Quand des groupes de métal sortent le drapeau arc-en-ciel

La semaine dernière, les musiciens de Korn et de Slipknot se sont élevés contre l’homophobie et la transphobie, tintant la voix militante d’une dose de metal.

Les ponts qui se forment entre les groupes de metal Korn et Slipknot sont multiples : leurs fans, leur concert commun en 2015 ou encore la collaboration annoncée sur le prochain album de Korn. Mais la semaine passée, ces partenaires rivaux se sont croisés sur un terrain pour le moins inédit : la défense des droits LGBT, et plus particulièrement des personnes trans.
 

Le guitariste de Korn mêle christianisme et lutte contre la transphobie

Le premier à donner la mesure est Brian Welch. Guitariste de Korn, il avait quitté le groupe pendant huit ans afin de se consacrer au christianisme, avant de revenir dans la formation en 2013. Le 31 juillet, celui qu’on surnomme aussi « Head » poste une photo sur son compte Facebook où il apparaît aux côtés de quatre de ses fans. Il précise en légende :

J’ai parlé et j’ai prié avec ces précieuses personnes du nord de la Californie, dont au moins deux se sont sentis touchées par Jésus. Une demande sincère de la part de mon ami sur la droite : « Brian, est-ce que tu aimes les personnes transgenres ? Alors, s’il-te-plaît, prie pour nous les personnes transgenres. Nous en avons besoin. » Et je le ferai.

korn
Parmi les commentaires, de nombreux fans félicitent le musicien pour sa vision tolérante de la foi chrétienne qui délivre un message de paix à l’égard de la transidentité.
Le musicien confirme d’ailleurs son engagement deux jours plus tard en publiant un second plaidoyer en faveur de l’acceptation des personnes trans et contre certains posts malveillants, arguant que « nous devrions tous regarder ce qu’il y a à l’intérieur du cœur de chacun » plutôt que de juger les hommes sur leur enveloppe extérieure.

Slipknot, nouvel ambassadeur de la lutte contre les lois anti-gay

Un discours qui faisait écho à celui de Slipknot la veille de son concert du 2 août en Caroline du Nord. Cet Etat applique depuis cinq mois la loi HB2 qui élimine les protections acquises pour les personnes LGBT et laisse donc le champ libre aux gouvernements locaux et aux entreprises privées d’établir, ou non, une politique anti-discrimination. Pis encore, ce texte de loi contraint les personnes transgenres de l’Etat à utiliser les toilettes publiques correspondant à leur sexe de naissance.
Mais alors que de nombreux artistes ont annulé leurs concerts en Caroline du Nord – à l’instar de Bruce Springsteen, Maroon 5, Ringo Starr, Nick Jonas… -, les métalleux masqués ont emprunté une autre voie pour protester contre ce texte qu’ils estiment « contraire à [leurs] valeurs » :

Peu importe qui vous êtes et qui vous aimez, nous pensons que vous ne devriez pas avoir à affronter la haine chez vous ou dans votre communauté. Nos fans de Caroline du Nord méritent mieux, alors nous avons décidé de ne pas annuler notre date.
Et d’ajouter : C’est très simple, nous nous fichons d’où vous pissez, tant que vous tirez la chasse.

Pour ce faire, les membres de Slipknot se sont associés à Equality NC, une association locale de lutte contre l’homophobie et la transphobie qui milite pour l’abrogation de la loi, et invitent leurs fans à s’engager pour « faire la différence et retransformer leur Etat en un lieu accueillant qui valorise les différences ».
Preuve que la défense des droits LGBT a toute sa place parmi les riffs de metal qui, en 1998, accueillaient d’ailleurs avec bienveillance le coming-out de Rob Halford, le chanteur du groupe Judas Priest.

Vu sur Tétu

Imprimer

La démocratie génocidaire, par Bruno Guigue

Dictature Americiane

Chercheur en philosophie politique et analyste des relations internationales, Bruno Guigue rappelle la nature belliciste des Etats-Unis en se référant à l'ultime discours du vice-président américain Mike Pence à l'académie militaire de West Point.

S’exprimant devant les diplômés de l’académie militaire de West Point, le vice-président américain Mike Pence vient de leur annoncer qu’ils iraient bientôt se battre «contre les terroristes en Afghanistan et en Irak», bien sûr, mais aussi «contre la Corée du Nord qui continue de menacer la paix», «contre la Chine qui défie notre présence dans la région» et «contre la Russie agressive qui cherche à redéfinir les frontières par la force». Autrement dit, Mike Pence parle comme si les Etats souverains cités dans son propos avaient quelque chose de commun avec les organisations criminelles que Washington affirme combattre sans répit depuis les attentats du 11 septembre 2001. Amalgame stupéfiant, menace militaire à peine voilée, arrogance d’un Etat qui se croit dépositaire à vie d’un imperium planétaire, cette déclaration cumule les travers symboliques de l’idéologie yankee appliquée au reste du monde.

Mais puisque la «nation exceptionnelle» veut en découdre avec tous ceux qui lui déplaisent, il serait beaucoup plus simple qu’elle indique contre qui elle n’envisage aucune action militaire, on gagnerait du temps. Le monde n’est-il pas à sa disposition, objet passif de ses initiatives salvatrices et de ses élans purificateurs ? Dispensatrice d’une justice immanente taillée à sa mesure, la nation au «destin manifeste» ne fixe aucune limite physique à son aura bienfaisante. L’extraterritorialité est sa seconde nature. Et pour atteindre ses objectifs, elle pratique sans vergogne une rhétorique de l’inversion accusatoire qui atteint aujourd’hui, contre l’Iran, des sommets inégalés. Etranglé par un embargo auquel Washington veut convertir la terre entière, cerné par une trentaine de bases militaires américaines, menacé par le déploiement d’une armada aéronavale à proximité de ses côtes, ce pays qui n’a jamais envahi ses voisins est accusé de «s’approcher dangereusement» des forces de l’Oncle Sam. On croit rêver.

Cette propagande surréaliste faisant partie du soft power de l’empire, il n’est pas étonnant qu’elle soit relayée par les médias dominants. Dans un autre registre, la presse occidentale multiplie les condamnations indignées et les mises en garde comminatoires envers la Chine à l’occasion du trentième anniversaire du drame de Tiananmen (1989). Pour le quotidien Le Monde, ce déchaînement de «violence inouïe» a révélé le visage totalitaire du régime post-maoïste. Mais cette presse férue des droits de l’homme devrait compléter le tableau pour édifier ses lecteurs. Les millions de victimes des guerres occidentales, en effet, ont démontré la supériorité morale de la démocratie et attesté l’universalité de son message salvateur. Enfin débarrassé de son rival soviétique, l’Occident triomphant s’en est donné à cœur joie. Il a multiplié les frappes chirurgicales à des fins humanitaires, les «changements de régime» pour le triomphe du Bien, les embargos sur les médicaments pour former la jeunesse et les «plans d’ajustement structurel» destinés à mettre au travail les fainéants des contrées tropicales.

Le triomphe planétaire de la démocratie libérale, combien de morts au juste ? Quelques millions, mais c’est sans importance : la lutte contre le totalitarisme était à ce prix. Pour Madeleine Albright, icône des droits de l’homme et secrétaire d’État de l’administration Clinton, les 500 000 enfants irakiens tués à petit feu par l’embargo ne comptent pas : « le prix à payer en valait la peine » («the price worth it»). Victimes insignifiantes, passées par pertes et profits, de mesure nulle devant l’immensité des bienfaits prodigués par la démocratie d’importation. En 2019, elle a publié un livre dans lequel elle dénonce le «fascisme» qui menace l’Europe et les Etats-Unis. Mais qu’on ne compte pas sur cette belle âme pour s’émouvoir des conséquences de la politique américaine. L’économiste Jeffrey Sachs a récemment révélé les résultats d’une étude consacrée aux effets de l’embargo américain contre le Venezuela. 40 000 morts depuis 2017, tel est le bilan. Pour la plupart, des enfants privés de traitements trop coûteux ou de médicaments désormais inaccessibles. Mais ce n’est pas du «fascisme», bien sûr. C’est le châtiment mérité des ignominies commises par les chavistes, coupables d’avoir nationalisé le pétrole et endigué la pauvreté. C’est le «prix à payer» pour restaurer les «droits de l’homme» dans un pays où le parti au pouvoir, pourtant victorieux aux élections, est accusé d’installer une affreuse dictature.

La coïncidence est frappante entre la promotion de la démocratie occidentale et le massacre de masse qui en est l’application pratique. Le scénario est toujours le même : on commence avec la déclaration des droits de l’homme et on finit avec les B 52. Or ce tropisme de la politique étrangère des Etats-Unis – et de leurs alliés - est une conséquence directe de leur libéralisme. Cet aspect de l’histoire des idées est peu connu, mais la doctrine libérale a parfaitement assimilé l’idée que pour garantir la liberté des uns, il fallait s’assurer de la soumission des autres. Père fondateur des Etats-Unis, un libéral comme Benjamin Franklin, par exemple, était opposé à l’installation de réseaux d’assainissement dans les quartiers pauvres, car elle risquait, en améliorant leurs conditions de vie, de rendre les ouvriers moins coopératifs. En somme, il faut bien affamer les pauvres si l’on veut les soumettre, et il faut bien les soumettre si l’on veut les faire travailler pour les riches. A l’échelle internationale, la puissance économique dominante applique exactement la même politique : l’embargo qui élimine les faibles contraindra les survivants, d’une manière ou d’une autre, à servir leurs nouveaux maîtres. Sinon, il reste encore les B 52 et les missiles de croisière.

Ce n’est pas un hasard si la démocratie américaine, ce modèle diffusé dans tous les foyers du village planétaire par Coca-Cola, a été fondée par des planteurs esclavagistes et génocidaires. Il y avait 9 millions d’Amérindiens en Amérique du Nord en 1800. Un siècle plus tard, ils étaient 300 000. Comme dirait Alexis de Tocqueville, «La démocratie en Amérique» est passée par là, avec ses couvertures empoisonnées et ses mitrailleuses Gatling. Les sauvages emplumés du Nouveau Monde préfiguraient les enfants irakiens dans le rôle de cette humanité surnuméraire dont on se déleste, sans remords, si les circonstances l’exigent. D’un siècle à l’autre, les Américains ont donc transposé à l’échelle du monde leur modèle endogène. En 1946, le théoricien de la guerre froide et apôtre du containment anticommuniste George Kennan écrivait aux dirigeants de son pays que leur tâche séculaire serait de perpétuer l’énorme privilège octroyé par les hasards de l’histoire aux Etats-Unis d’Amérique : posséder 50% de la richesse pour 6% à peine de la population mondiale. Les autres nations seront jalouses, elles voudront une plus grosse part du gâteau, et il faudra les en empêcher. Bref, la «nation exceptionnelle» n’a pas l’intention de partager les bénéfices.

Une caractéristique majeure de l’esprit américain a favorisé cette transposition de la «démocratie américaine» à l’échelle du monde. C’est la conviction de l’élection divine, l’identification au Nouvel Israël, bref le mythe de la «destinée manifeste». Tout ce qui vient de la nation élue de Dieu appartient derechef au camp du Bien, y compris les bombes incendiaires. Cette mythologie est le puissant ressort de la bonne conscience yankee, celle qui fait vitrifier des populations entières sans le moindre état d’âme, comme le général Curtis LeMay, chef de l’aviation américaine, se vantant d’avoir grillé au napalm 20% de la population nord-coréenne. Les USA ont réalisé une conjonction inédite entre une puissance matérielle sans précédent et une religion ethnique inspirée de l’Ancien Testament. Mais cette puissance a été surclassée en 2014 lorsque le PIB chinois, en parité de pouvoir d’achat, a dépassé celui des Etats-Unis. Et il n’est pas sûr que l’Ancien Testament suffise à perpétuer une domination qui s’effrite inexorablement.

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites