Résistance Identitaire Européenne

Economie

Le Corporatisme de l'avenir

 

point outils

 

 

L'État contemporain qui est issu de la révolution industrielle, devint un état de classes. Les détenteurs du capital dominent la production et ont, grâce à cela, un monopole formel sur les bénéfices. De cette manière les salariés sont devenus les machines vivantes de l'entreprise. La suite en est une tension entre le travail et le capital, qui trouve son expression dans la lutte des classes.

Le droit à la propriété fut peu à peu morcelé par la collectivisation. Grâce à la société anonyme les propriétaires ont conservé un droit de participation dans l'entreprise, mais leurs droits sont exercés par la Direction. Le pouvoir est concentré sur cette dernière, qui agit au nom des propriétaires. Ainsi a été supprimé le lien psychologique entre le propriétaire et ce qu'il possédait, comme cela existait dans l'ancien Etat à structure paysanne, où le paysan possédait personnellement sa ferme et l'administrait lui-même.

Le droit à la propriété dans l'Etat capitaliste devient l'annonciateur du communisme où l'Etat administre le bien de chacun. L'esprit d'entreprise, d'initiative dépendent du capital dans l’Etat ploutocratique. Ce qui signifie que seuls auront une influence les rares personnes qui contrôlent les grandes concentrations de capital, tandis que dans le monde communiste celles-ci dépendent de l'Etat.

La transmission du pouvoir d'une minorité capitaliste dans les mains de l'Etat est facilitée par la lutte des classes, grâce à laquelle l'Etat peut faire jouer les différents partenaires les uns contre les autres en vue de gagner finalement la partie lui-même.

Le Corporatisme signifie une rupture brutale avec cette évolution. Il doit être réalisé en 3 étapes : la réforme de l'entreprise, la création des corporations et la mise en place d'un Etat corporatif populaire.

La réforme corporative de l'entreprise réside dans le fait que le droit de propriété est juridiquement confié au chef d'entreprise. Les actionnaires ou leurs semblables demeurent possesseurs du capital investi. Ils ont le droit de réclamer un intérêt normal pour leur argent, de même que les employés ont droit à un salaire défini par des conventions. Ils ont de plus le droit de réclamer la moitié des places dans la direction, l'autre moitié étant réservée aux employés. Il est naturel que le chef de l'entreprise soit le Président, car il est l'arbitre entre le Travail et le Capital.

Le capital devient un moyen et non plus une fin en soi pour l'entreprise. L'intérêt normal des actions est considéré comme une dépense nécessaire. Le gain qui reste lorsque les salaires du personnel et de la direction, ainsi que les intérêts sont déduits, !es achats de machines et de matières premières effectués et les paiements dus, réglés, doit être partagé de sorte que dans la mesure où monte la rémunération des possesseurs d'actions, le pourcentage de participation aux gains des ouvriers, employés et de la direction monte également. Le gain doit être partagé entre tous les facteurs de la production : capital, travail et initiative. Cette réforme corporative des entreprises est complétée par une réforme fiscale qui remplace les impôts directs par des impôts sur la production. Ceux-ci sont payables lorsque le produit quitte le fabricant et leur pourcentage de la valeur des marchandises serait à peu près équivalent aux impôts actuellement payés sur ces dernières. En conséquence, le financement par l'Etat des secteurs de distribution sociale et économique se trouve modifié et relève de la politique des salaires et des prix. Les impôts ne font de ce fait aucun obstacle pour le développement économique. Les investissements deviennent plus rentables. Les capacités de travail dépassant la moyenne ne sont pas imposées d'une manière spéciale. Une entreprise peut prévoir sans difficulté les taxes de production dans ses calculs. Le système rendu possible grâce au corporatisme et à ses méthodes nouvelles pour réaliser des buts sociaux, favorise ainsi aussi bien l'économie et le travail que l'initiative.

La seconde étape du corporatisme consiste dans la formation de corporations comprenant les entreprises des mêmes branches industrielles, dont les représentants et directeurs sont élus par les organisations des entrepreneurs, employés et ouvriers de la même branche. Ces groupements sont réunis en corporations principales communes avec une organisation identique. Le Gouvernement choisit des présidents impartiaux pour diriger les Corporations et les Corporations principales, ce qui a pour suite les tribunaux d'arbitrage, mais avec un champ d'action sensiblement plus étendu. Toutes les corporations principales : agriculture, industrie, commerce, banque et assurances, professions libérales et familiales, doivent être représentées dans un Conseil Economique commun, qui se trouve placé sous la présidence d'un représentant du gouvernement. Ce Conseil servirait à élaborer des points de vue communs entre les corporations.

Les corporations deviennent des organes officiels, c'est-à-dire que l'adhésion en devient obligatoire. Chaque citoyen devient de cette façon membre d'une corporation comme il est membre d'une commune. Une partie des tâches qui sont du ressort de l'Etat peuvent être données aux corporations. Peut-être pourrait-on dire que ces dernières et les Corporations principales mènent une action parallèle à celle des communes et des provinces.

Il est évident que toutes les organisations ne peuvent être organisées d'après un seul schéma. L'agriculture et l'industrie ont des structures différentes auxquelles doivent correspondre leurs organisations.

Le corporatisme a également la possibilité de créer des organisations particulières au-delà des limites corporatives : les organes pour ainsi dire inter corporatifs. Un exemple frappant est la fédération d'une branche artisanale, qui a le devoir de sauvegarder ses intérêts et problèmes particuliers, sans tenir compte des questions financières. Dans une telle fédération, on devrait non seulement grouper officiellement les anciennes branches classiques, mais aussi les métiers modernes comme 'les réparateurs, installateurs et personnel d'entretien. Parmi les organes inter corporatifs on pourrait également compter les organisations principales actuelles : fédération des employeurs, fédération des fonctionnaires ainsi que les syndicats. Toutefois il est à noter que les organes inter corporatifs, ne peuvent être créés par voie légale et conservent par conséquent, leur caractère privé comme jusqu'à présent. Ceci n'empêche évidemment pas les représentants des corporations de leur accorder des moyens pour leurs travaux ou de collaborer avec eux, s'ils le jugent nécessaire. Le système d'organisation actuelle est conçu pour sauvegarder les intérêts des divers groupes dans la lutte des classes. Le corporatisme doit coordonner les intérêts des différents groupes sur la base de l'égalité sociale.

Sources : Défense de l’occident – avril mai 1978 – N° 157

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites