Résistance Identitaire Européenne

Yémen: la France confirme un prochain "chargement d'armes" sur un cargo saoudien

AFP08/05/2019 à 11:21
Le cargo Bahri Yanbu, battant pavillon saoudien, dans le port de Tilbury, le 7 mai 2019 au Royaume-Uni ( AFP / Ben STANSALL )

Le cargo Bahri Yanbu, battant pavillon saoudien, dans le port de Tilbury, le 7 mai 2019 au Royaume-Uni ( AFP / Ben STANSALL )

La ministre des Armées Florence Parly a confirmé qu'il y aura un "chargement d'armes" sur un cargo saoudien qui doit arriver ce mercredi dans le port du Havre.

"Il y aura chargement d'armes en fonction et en application d'un contrat commercial", a déclaré sans plus de précisions Mme Parly sur la chaîne BFM TV et la radio RMC, interrogée sur le cargo saoudien Bahri Yanbu qui, selon le site Disclose, doit prendre livraison de "huit canons de type Caesar" susceptibles d'être utilisés dans la guerre meurtrière que livre l'Arabie saoudite au Yémen.

Mme Parly n'a pas précisé la nature des armes qui seront chargées ni leur destination mais assuré que, "à la connaissance du gouvernement français, nous n'avons pas d'éléments de preuve selon lesquels des victimes au Yémen sont le résultat de l'utilisation d'armes françaises". La ligne invariablement avancée par Paris est que ces armements ne sont utilisés que de manière défensive et pas sur la ligne de front.

Or, selon une note des services secrets dévoilée mi-avril par le média français d'investigation Disclose, des armes françaises sont bien utilisées sur le territoire yéménite par Ryad et Abou Dhabi contre les rebelles houthis, minorité chiite soutenue par l'Iran.

Mme Parly a rappelé que ces ventes d'armes faisaient partie de "partenariats à long terme avec l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis". "La France a des intérêts dans cette zone du monde", a-t-elle ajouté

Le conflit au Yémen a tué des dizaines de milliers de personnes, dont de nombreux civils, selon diverses organisations humanitaires.

Environ 3,3 millions de personnes sont toujours déplacées et 24,1 millions, soit plus des deux tiers de la population, ont besoin d'assistance, selon l'ONU.

Imprimer

La France sacrifie les meilleurs de ses fils : pour qui, pour quoi ?

militaires

Deux soldats français d’élite, Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, appartenant au célèbre commando Hubert, sont morts pour libérer deux olibrius, deux pédagos français, homosexuels qui venaient de se « marier » et étaient en « voyage de noce » au Bénin, dans une zone réputée dangereuse (source : Le Figaro).

Les autorités françaises étaient parfaitement informées de cette situation. Elles portent donc la responsabilité d’avoir sacrifié deux soldats exemplaires pour récupérer deux zozos qui méritaient de goûter aux charmes de la séquestration par des djihadistes.

L armee francaise libere quatre otages au Burkina deux militaires tues

Décidément ceux qui sont censés représenter la France (plus pour longtemps, je l’espère) ne méritent ni notre respect ni notre obéissance. A chacun d’en tirer les conséquences.

PS : pour les élections européennes, évidemment tout sauf Macron.

Pierre Vial

Imprimer

EDITORIAL - TP MAG N°78 (Versión española)

La Ruptura

 

La gente que está (teóricamente hablando) en la cabeza del poder no ha comprendido nada, o no lo quiere entender. Encerrados en su autismo, parece que creen que todavía pueden, desde el Eliseo, Martignon o la plaza Beauvau decidir lo que los franceses quieren o no. Tienen las agallas de denunciar a aquellos que causan disturbios, los rompedores (manipulados por los servicios ad hoc) cuando son ellos quienes rompen y quebrantan la sociedad francesa.

Desde hace años anunciamos la ruptura entre el país real y el país legal. Varias personas, incluso nuestros allegados, nos han explicado sabiamente que nos tomamos nuestros deseos por realidades. Pues el pueblo, no es así, no existe...los hechos les demuestra cruelmente que ellos son falsos. Si bien es cierto, no es delante de una pantalla de ordenador que conocemos la realidad de lo sucedido en la calle. De igual forma, los aristócratas ricos encerrados en su jaula dorada de Versalles deben estar vez persuadidos, también, como en 1788, que el pueblo no existe.

La oligarquía financiera que ha impuesto Macron ahí donde él esta, igualmente persuadido, que ella le podría permitir todo y hacer aceptar cualquier cosa a esos franceses imbéciles. La respuesta contundente por parte de los Chalecos Amarillos ilustra la famosa frase de Rivarol: “cuando un pueblo cesa de estimar, cesa de obedecer”.

Jean-Claude Michéa ha hecho un comentario sagaz. “Un gobierno cínico que claramente está listo –en diferencia con sus predecesores-a ir hasta los peores extremos pinochetistas (como Maggie y los menores galos, o los huelguistas de hambre en Irlanda) para imponer su << sociedad de crecimiento >> y el poder antidemocrático de los jueces, hoy triunfante, no tienen a quién temer en ningún plano y menos del personal servil mediático francés (...) pues la colera de aquellos de abajo no recaerá más, simplemente porque ellos no pueden caer más bajo y no quieren más. ¡El pueblo está definitivamente en marcha! Que los versalleses de izquierda y de derecha (retomando la fórmula de los proscritos de la comunidad de refugiados en Londres) lo tengan por dicho...”.

Michel Onfray está sobre el mismo registro “con esta banda política y sindical, entendemos bien que, amigos como puercos, los institucionales de la política y el sindicalismo no lo dirán jamás, pero ellos temen por la democracia representativa en la cual prosperan como gusanos en queso, porque la democracia directa, esa de los chalecos amarillos hoy, o la de los gorros rojos de ayer, impide a los profesionales de la política hablar alto y fuerte por el pueblo cuando al mismo tiempo actúan contra él. Como combatir esta << lepra >>de la Francia periférica? Ensuciando el movimiento para evitar que éste se haga entender y no diga lo que quiere decir.”.

La ruptura entre el país legal y el país real es irremediable. Tendremos la confirmación en un futuro próximo.

Pierre Vial

Imprimer

La censure continue sur Facebook !

Facebook va supprimer définitivement de sa plateforme et de sa filiale Instagram les comptes de plusieurs personnalités controversées, comme le leader noir américain Louis Farrakhan, aux propos régulièrement antisémites, ou d'extrême droite comme le complotiste Alex Jones, a annoncé le réseau social jeudi.

"Nous avons toujours interdit les individus ou organisations qui promeuvent ou se livrent à la violence et la haine, quelle que soit l'idéologie", a indiqué l'entreprise, qui a au total supprimé 7 personnes et organisations entrant dans la catégorie "individus et organismes dangereux" établie par Facebook.

"Le processus d'évaluation de possibles infractions (aux règles d'utilisation du réseau social, NDLR) est très poussé et c'est ce qui nous a conduit à décider de supprimer ces comptes aujourd'hui" jeudi, a poursuivi une porte-parole dans un courriel à l'AFP.

Louis Farrakhan est le leader de l'organisation "Nation of Islam", fondée en 1930. L'organisation et son leader sont connus pour des prises de position violentes, souvent antisémites ou homophobes.

Alex Jones est un complotiste américain d'extrême droite, fondateur du site d'Infowars (également supprimé), prompt à relayer théories du complot et autres infox. M. Jones est notamment connu pour avoir prétendu que la fusillade dans l'école primaire Sandy Hook était une mise en scène.

Facebook va retirer toutes les pages, groupes et comptes qui représentent les personnes concernées, ainsi que tous les événements auxquels elles participent.

La catégorie "individus et organismes dangereux" de Facebook est définie ainsi sur son site internet en français: "Afin d'éviter et d'empêcher toute nuisance et tout danger dans le monde réel, les organisations ou individus impliqués dans les activités suivantes ne sont pas les bienvenus sur Facebook: les activités terroristes, la haine organisée, les meurtres de masse ou en série, la traite des personnes, la violence ou les activités criminelles organisées".

Facebook est très critiqué pour ne pas faire assez efficacement la chasse aux contenus haineux et communique régulièrement sur le sujet.

Afp 02/05:19

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites