Le gouvernement a-t-il supprimé le texte visant les entreprises établies dans les paradis fiscaux ?

Alors que Bruno Le Maire avait fermement annoncé que les entreprises disposant de filiales dans les paradis fiscaux ne pourraient être aidées par l'Etat, le texte proposé par une sénatrice centriste a été rejeté par la Commission mixte paritaire.

Il aura fallu moins de douze heures au gouvernement pour faire volte-face au sujet des aides de l’Etat accordées, dans le contexte du coronavirus, à des entreprises françaises dont le siège se trouverait dans un paradis fiscal. Pourtant le 23 avril sur l’antenne de Franceinfo, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire déclarait sur un ton catégorique : «Il va de soi que si une entreprise a son siège fiscal ou des filiales dans un paradis fiscal, je veux le dire avec beaucoup de force, elle ne pourra pas bénéficier des aides de trésorerie de l'Etat.»

Plusieurs amendements sont même déposés en ce sens par la sénatrice de l’Orne, Nathalie Goulet (Union centriste), ou encore par les groupes CRCE (communistes, républicains, citoyens et écologistes) et Indépendants-République et Territoire. La rapporteuse de la mission sur les engagements financiers de l'État pour la commission des finances désire alors «priver toute entreprise enregistrée dans un paradis fiscal du bénéfice des mesures d’aide de l’état d’urgence sanitaire». Malgré l’avis défavorable du ministre Olivier Dussopt, l’amendement est adopté dans l’après-midi du 22 avril et donc soutenu, dès le lendemain matin, par Bercy.

Un pétard mouillé

A cet instant, l’article 1er ter B du nouveau projet de loi de finances rectificatives (PLFR) stipule donc que «les articles 1er et 1er bis de la présente loi, comme les dispositions de la loi n° 2020-289 du 23 mars 2020 de finances rectificatives pour 2020, ne s’appliquent pas aux entreprises dont les filiales ou établissements sont établis dans des Etats et des territoires non coopératifs».

Mais où est donc passé l’engagement de ce matin de Bruno Le Maire ?

Stupéfaction quelques heures plus tard : l’amendement en question n’apparaît plus au PLFR, rejeté par la Commission mixte paritaire (CMP) réunissant 14 députés et sénateurs. L’article 1er ter B est désormais suivi d’un seul mot : «Supprimé.»

Une nouvelle qui n’a pas manqué de susciter la réaction de nombreux élus, parmi lesquels Matthieu Orphelin, député du Maine-et-Loire et ancien de La République en marche. Celui qui a rejoint le groupe Libertés et Territoires début 2019 s’est étonné sur Twitter du revirement gouvernemental : «Mais où est donc passé l’engagement de ce matin de Bruno Le Maire sur Franceinfo pour non soutien aux entreprises implantées dans les paradis fiscaux ?»

La suite sur https://francais.rt.com/economie/74435-gouvernement-supprime-texte-visant-entreprises-etablies-dans-paradis-fiscaux?fbclid=IwAR19o9j8cLm353VNRm7R5da7n4AfezLGDYXjhXYfx6aLm7fongYyWnDVRVs

Imprimer

Coronavirus en Islande: un cas unique au monde qui permettrait de résoudre les énigmes du virus

Le dépistage massif est une piste incontournable dans la lutte contre le Covid-19, mais la clé réside peut-être dans la génétique. Le fait que la population islandaise soit extrêmement homogène et bien étudiée est un atout pour ce pays.

Par Lauren Provost

Ces derniers temps, l’Islande, avec quelque 360;000 habitants (l’équivalent de la population de Nice), est devenue un laboratoire de recherche sur le coronavirus. Mais sa population réduite n’est pas le seul facteur à prendre en compte.

Le 21 avril, le pays comptabilisait 1785 cas et 10 décès, des chiffres très faibles qui contrastent avec (et s’expliquent par) la grande quantité de tests réalisés. D’après les calculs, environ 10% de la population a été testée, soit cinq fois plus qu’en Espagne, et même (proportionnellement) plus qu’en Allemagne, l’un des pays européens qui a le mieux géré la crise. En France, avec 463.662 tests menés depuis le début de la crise (au 16 avril selon Santé publique France), c’est moins de 0,70% de la population qui a été testée.

Une fois de plus, la démographie est un facteur important mais pas exclusif. C’est en Islande que se trouve le siège de l’entreprise pharmaceutique DeCODE Genetics, leader dans le domaine des études génétiques des populations depuis plus de vingt ans. Elle propose aujourd’hui à tous les Islandais des tests gratuits de dépistage du coronavirus, même en l’absence de symptômes.

Pour Kári Stefánsson, fondateur de l’entreprise, la stratégie islandaise face au coronavirus n’a rien de mystérieux. “Nous avons fait plus de tests que tout autre pays, nous avons mené des enquêtes assidues pour retrouver les individus ayant été en contact avec les personnes infectées et nous les avons placés en quarantaine”, explique-t-il dans un entretien accordé à la chaîne TRT World. Ces tests préliminaires ont permis d’enrayer l’épidémie dès son apparition dans le pays, mais aussi de savoir qu’environ 50% des cas positifs ne présentaient aucun symptôme au moment du test. Il ne s’agit là que de données superficielles.

 

L’origine de chaque cas d’infection du pays a été identifiée

L’entreprise islandaise a été capable de remonter la piste de chaque cas de contagion sur l’île et identifié quarante souches du virus. C’est ce que l’on appelle “un génotypage du coronavirus”, explique le généticien espagnol Juan José Tellería, professeur à l’Université de Valladolid, qui connaît bien le projet nordique.

“Entre son apparition à Wuhan et aujourd’hui, le virus a subi de petites mutations qui ont donné naissance à des familles distinctes”, signale-t-il. DeCODE ”étudie en priorité les variantes islandaise et détermine la souche à laquelle elles appartiennent pour identifier son origine géographique”, précise le professeur Tellería.

 

Quel rôle les gènes jouent-ils dans le Covid-19?

Dans un second temps, DeCODE “croise ces données avec celles des patients et de l’évolution, pour voir si les différences de développement de la maladie d’un patient à l’autre ont une origine génétique, qu’il s’agisse de la génétique du patient, du coronavirus, ou d’une interaction entre les deux”, ajoute-t-il. En d’autres termes, le projet aspire à comprendre les mécanismes utilisés par le virus, et à déterminer si les gènes jouent un rôle spécifique dans le fait que, pour certains patients, le Covid-19 est extrêmement létal et, pour d’autres, quasiment asymptomatique.

Ce qui rend cette initiative si prometteuse, c’est la situation particulière de l’Islande (une population réduite et très stable génétiquement) et le fait que l’entreprise DeCODE a déjà étudié le génome de près du tiers des habitants du pays. “Que je sache, c’est un cas absolument unique au monde; il n’existe aucune autre expérience semblable”, note-t-il.

"Presque tous les habitants sont les enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants de ceux qui vivaient sur l’île il y a des siècles."

“Génétiquement, c’est une population très homogène, car presque tous les habitants sont les enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants de ceux qui vivaient sur l’île il y a des siècles, ce qui fait que l’on peut établir des liens familiaux entre presque tous les citoyens du pays”, fait remarquer le généticien. De plus, “il s’agit d’une population qui a connu très peu d’immigration”.

 

Des études génétiques pour lutter contre les maladies

Au fil des ans, DeCODE a profité de cette “faible variabilité génétique” pour “identifier les facteurs de risque des maladies communes comme l’hypercholestérolémie, les maladies cardiaques, l’asthme ou les allergies”, énumère Juan José Tellería. Ce n’est pas parce que la population est très homogène que tout le travail est fait, loin de là, mais cela facilite un peu la tâche. “Il ne faut pas oublier que lorsqu’on compare le génome de deux individus, quels qu’ils soient, on trouve trois millions de différences. Il est donc très complexe de déterminer les gènes responsables de chaque caractéristique”, assure le spécialiste.

Cet avantage génétique, associée à un bon financement, a permis à DeCODE d’”étudier une quantité considérable d’informations” issues d’études génétiques auxquelles se sont prêtés des milliers de citoyens islandais, qui ont également confié leur dossier médical à l’entreprise. Le professeur Tellería explique que, grâce à ce dispositif, les spécialistes “peuvent croiser des millions de données qui leur permettent d’identifier les variantes génétiques liées aux pathologies communes”.

"S’il y a une chose qui caractérise les Méditerranéens, c’est leur diversité génétique."

Juan José Tellería ne cache pas sa fascination pour les recherches islandaises (“on étudie le cas de DeCODE à l’Université”) mais reconnaît qu’une telle expérience serait impossible dans son pays, l’Espagne, ou en France, car “la population méditerranéenne est extrêmement hétérogène, car le bassin méditerranéen a été le carrefour de l’Antiquité pendant plus de dix siècles. S’il y a une chose qui nous caractérise, c’est notre diversité génétique”.

Par ailleurs, il existe peu d’études sur le génome en Espagne. “Elles ne sont réalisées que dans un but clinique”, ajoute-t-il, c’est-à-dire uniquement sur les patients pour lesquels on recherche une mutation concrète à des fins médicales.

Quoi qu’il en soit, si l’initiative islandaise donne des résultats, les Méditerranéens (et le reste du monde) en bénéficieront. “Il ne fait aucun doute que le croisement des données du génome du virus avec celles du génome des patients nous aidera à cerner la manière dont le virus interagit avec son hôte. Et ça, c’est un phénomène universel”, conclut le généticien.

Sources : Cet article, publié sur le HuffPost espagnol, a été traduit par Chloé Delhom pour Fast ForWord.

Imprimer

Coronavirus. Pour l’anniversaire de la fondation de Rome, CasaPound distribue 5 tonnes d’aide humanitaire

 

casa 1

 

Pour l’anniversaire de la fondation de Rome, le 21 avril 2020 (Rome a été fondé le 21 avril 753 avant JC) le mouvement CasaPound a distribué 5 tonnes d’aide humanitaire à destination des Italiens qui souffrent du confinement lié au coronavirus et alors que le Gouvernement, en Italie, n’a pas pris la mesure de la crise économique qui frappait l’Italie.

Pendant que l’Hymne à Rome de Puccini résonnait aux fenêtres, au numéro 8 de la Via Napoléon III, siège du mouvement nationaliste et social qui attire toute une partir de la jeunesse italienne, les militants s’affairaient à distribuer les aides d’urgence à la population. De nombreuses personnes, notamment âgées, faisaient la queue pour recevoir l’aide alimentaire, sous la supervisation des principaux responsables du mouvement Casapound, en première ligne y compris pour distribuer la nourriture à la population. Le tout, en respectant les consignes et les mesures sanitaires, notamment de distanciation.

Pour l’occasion, des masques aux couleurs de l’Italie étaient de sortie.

casa 2

Au total donc, environ 5 tonnes de nourriture, destinées à au moins 500 familles italiennes. Dans le colis distribué à ces familles, outre la nourriture et les produits de première nécessité, on trouvait également des gants, des masques et des désinfectants. La majeure partie du matériel a été distribuée sur place, via Napoléon III, mais des familles n’ayant pas pu se déplacer ont été livrés via des militants de Casapound empruntant des taxis romains qui se sont mis gratuitement à leur disposition.

« Notre devoir est d’aider tout le monde sur le terrain et d’arrêter d’écouter un gouvernement qui ne sait pas ce qu’il fait et qui a délégué les décisions à 450 experts qui n’ont pas été élus par le peuple », a expliqué Simone Di Stefano, leader du mouvement. « Nous travaillons dur et nous espérons que l’Italie reprendra sa marche en avant dès que possible ; aujourd’hui est un grand jour de solidarité. Et le siège de CasaPound, comme cela s’est déjà produit en d’autres occasions, lors des tremblements de terre qui ont frappé L’Aquila, l’Émilie et le centre de l’Italie, montre qu’il est un centre utile pour tous les Italiens qui en ont besoin »

Sources : Breizh-info.com

Imprimer

Encore une volte-face de Macron

Macron est décidément un nuisible et de la pire espèce. Il vient de démontrer une fois de plus qu’il est un spécialiste de la volte-face la plus cynique : après avoir annoncé que les personnes âgées de plus de 70 ans seraient exclues du déconfinement, il a dit le contraire quelques jours après. Tout simplement parce que, vu le mécontentement que son annonce a provoqué, les fins stratèges (?) qui l’entourent lui ont fait remarquer que son électorat est composé en bonne partie de personnes âgées, trop crédules pour avoir perçu jusqu’à présent le caractère nocif du personnage. Donc, marche arrière toute, avec un grand sourire histoire de rappeler qu’il se fout du monde.

Les maires et autres élus locaux sont bien placés pour le savoir. Quand il y a des problèmes locaux emmerdants (insécurité, insalubrité, équipements défectueux, etc) c’est pour eux. Mais s’ils veulent prendre des mesures affirmant leur autonomie et leur pouvoir local, par exemple pour lutter contre la pandémie, ils se font immédiatement taper sur les doigts par les autorités administratives et judiciaires, émanations du pouvoir jacobin. Le centralisme parisien ne supporte pas qu’on mette en cause son omnipotence et son mépris des « provinciaux ».

Sur le plan international Macron pratique aussi avec désinvolture le retournement de veste. Le dernier en date concerne l’Albanie. Comme le savent tous ceux qui s’intéressent à la géopolitique, l’Albanie est un pays pourri jusqu’à la moelle, un pays maffieux où trafic d’armes, de drogue et même d’organes humains (prélevés sur des Serbes au Kosovo) ainsi que d’esclaves prostitué(e)s sont une « industrie » nationale, comme le savent fort les polices occidentales. C’est aussi une base commode pour les djihadistes voulant s’infiltrer en Europe occidentale. Or, comme le rappelle l’excellente lettre d’information quotidienne Eurolibertés, les différents gouvernements européens ont donné le 24 mars leur feu vert pour relancer le processus d’adhésion de l’Albanie et de la Macédoine du nord à l’Union européenne. Le veto que mettait jusqu’à maintenant la France à ces candidatures a été levé par le président Macron.

L’Albanie a initialement présenté sa demande d’adhésion à l’Union européenne en 2009. Depuis cette demande, plusieurs étapes dans le processus d’adhésion ont été franchies.

Quatre pays dont la France ont longtemps mis leur veto au lancement des négociations en vue de l’adhésion de l’Albanie et de la Macédoine du nord à l’UE et la continuité de cette position a été réaffirmée lors d’une réunion des ministres des affaires étrangères à Luxembourg le 15 octobre 2019. Cinq mois plus tard, changement de cap : le 24 mars 2020, les représentants des divers pays européens décidaient à l’unanimité d’ouvrir les négociations en vue de l’adhésion des deux pays demandeurs à l’UE.

Comment expliquer ce revirement ? L’accord qui permet la relance du processus d’adhésion de l’Albanie à l’UE comporte plusieurs mesures que doit prendre son gouvernement. Ces réformes concernent entre autres le financement de la vie politique, une réforme judiciaire et la mise en place de structures spécialisées dans la lutte contre la corruption et la criminalité organisée. Ce qui fait éclater de rire (jaune) ceux qui connaissent l’Albanie. Mais la nomenklatura des institutions européennes n’en a cure et choisit, comme d’habitude, de fermer les yeux sur les vérités qui dérangent.

On sait combien les politiciens sont des girouettes. Mais Macron restera dans l’Histoire comme un cas exemplaire.

Pierre VIAL

Imprimer

Norvège: la fonte d'un glacier permet la découverte de reliques de l'époque des Vikings

Cette découverte archéologique majeure est également un témoignage culturel fort de cette époque.

Il s'agit d'une découverte spectaculaire. L'histoire commence en 2011, raconte The Guardian, lorsque des scientifiques découvrent une tunique de laine, datant du IIIe ou IV siècle après Jésus-Christ, à proximité du col de Lendbreen, dans une région centrale et montagneuse de Norvège.

"Découverte remarquable" 

Dès lors, l'attention de ces derniers s'est fixée sur cette zone, par une observation malheureusement facilitée par la fonte des montagnes. Et ces derniers mois, de nombreux artefacts, cette fois-ci datés aux environs de l'an 1000, en pleine époque viking, ont été découverts. Parmi eux, des pièces inestimables telles que des flèches, chaussures en cuir et des mitaines.

 

Melting glaciers in Lendbreen, Norway have revealed a lost mountain pass and artifacts that were used by the Vikings.

Lost Viking ‘highway’ and artifacts revealed by melting glaciers

 
 

"Ce sont des objets qui ont été emprisonnés par le froid il y a 1000 ans et qui sont maintenant découverts. Le textile est parfaitement conservé, nous avons également des flèches en très bon état. C'est une découverte remarquable", souligne auprès du média anglais James Barrett, archéologue à l'université de Cambridge, qui a pris part aux fouilles. 

Témoignage du passé 

Témoignage du passé, cette découverte a également mis en lumière des pratiques culturelles de l'époque. Parmi elles, les cairns, ces amas de pierre censés guider les voyageurs à travers le brouillard, tenace et épais dans cette région du globe. 

La totalité des trouvailles a été publiée dans la revue Antiquity. Du fait de la fonte déjà bien avancée du col, les scientifiques estiment que le lieu a désormais livré tous ses secrets.

Imprimer

Epidemondialisation. Entretien avec Laurent Ozon L’Echo des Canuts n° 12

 

 

EPIDEMONDIALISATION DEF

 Ce soir, Roberto vous propose un entretien avec Laurent Ozon, idunstriel et auteur de "France, les années décisives", pour une analyse à chaud de la crise que nous traversons.

Nos auditeurs connaissent Laurent Ozon : sa personnalité et ses analyses laissent rarement ceux qui l’écoutent indifférents, qu’on l’approuve ou qu’il énerve. gageons qu’il en sera de même avec cet entretien…

 Références :
https://editionsbios.fr/livre/les-annees-decisives
https://fr.quora.com/Nous-Européens-devons-nous-paniquer-face-au-Coronavirus/answer/Laurent-Ozon-1?ch=10&share=7f42a294&srid=3SgSs

 

Guide AFNOR : évite de contaminer les autres

https:\www.afnor.org\actualites\coronavirus-telechargez-le-modele-de-masque-barriere\

 

Pour écouter l'émission depuis le podcast ::

https://soundcloud.com/meridienzero/lecho-des-canuts-12-epimondialisation-entretien-avec-laurent-ozon

 

 

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites