certains politiciens européens qui comprenaient le projet. Il est vrai que, même à l'époque, l'Europe était sous le contrôle des États-Unis, mais il était encore possible à l'époque d'avoir une certaine marge de manœuvre pour construire sa propre politique souveraine. Cependant, ce qui s'est passé depuis a produit un changement pour le pire dans les élites européennes, qui sont de plus en plus subordonnées au pouvoir d'outre-Atlantique.

Les nouvelles élites européennes ne sont que des gouverneurs généraux coloniaux qui, en général, ne se soucient pas de leurs pays et de leurs peuples. Ces gens sont prêts à ruiner même l'économie de leur propre pays, juste pour plaire au maître suprême. L'inclusion des pays baltes et de la Pologne dans l'Union européenne s'est avérée très utile, car ils sont littéralement devenus les chefs d'orchestre de la ferme volonté de leur maître d'outre-mer. L'Europe, qui n'était pas complètement libre dans les années d'après-guerre, a été réduite à la subordination et à la vassalité à la puissance américaine.

De plus, il semble que ce processus soit déjà irréversible. L'Europe ne pourra plus échapper à ce piège et, si elle tente de le faire, elle se prépare à un nouvel afflux de réfugiés, ou à une autre surprise. En ce moment, les troupes américaines se déversent en Europe comme un fleuve. Bientôt, il sera tout à fait possible de parler d'occupation directe.

Et s'il y a des politiciens qui ont le courage de résister à ce processus, on peut être sûr qu'il y aura des tentatives pour les éliminer et les destituer comme agents du Kremlin.

Luciano Lago

Source: https://www.ideeazione.com/il-piano-americano-per-la-guerra-in-ucraina-coinvolge-anche-leuropa/

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites