EDITORIAL - TP MAG N°82 (VERSIÓN ESPAÑOLA)

El peso de lo real

 

Un sondeo reciente de IPSOS reveló que el 75% de los franceses no confía en los políticos y no creen más (ni escuchan) lo que ellos dicen. Los alcaldes, que son los electos más cercanos al pueblo puesto que viven en contacto permanente con ellos han perdido la fe: la mitad entre ellos, desilusionados, no se presentara a las próximas elecciones municipales.

Macron, que ya no sabe a qué santo rezarle, ha intentado hasta lo imposible. Cuanto entonces él ya había desairado el año pasado, el congreso anual de la Asociación de Alcaldes de Francia, vino este año delante de miles de electos reunidos en la Porte de Versalles en Paris para intentar calmar los ánimos con un despiadado número para retenerlos "os necesito...nada se hará sin vuestra ayuda". Pero este viejo juego no ha servido de nada. Una mujer valiente, alcaldesa de un pequeño pueblo en el departamento del Eure, confió a la salida "esperaba que él me subiera los ánimos, he salido tal y como llegué, vacía, estoy muy decepcionada". Desilusionada, ella también, una alcaldesa de Yvelines que tenía demasiadas preguntas comento el acto de Macron el equilibrista "no me da la impresión de haber obtenido alguna respuesta".

Macron el ilusionista...Brice Hortefeux  confirma, la posición de Macron en cuanto al problema de la migración "siempre es la misma: la ilusión de las palabras y la decepción de los actos". En lo que respecta a Patrick Boucheron, profesor del Colegio de Francia, escribe en su nuevo libro, Francia museo de una historia común! "El discurso político se ha separado de la realidad desde hace bastante tiempo". Su veredicto sobre el discurso de Macron acerca de la inmigración es definitiva "no me parece simplemente peligroso y mentiroso, también incomprensible (...) Macron demuestra una ceguera histórica e ideológica bastante inquietante".

Si su mujer hubiese sabido transmitirle un mínimo de cultura política e historia, ella le habría hecho leer Karl Marx (pero muy seguramente ella tampoco lo leyó). El 28 de mayo de 1854, Marx escribió: "El Corán y la legislación islámica que emana de él reducen la geografía y la etnografía de los pueblos a la distinción, convenientemente simple, del bien practico de dos naciones y dos territorios, Fiel e Infiel. El Infiel es harby, es decir, el enemigo. El islamismo proscribe y condena a la nación de los Infieles [y postula] un estado de hostilidad permanente entre el musulmán y el no creyente". Este saludable análisis tiene el inmenso mérito de recordar el peso real a los ingenuos y a los inconscientesque entre bobos* (bohemios bolcheviques) intelectuales e incluso que hacen parte de nuestro entorno, quieren creer que estas generosas ideas puedan ser cualquier cosa excepto utopías mortíferas, olvidando que, como lo decía el otro, el infierno está plagado de buenas intenciones (lo que los invasores ya entendieron y explotan desde hace mucho tiempo).

Con respecto a esto, la actualidad trae permanentemente una negación cruel a aquellas y aquellos que quisieran creer que el hombre es, primero, un lobo para el hombre. Igualmente, la tan bella jurista y ministra de justicia Nicole Belloubet parece caer en pique desde arriba descubriendo el reporte confiado en junio a la inspección general de la justicia sorbe los feminicidios. Este que revelo que la justicia sigue fallando en la protección de víctimas de estas violencias. Luego del examen de 88 registros (en 2018 fueron contabilizados 121 feminicidios), las fallas de los servicios del estado aparecen de manera muy preocupante: en el 65% de casos la gendarmería o la policía fueron incautados, pero solo en el 18% de los casos las denuncias y los procesos verbales de informaciónjudicial han comenzado apenas a ser investigados.

Esto es, a lo que la ministra llama de forma pudorosa e hipócrita "unos malos funcionamientos"...Ella parece tener buenas intenciones en cuanto al recibimiento de víctimas de la violencia "debemos poner en práctica los protocolos existentes para dar encontrar alguna solución a estas fallas, para que no exista en ningún lugar el sentimiento de impunidad, siempre debe haber una respuesta penal". Esperemos a ver, sin hacernos ilusiones, como se traducirá esto en los hechos (pues al seno de la gendarmería y la policía, los borricos misóginos no hacen falta).

Ahora, Macron esta triste porque piensa que Francia "en este momento es muy negativa". Como si no tuviésemos razones de ello. Él es retransmitido por la negra Sibeth Ndiaye que es la portavoz oficial del gobierno para mostrar la belleza de la diversidad (además ella está siendo pagada por ello, y muy bien) y declara "pienso que el ambiente es más bien desastroso". Agrega "hay señales positivas". En aplicación al viejo método del doctor Coué.

El peso de lo real...trece soldados franceses han muerto en Mali. ¿Por quién? ¿Por qué? Por africanos incapaces de defenderse ellos mismos de los islamistas y que, por otra parte, continúan invadiendo nuestra tierra con la bendición de los ricos bien pensantes. Y nos siguen diciendo que estos trece muchachos caídos en tierra maliense han muerto por Francia. ¿Pero ya se han dado cuenta ustedes de lo que se ha convertido Francia? ¿De lo que es ahora? Saludo la memoria de estos trece militares sacrificados y estoy triste por sus familiares, pero siento desprecio y odio por quienes los han mandado a la guerra. Teniendo ahora la exageración insoportable de poner estos trémolos patrióticossobre sus ataúdes.

 

Pierre VIAL

Imprimer

Le kebab serait pire que n'importe quel fast-food, sa viande inquiète

Le kebab, l’un des sandwichs les plus consommés en France, serait en réalité le pire plat de restauration rapide, a affirmé un nutritionniste. Outre un énorme apport calorique, c’est la viande elle-même qui présenterait des risques pour la santé, au point que McDonald’s et autres fast-foods constituent des alternatives plus saines.

De très nombreux Français raffolent du kebab, ce sandwich à base de viande grillée à la broche, habituellement accompagné de salade, tomates et oignons. Pourtant, selon un documentaire diffusé dimanche 15 mars sur France 5, ce serait l’un des pires repas en termes de malbouffe, devant les produits du McDonald’s ou des autres chaînes de restauration rapide, a rapporté le HuffPost.

«L’Oscar est accordé au kebab. On flirte avec les 1.000 calories», s’inquiète le nutritionniste dans le documentaire, lequel ajoute qu’il s’agit d’une «alimentation ultra transformée».  Il est bien connu que le kebab, devenu une habitude de consommation pour beaucoup d’étudiants, surtout en soirée, est particulièrement gras. Mais il est question également de la qualité de la viande.

Que contient vraiment la viande de kebab?

En effet, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) avait publié un rapport en 2015 concernant la composition et la provenance de la viande utilisée pour les kebabs. Elle avait notamment souligné que les espèces animales indiquées sur les étiquettes étaient souvent incorrectes, voire absentes. Par exemple, la présence de veau y était souvent accentuée alors que c’est la volaille qui s’y trouvait en plus grande quantité.

Chaque semaine, 50 tonnes de viande de kebab sont envoyés en France depuis l’Italie, les Pays-Bas, la Belgique et l’Allemagne, précise le documentaire. Les broches sont fabriquées à partir d’une «mousse de viande», composée de graisse, de nerfs et de farines végétales, a précisé le documentaire.

Autre point problématique souligné par le documentaire, la présence de phosphate inorganique, un additif qui consiste à retenir l’eau de la viande pour que celle-ci garde sa consistance lorsqu’elle tient sur la broche. Bien que couramment utilisé dans l’industrie agroalimentaire depuis les années 1980, ce phosphate présente des risques de lésion et de calcification vasculaire, comme l’a indiqué une étude allemande en 2012.

Enfin, c’est aussi la fameuse sauce «samouraï» ajoutée dans les kebabs qui participe grandement à son apport en matière grasse. Celle-ci contient entre autres une grande quantité de «sucres cachés», ainsi que du sel, de l’huile de palme, et des OGM. En 2015, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) mettait en garde contre le ketchup, dont les consommateurs se méfient peu, mais dont une seule cuillère cache déjà quatre grammes de sucre.

12 kebabs vendus par seconde en France

Environ 380 millions de kebab sont vendus en France chaque année, soit 12 par seconde, ce qui en fait le deuxième plus grand consommateur européen après l’Allemagne, écrit le HuffPost. Avec la présence de plus de 10.000 établissements dans l’Hexagone, en majorité tenus par la communauté turque ou kurde, ce marché pèse 1,2 milliard d’euros, a indiqué Le Parisien.

 

16.03.2020 https://fr.sputniknews.com

Imprimer

COVID 19 et biopouvoir. Un cas de fabrique du consentement ? L’Echo des Canuts n° 13

Ce soir, l’Echo des Canuts poursuit ses prospectives sur la crise que nous traversons avec une nouvelle analyse de Lucien Cerise sur la question des moyens de contrôle “sanitaires” mis en oeuvre par l’Etat depuis deux mois.

 

flyer edc 13 1984

 

 

Pour écouter l'émission et toutes les autres... : https://radiomz.org/category/emissions/lecho-des-canuts/

Imprimer

Bruno Bonnell (LREM) : « Le localisme, c’est la version terroir du populisme. Il porte les germes de l’exclusion»

Télétravail, robotique et… fraternité ! Le député de Lyon Bruno Bonnell (LREM) nous livre sa vision du « monde d’après », une vision qui tranche pour le moins avec tout ce que l’on a pu entendre jusqu’à maintenant. Pour le parlementaire confiné, les désirs de démondialisation, de localisme et de dirigisme économique portent en eux que les germes du repli…

Chez Bruno Bonnell, point de salut sans révolution technologique, c’est en libéral assumé que l’ancien entrepreneur défend un progrès commun basé sur le progrès technique et un capitalisme apaisé. Dette, solidarité, technologie, écologie, jacobinisme, localisme… nous passons en revue tout ce qu’il faut pour faire ce « nouveau monde » selon Bonnell. Entretien.

Tout le monde parle du « monde d’après », mais personne ne semble d’accord sur la forme… Il ressemble à quoi votre « monde d’après » idéal ? 

On présente ce « monde d’après » comme un paradis qui aiderait à supporter un confinement-purgatoire, un paradis perdu pour des idéalistes verts, un techno-paradis pour les aficionados du numérique. On s’imagine que le Covid-19 serait le châtiment d’une nature en colère contre l’humanité qui ne la respecte pas… Bref, soyons sérieux. De très nombreux indices montrent que cet « après » se met déjà en place : dans le chaos, le secteur des services, l’éducation et le commerce se sont réinventés, avec une efficacité qui progresse chaque jour. On a aussi constaté des limites : dans les activités agricoles, industrielles ou la construction, surtout par manque d’automatisation. […]

Donc, pour vous, pas de monde d’après sans une dose supplémentaire de technologies…

Oui, car la transformation de la société passe toujours par les innovations technologiques ! L’outil a amélioré la dextérité des premiers hommes, la machine a amplifié leur force et les robots développent leur intelligence collective. La question du monde d’après consiste à savoir ce que nous allons faire de tous ces progrès. […]

Peut-on imaginer un « capitalisme tempéré » devenu raisonnable et allergique à la mondialisation ? 

Je crois que la mondialisation est inarrêtable. On ne peut pas la réduire à une pathologie économique, la mondialisation fait partie de l’humanité qui cherche à parcourir le monde depuis ses origines. Reconnaissons toutefois qu’elle s’est égarée. Les échanges sont nécessaires à monde de paix et doivent être constamment encouragés. […]

Le localisme, c’est la version terroir du populisme. Il porte les germes de l’exclusion. Le « c’est mieux si ça vient de près de chez nous » risque de se réduire à « c’est mieux chez nous ». Je ne souhaite pas une France de poissons rouges tournant en rond dans un local. En revanche, il est essentiel de redonner du pouvoir aux territoires. […]

Les secteurs stratégiques sont les lignes Maginot d’un monde en perpétuelle innovation. Longtemps, le moteur diesel et la machine-outil en ont fait partie pour ensuite être voués aux gémonies. Aujourd’hui, la fabrication des médicaments, demain, celle de l’hydrogène… les secteurs stratégiques ont des contours flous. Il faut aux entreprises le choix de leurs investissements. D’ailleurs, mieux vaut que ce soient elles qui se trompent que l’État. Ce n’est pas la relocalisation qui doit être repensée, mais la diversification des sources pour garantir l’approvisionnement. […]

Le Point via FDesouche

Imprimer

Décret n° 2020-498 du 30 avril 2020 portant publication de l'accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République tunisienne dans le domaine de l'enseignement de la langue arabe à l'école élémentaire en France, signé

JORF n°0107 du 2 mai 2020
texte n° 1



Décret n° 2020-498 du 30 avril 2020 portant publication de l'accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République tunisienne dans le domaine de l'enseignement de la langue arabe à l'école élémentaire en France, signé à Tunis le 31 mars 2017 (1)

NOR: EAEJ2010282D
 


Le Président de la République,
Sur le rapport du Premier ministre et du ministre de l'Europe et des affaires étrangères,
Vu la Constitution, notamment ses articles 52 à 55 ;
Vu le décret n° 53-192 du 14 mars 1953 modifié relatif à la ratification et à la publication des engagements internationaux souscrits par la France,
Décrète :

Article 1


L'accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République tunisienne dans le domaine de l'enseignement de la langue arabe à l'école élémentaire en France, signé à Tunis le 31 mars 2017, sera publié au Journal officiel de la République française.

Article 2


Le Premier ministre et le ministre de l'Europe et des affaires étrangères sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

  • Annexe


    ACCORD
    ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ET LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE TUNISIENNE DANS LE DOMAINE DE L'ENSEIGNEMENT DE LA LANGUE ARABE À L'ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE EN FRANCE, SIGNÉ À TUNIS LE 31 MARS 2017


    Le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République tunisienne, ci-après dénommés les « Parties »,
    Désireux de resserrer leurs liens d'amitié et d'approfondir leur coopération dans le domaine de l'éducation ;
    Considérant la convention-cadre de coopération entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République tunisienne dans le domaine de l'éducation, signée le 2 décembre 2014 à Tunis, pour le partenariat culturel et le développement entre les deux gouvernements en date du 25 juillet 2003, et en particulier leur volonté de coopérer étroitement en faveur d'une amélioration de la qualité des enseignements ;
    Considérant, pour la France, les objectifs de diversité linguistique dans le premier degré et de continuité dans le second degré portés par la loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République,
    Sont convenus des dispositions suivantes :

    • Chapitre IER : Enseignement de langue arabe Article 1er


      Dans les écoles d'enseignement public en France, il peut être organisé, en coopération avec les autorités tunisiennes, et selon les conditions locales, un enseignement complémentaire de langue étrangère se rapportant à la langue arabe.
      Cet enseignement doit être assuré dans le respect des principes généraux de l'Education nationale française et conformément à la législation française en vigueur.


      Article 2


      Cet enseignement facultatif est accessible à tous les élèves volontaires, en accord avec leur famille et dans la limite des places disponibles, de la classe de cours élémentaire première année à la classe de cours moyen deuxième année.


      Article 3


      Cet enseignement est organisé pendant le temps scolaire en complément des enseignements obligatoires prévus pour tous les élèves par les programmes en vigueur, à raison d'une heure et demie (1,5) par semaine.


      Article 4


      Cet enseignement propose un apprentissage de la langue arabe qui fait référence à la culture arabe, notamment à des éléments de la culture tunisienne. Les contenus de cet enseignement sont adossés au Cadre européen commun de référence pour les langues et visent le niveau Al.


      Article 5


      Les résultats obtenus par les élèves dans le cadre de cet enseignement sont pris en compte dans l'appréciation générale de leur travail scolaire et portés à la connaissance des familles.


      Article 6


      Une continuité des apprentissages sera progressivement et selon les conditions locales, assurée au collège. Cette continuité est prise en charge par les professeurs du secondaire de l'Education nationale.

    • Chapitre II : Personnel enseignant Article 7


      En fonction des besoins, le Gouvernement de la République tunisienne sélectionne et rémunère les enseignants tunisiens titulaires des cadres du ministère tunisien de l'Education. Ces enseignants disposent des compétences pédagogiques et linguistiques nécessaires à l'enseignement de l'arabe en France.
      La mission de ces enseignants est une mission limitée dont la durée est définie par les Parties. Ces enseignants bénéficient des dispositions mentionnées dans la Convention de sécurité sociale entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République tunisienne signée à Tunis le 26 juin 2003, ainsi que de l'avenant n° 1 à cette convention signé à Tunis le 4 décembre 2003.
      Concernant les enseignants locaux en poste à la date de la signature du présent accord, leur situation peut être examinée par les académies où ils exercent, afin de leur proposer les solutions de contractualisation qui peuvent leur être ouvertes, en fonction des besoins des académies et dans le respect de la réglementation française en vigueur.


      Article 8


      A leur arrivée, les enseignants sélectionnés par la Tunisie font l'objet d'une présentation aux autorités françaises par les voies administratives régulières, conformément à la législation française et au droit de l'Union européenne en vigueur ainsi que dans le respect des engagements internationaux de la France.


      Article 9


      Les enseignants tunisiens présentés par leur Gouvernement sont affectés en accord avec les autorités tunisiennes, mention étant faite des écoles où ils ont à effectuer leur service.


      Article 10


      Les enseignants tunisiens sont intégrés aux équipes pédagogiques après installation par l'inspecteur d'académie-directeur académique des services de l'éducation nationale, avec l'accord de l'ensemble des administrations françaises intéressées. Ils sont soumis aux lois et règlements en vigueur dans les écoles où ils exercent.


      Article 11


      Les corps d'inspection français et tunisien assurent conjointement le contrôle pédagogique des personnels enseignants tunisiens exerçant dans les écoles françaises.
      Par ailleurs, la Partie française facilite, dans la mesure du possible, la participation des enseignants tunisiens aux actions de formation organisées à l'intention du personnel enseignant français, notamment dans le domaine de l'enseignement des langues vivantes étrangères. La Partie tunisienne propose aux enseignants tunisiens des actions de formations relatives à l'enseignement de la langue arabe comme langue étrangère.

    • Chapitre III : Dispositions générales Article 12


      Le présent accord abroge l'accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République tunisienne concernant la coopération dans le domaine de l'enseignement pour les élèves tunisiens résidant en France, signé à Paris le 12 mars 1986. Cette abrogation ne remet pas en cause les actions en cours sous l'empire de l'accord susmentionné.


      Article 13


      La mise en place de cet enseignement est assurée par les autorités françaises en coopération avec les autorités tunisiennes compétentes.


      Article 14


      Les Parties encouragent la coopération directe en matière d'échanges de documents pédagogiques, de formation du personnel enseignant et toute action concourant à l'amélioration de la qualité des enseignements dans le respect de la législation française et le droit de l'Union en vigueur.


      Article 15


      Pour assurer la bonne application de cet accord, un groupe de travail franco-tunisien est créé. Il a pour mission d'examiner les questions relatives :


      - à l'application générale de l'accord ;
      - à la mise en œuvre de la coopération pédagogique ;
      - aux conditions d'organisation des enseignements et à la préparation des rentrées scolaires ;
      - à la mise en œuvre du contrôle pédagogique conjoint mentionné à l'article 11 du présent accord.


      Il se réunit à Paris en tant que de besoin et au moins une fois par an pour préparer la rentrée scolaire.


      Article 16


      Tout différend relatif à l'interprétation ou à la mise en œuvre du présent accord est réglé par voie de consultation ou de négociation directe entre les Parties.


      Article 17


      Chacune des Parties notifie à l'autre l'accomplissement des procédures constitutionnelles requises en ce qui la concerne pour l'entrée en vigueur du présent accord qui prend effet le premier jour du second mois suivant la réception de la dernière notification.
      Le présent accord est conclu pour une durée illimitée. Chaque Partie peut le dénoncer à tout moment par notification écrite adressée par la voie diplomatique à l'autre Partie. Cette dénonciation prend effet six mois après sa date de notification. La dénonciation de l'accord ne remet pas en cause l'exécution des actions en cours au titre de l'accord, sauf décision contraire des deux Parties.
      Les Parties peuvent apporter, par la voie diplomatique et d'un commun accord, des modifications au présent accord. Ces modifications font partie intégrante du présent accord et entrent en vigueur conformément à l'alinéa 1er du présent article.
      Fait à Tunis, le 31 mars 2017, en deux exemplaires originaux, en langues française et arabe, les deux textes faisant également foi.


      Pour le Gouvernement de la République française : Najat Vallaud-Belkacem
      Ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche


      Pour le Gouvernement de la République tunisienne : Néjï Jalloul
      Ministre de l'éducation


Fait le 30 avril 2020.


Emmanuel Macron

Par le Président de la République :


Le Premier ministre,

Edouard Philippe


Le ministre de l'Europe et des affaires étrangères,

Jean-Yves Le Drian


(1) Entrée en vigueur : 1er avril 2020.

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites