Résistance Identitaire Européenne

Non au pacte mondial sur les migrations

non pacte mondial migrations

 

Empêchons Macron de signer le 10 décembre 2018 à Marrakech le pacte mondial de l’ONU sur les migrations car ce texte tend à encourager une immigration massive plutôt qu’à la contrôler.

Outre les Etats-Unis, en Europe, la Hongrie, la République tchèque, la Pologne, l’Autriche, la Bulgarie, la Slovaquie, la Belgique, l’Italie et même la Suisse ont affiché leur refus.

Imprimer

82% des richesses crées en 2017 sont allées au 1% les plus riches

Macron et la théorie du ruisselement...

 

L'essentiel de la richesse créée l'an dernier dans le monde a terminé entre les mains du 1% le plus riche de la population de la planète, les femmes payant le prix fort de ces inégalités, a dénoncé lundi l'ONG Oxfam. La vie continue d'aller très bien pour les plus fortunés de la planète. Au grand dam de l'ONG Oxfam. "Le boom des milliardaires n'est pas le signe d'une économie prospère, mais un symptôme de l'échec du système économique", a affirmé la directrice d'Oxfam Winnie Byanyima, lors de la publication du rapport intitulé "Récompenser le travail, pas la richesse" à la veille de l'ouverture du World Economic Forum (WEF) à Davos. "On exploite les personnes qui fabriquent nos vêtements, qui assemblent nos téléphones portables et cultivent les aliments que nous mangeons, afin de garantir un approvisionnement constant en produits pas chers, mais aussi pour grossir les profits des entreprises et leurs riches investisseurs", s'est-elle insurgée, citée dans un communiqué. Selon le rapport d'Oxfam, 3,7 milliards de personnes, soit 50% de la population mondiale, n'a pas touché le moindre bénéfice de la croissance mondiale l'an dernier, alors que le 1% le plus riche en a empoché 82%. Depuis 2010, c'est-à-dire peu après le début de la crise en 2008, la richesse de cette "élite économique" a augmenté en moyenne de 13% par année, a précisé Oxfam, avec un pic atteint entre mars 2016 et mars 2017, période où "s'est produit la plus grande augmentation de l'histoire en nombre de personnes dont la fortune dépasse le milliard de dollars, au rythme de 9 nouveaux milliardaires par an". ⋙ A lire aussi : les 1% de Français les mieux payés sont de plus en plus riches Pour Oxfam, les ouvrières se retrouvent "tout en bas de la pyramide". "Dans le monde entier, les femmes gagnent moins que les hommes et elles sont sur-représentées dans les emplois les moins bien payés et les plus précaires", constate-t-elle. "De la même manière, sur 10 nouveaux milliardaires, 9 sont des hommes", a-t-elle ajouté. L'ONG, qui publie traditionnellement un rapport sur les inégalités juste avant que l'élite économique ne se réunisse à Davos (Suisse), lance un appel aux dirigeants pour que "l'économie fonctionne pour tous et pas uniquement pour une riche minorité". Elle préconise la limitation des dividendes pour les actionnaires et les dirigeants d'entreprises, la fin de "la brèche salariale" entre hommes et femmes, ainsi que la lutte contre l'évasion fiscale. Selon un sondage réalisé pour Oxfam auprès de 70.000 personnes dans 10 pays, diffusé à l'occasion de la publication du rapport, les deux tiers des personnes interrogées estiment "urgent" de traiter "la brèche entre riches et pauvres. Ce sondage a été réalisé en Inde, au Nigéria, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, au Mexique, en Afrique du Sud, en Espagne, au Maroc, aux Pays-Bas et au Danemark. ⋙ A lire aussi : les 10% de Français les plus riches capteront 46% des baisses d’impôts

 

https://www.capital.fr/economie-politique/les-plus-riches-ont-accapare-82-de-la-richesse-mondiale-creee-en-2017-1266809?fbclid=IwAR3_M1iay7EbD8mmzjnrDH-mZ8iY1Fw79trr6c0ml_N4Toy4vcoJUAJCHME

Imprimer

Scandale d'Etat ? Macron annonce 48000 morts de la pollution pour faire passer les hausses de carburants

 

«48 000 décès par an» à cause de la pollution : le chiffre d'Emmanuel Macron est-il crédible ?

 

En pleine fronde des Gilets jaunes, pourr expliquer la nécessité supposée d'augmenter les prix à la pompe, le président de la République appuie son argumentaire sur une étude qui a déjà été critiquée il y a plusieurs années par Le Monde.

Emmanuel Macron s'est-il aventuré un peu trop loin ? Sur Twitter, le chef de l'Etat a déclaré que «48 000 décès par an» pouvaient être attribués à la pollution. Selon le site Contrepoing.org, ce chiffre serait pour le moins contestable : «D'où sort ce chiffre de 48 000 morts, ressassé par le monde politique ? Il est tiré d’un rapport de l’agence Santé publique France, sur "L’état de santé de la population en France". Un concept vaste, qui tient aussi bien compte des maladies cardiovasculaires, du diabète, du mode de vie, que de l’inhalation de gaz toxiques.»

 

scandale d'etat 48000 morts pollution macron

L'étude en question pointerait surtout la nocivité du tabac et de l'alcool, de loin les principaux vecteurs de mortalité provoquant cancers et maladies cardiovasculaires. Mais dans cette étude, un autre rapport commandé par la Commission européenne est discuté et il fait simplement état de «48 000 morts prématurées».

Par ailleurs, le journal Le Monde avait déjà épinglé en 2013 les écologistes qui faisaient, selon le quotidien, un usage abusif d'un chiffre similaire de 42 000 morts, se fondant sur une statistique datée de 1997. Et le journal d'opposer : «Aujourd'hui, l'étude la plus récente parle de 2 900 décès dans 9 villes françaises polluées»... Le chiffre du président de la République serait donc en réalité une extrapolation de cette étude vieille d'une vingtaine d'années et n'évoquant que les grandes villes.

 

https://francais.rt.com/france/55999-48-000-deces-par-an-pollution-chiffre-macron-credible?fbclid=IwAR1b-AkMwtxmWFxqvedDSWbLSuXARGdaQ0wLgUHLiIkQwgPV6StuAUYnUxE

 

 

Pollution de l’air : 38 000 morts par an dans le monde, dont 48 000 en France…

 

https://www.europeanscientist.com/fr/opinion/pollution-de-lair-38-000-morts-par-an/?fbclid=IwAR3qgQFBOMLmZx3__i9gsIsek-j7lDv-q99-K5zp8cQ4uTs6UIRottoLeHw

Imprimer

Les Gilets jaunes d’un point de vue autochtoniste

Le mouvement des « Gilets jaunes » mérite qu’on s’y intéresse d’un point de vue autochtone ou autochtoniste car il traduit sociologiquement une exaspération des natifs.

Ce mouvement, on l’a dit et répété dans tous les médias, s’enracine dans la « France périphérique » décrite par le géographe Christophe Guilluy. Il est symptomatiquement boudé par ce que nous avons nommé la « petite noblesse » de nouveau régime. Cette « petite noblesse » autochtone, environ 10 millions d’individus, qui habite les beaux quartiers et les centres des grandes métropoles profite pleinement de la mondialisation, capte l’essentiel des richesses du pays et  soutient donc le régime-Système de manière indéfectible. Les Allochtones des banlieues quant à eux, 15 à 17 millions d’individus, ne se sentent pas concernés par ce mouvement, soit parce qu’ils ne travaillent pas, soit, lorsqu’ils travaillent, parce que des transports quasi gratuits sont mis à leur disposition. Reste donc cette France périphérique délaissée, celle des Gilets jaunes : une France populaire blanche comme on peut le voir sur toutes les images !

Le mouvement des Gilets jaunes est donc un mouvement à 99% autochtone. C’est d’ailleurs ce qui ne plaît pas à certains commentateurs, d’où leur remarques racistes sur le caractère « populiste », ou d’extrême droite, de celui-ci : ce qui est trop blanc et pas assez métissé est toujours suspect.

Indéniablement, et il serait erroné de pas prendre en compte cette dimension, le mouvement des Gilets jaunes est aussi un  mouvement identitaire. Certes, l’élément déclencheur a été l’augmentation des prix du diesel et de l’essence, mais il ne faut pas ignorer que bouillonne en dessous ce sentiment d’être marginalisé tant économiquement, socialement, culturellement, que sociétalement. Les délocalisations, l’immigration de peuplement, la remise en cause des modes de vie, l’insécurité culturelle, le déclassement… constituent le terreau de la révolte. Qui sont ceux qui participent au mouvement ? Les gros bataillons sont essentiellement constitués des électeurs de Marine Le Pen, des électeurs blancs de Mélenchon (la France insoumise est de fait coupée en deux par une frontière identitaire) et de ceux qui ne participent plus aux élections (les « abstentionnistes »).   

 Cette agitation autochtone est selon nous révélatrice d’un malaise identitaire et d’une évolution vers une prise de conscience d’appartenance. Cependant, en elle-même, elle ne sert à rien.  Ce qui condamne par avance le mouvement des Gilets jaunes est qu’il ne s’inscrit dans aucune planification stratégique : ce n’est qu’une « jacquerie » et un mouvement d’humeur spontané.

Pourquoi la « planification stratégique » ? Gene Sharp, le concepteur américain des révolutions de couleur, donne l’exemple d’une personne qui veut faire un voyage. Cette personne va, explique Sharp, définir son moyen de transport (la voiture, le train, l’avion, le bateau ?), va regarder si elle dispose de suffisamment d’argent (dans le cas contraire, elle va imaginer un moyen de s’en procurer), va décider où manger et où dormir si le voyage est long, va s’enquérir des documents nécessaires (passeport, visa ?) et de comment les obtenir, et va prendre des dispositions pour pallier son absence durant le voyage (qui va garder le chien ?). Cette planification que tout le monde fait lorsqu’il s’agit de voyager est rarement faite par les représentants de mouvements politiques et sociaux. C’est la raison, selon Sharp, de leurs échecs.

Le mouvement des Gilets jaune est dans la situation d’un homme qui un beau matin quitterait son domicile pour visiter la Chine sans passeport ni moyen de transport, avec 20€ en poche. Certes, cet homme causerait l’émoi dans sa famille mais quelles seraient ses chances d’atteindre son objectif ?

De ce point de vue, le blocage des routes est un « coup », même pas un engagement tactique puisque l’engagement tactique n’a de sens que s’il s’inscrit dans une stratégie globale qu’il est en charge de faire progresser.

En résumé :

  • Le mouvement des Gilets jaunes est un mouvement principalement composé d’Autochtones
  • C’est donc un mouvement qui exprime des préoccupations sociales mais aussi identitaires
  • Ce mouvement n’est pas organisé et ne s’inscrit dans aucune stratégie à long terme. Ces chances de régler le malaise global de la population autochtone (nous ne parlons pas ici du prix des carburants) sont quasi nulles. Le ressentiment qui s’ensuivra n’en sera que plus âpre.

En conclusion, du point de vue autochtoniste, nous pouvons dire que ce mouvement montre le désarroi grandissant d’une population autochtone assujettie par le régime-Système. Ce désarroi n’aboutira à rien s’il n’est pas mis en forme par la fraction consciente du peuple autochtone. Mais, incontestablement, les digues mentales qui empêchaient l’avènement d’une conscience nationale autochtone commencent à se fissurer. Tout dépend désormais de la volonté des Réfractaires, c’est-à-dire des Autochtones solidaires du destin de leur peuple. Sauront-ils enfin organiser leur peuple ? Je vois à l’instant sur BFM-TV qu’une trentaine de manifestants ont bloqué les Champs Elysées tout à fait légalement, puisqu’ils se sont contentés de traverser et de retraverser des passages piétons. Imaginez un instant ce que serait le mouvement des Gilets jaunes si un Etat parallèle autochtone l’inscrivait dans la cadre d’une stratégie globale de libération autochtone !   

Antonin Campana

http://www.autochtonisme.com/2018/11/les-gilets-jaunes-d-un-point-de-vue-autochtoniste.html

 

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites