Résistance Identitaire Européenne

Economie organique

Vilfredo Pareto, le Karl Marx du fascisme

 

Vilfredo pareto

 

La contribution italienne à la pensée politique et sociale est particulièrement impressionnante et, en fait, peu de nations sont dotées d'une tradition aussi longue et aussi riche. Il suffit de mentionner des noms comme Dante, Machiavel et Vico pour apprécier l'importance de l'Italie à cet égard. Au vingtième siècle aussi, les contributions apportées par les Italiens sont d'une grande importance. Parmi celles-ci se trouvent la théorie de la domination oligarchique de Gaetano Mosca, l'étude des partis politiques de Roberto Michel, les curieuses théories sociobiologiques de Corrado Gini, et les investigations de Scipio Sighele sur l'esprit criminel et sur la psychologie des foules [1]. L'un des plus largement respectés de ces théoriciens et sociologues politiques italiens est Vilfredo Pareto. En effet, ses écrits ont eu tant d'influence qu'«il n'est pas possible d'écrire l'histoire de la sociologie sans se référer à Pareto» [2]. A travers toutes les vicissitudes et les convulsions de la vie politique du vingtième siècle, Pareto demeure à ce jour «un spécialiste de réputation universelle» [3].

Pareto est aussi important pour nous aujourd'hui parce qu'il est une figure dominante dans l'un des courants intellectuels les plus remarquables, et pourtant largement étouffés, de l'Europe. Cette vaste école de pensée inclut des figures aussi diverses que Burke, Taine, Dostoïevski, Burckhardt, Donoso Cortés, Nietzsche et Spengler, et se trouve en franche opposition avec le rationalisme, le libéralisme, l'égalitarisme, le marxisme et toutes les autres créations des doctrinaires des Lumières.

 

Vie et personnalité

Vilfredo Federico Damaso Pareto était né à Paris en 1848 [4]. Il était d'ascendance mixte franco-italienne, fils unique du marquis Raffaele Pareto, un Italien exilé de sa Gênes natale à cause de ses idées politiques, et de Marie Mattenier. Comme son père avait une vie assez confortable en tant qu'ingénieur en hydrologie, Pareto fut élevé dans un environnement de classe moyenne, jouissant de nombreux avantages qui revenaient aux gens de sa classe sociale à cette époque. Il reçut une éducation de qualité à la fois en France et en Italie, obtenant finalement un diplôme d'ingénieur à l'Institut Polytechnique de Turin où il termina premier de sa classe. Après avoir obtenu son diplôme, il travailla pendant plusieurs années comme ingénieur civil, d'abord pour la compagnie étatisée des chemins de fer italiens et ensuite pour l'industrie privée.

Pareto se maria en 1889. Son épouse Dina Bakunin, une Russe, aimait apparemment une vie sociale active, ce qui était plutôt en conflit avec l'amour de Pareto pour l'intimité et la solitude. Après douze années de mariage, Dina abandonna son époux. Sa seconde femme, Jane Régis, le rejoignit peu après la rupture de son mariage et tous deux restèrent dévoués l'un à l'autre durant tout le reste de la vie de Pareto.

Durant ces années, Pareto acquit un profond intérêt pour la vie politique de son pays et exprima ses idées sur une variété de thèmes dans des conférences, des articles pour divers journaux, et dans l'activité politique directe. Constant dans son appui à la théorie économique de la libre entreprise et au libre-échange, il ne cessa jamais d'arguer que ces concepts étaient des nécessités vitales pour le développement de l'Italie. Vociférant et polémique dans la défense de ces idées, et incisif dans la dénonciation de ses adversaires (qui se trouvaient être au pouvoir en Italie à cette époque), ses conférences publiques étaient suffisamment controversées pour être parfois visitées et fermées par la police, et attirer occasionnellement des menaces de la part d'hommes de main. Faisant peu de progrès avec ses concepts économiques à l'époque, Pareto se retira de la vie politique active et fut nommé professeur d'économie politique à l'Université de Lausanne (Suisse) en 1893. Il y établit sa réputation d'économiste et de sociologue. Sa réputation devint si grande qu'il fut surnommé «le Karl Marx de la bourgeoisie» par ses opposants marxistes. En théorie économique, son Manuel d'économie politique [5] et sa critique du socialisme marxien, Les Systèmes socialistes [6], restent parmi ses travaux les plus importants.

Pareto se tourna vers la sociologie assez tard dans sa vie, mais il est cependant acclamé dans ce domaine. Son monumental Traité de sociologie générale, et deux volumes plus petits, Montée et chute des élites et La transformation de la démocratie, sont ses chef-d ‘œuvres en sociologie [7]. Nous examinerons plus loin la nature de quelques-unes des théories contenues dans ces livres.

Le titre de marquis avait été accordé à l'arrière - arrière - arrière - grand-père de Pareto en 1729 et, après la mort de son père en 1882, cette dignité passa à Pareto lui-même. Il n'utilisa jamais ce titre, cependant, disant que puisque celui-ci n'était pas mérité, il avait peu de sens pour lui. Inversement, après sa nomination à l'Université de Lausanne, il utilisa le titre de «Professeur», car il sentait que c'était quelque chose qu'il méritait à cause de sa vie d'étude. Ces faits soulignent l'une des caractéristiques les plus marquantes chez cet homme: son extrême indépendance.

La grande intelligence de Pareto lui causa des difficultés pour travailler sous toute sorte de supervision. Durant toute sa vie il se dirigea, pas à pas, vers l'indépendance personnelle. Comme il était parfaitement conscient de sa propre intelligence, sa confiance en ses capacités et en sa supériorité intellectuelle irritait et offensait souvent les gens autour de lui. Pareto, en discutant de presque toutes les questions dont il se sentait certain, pouvait être obstiné dans ses idées et dédaigneux envers ceux qui avaient des opinions divergentes. De plus, il pouvait être dur et sarcastique dans ses remarques. En conséquence, certains finirent par considérer Pareto comme querelleur, caustique et méprisant pour les sentiments des gens.

Inversement, Pareto pouvait être généreux envers ceux qu'il percevait comme des «opprimés». Il était toujours prêt à prendre sa plume pour défendre les pauvres ou pour dénoncer la corruption dans le gouvernement et l'exploitation de ceux qui étaient incapables de se défendre. Comme l'écrit l'écrivain et sociologue Charles Powers:

Pendant de nombreuses années, Pareto offrit de l'argent, un abri et des conseils aux exilés politiques (particulièrement en 1898 après les tumultueux événements de cette année en Italie). Comme son père, Pareto était conservateur dans ses goûts et inclinations personnels, mais il était aussi capable de sympathiser avec d'autres et d'apprécier les protestations pour l'égalité des chances et la liberté d'expression [8]. Pareto était un libre penseur. A certains égards, il rappelle un libertaire précoce. Il était possédé par cette dualité d'humeur que nous continuons à trouver parmi les gens qui sont extrêmement conservateurs et néanmoins ardents dans leur croyance en la liberté personnelle [9].

Comme il était un expert dans le maniement de l'épée et aussi un tireur d'élite, il n'était pas enclin à céder devant des menaces contre sa personne, un comportement qu'il aurait considéré comme une lâcheté et contraire à son sens de l'honneur personnel. Plus d'une fois il mit en fuite des brutes et des voyous [10].

Pareto souffrit d'une maladie de cœur vers la fin de sa vie et pendant ses dernières années lutta contre la maladie. Il mourut le 19 août 1923.

Vilfredo Pareto signature 

Les systèmes socialistes

Toute sa vie adversaire du marxisme et de l'égalitarisme libéral, Pareto publia une bordée foudroyante contre la vision-du-monde marxiste-libérale en 1902. Considérant le respect presque universel accordé aux aspects les plus marquants du marxisme et du libéralisme, il est regrettable que Les systèmes socialistes de Pareto n'ait pas été traduit en anglais dans son entièreté. Seuls quelques extraits ont été publiés. Dans un passage souvent cité qui peut être pris pour un avertissement prophétique destiné à notre époque, Pareto écrit:

Un signe qui annonce presque invariablement la décadence d'une aristocratie est l'intrusion de sentiments humanitaires et de sentimentalisme affecté qui rend l'aristocratie incapable de défendre sa position. La violence, nous devons le noter, ne doit pas être confondue avec la force. Assez souvent on observe des cas où des individus et des classes qui ont perdu la force de se maintenir au pouvoir se font de plus en plus haïr à cause de leurs accès de violence au hasard. L'homme fort frappe seulement quand c'est absolument nécessaire, et alors rien ne l'arrête. Trajan était fort, pas violent. Caligula était violent, pas fort.

Lorsqu'une créature vivante perd les sentiments qui, dans des circonstances données, lui sont nécessaires pour maintenir la lutte pour la vie, c'est un signe certain de dégénérescence, car l'absence de ces sentiments entraînera tôt ou tard l'extinction de l'espèce. La créature vivante qui répugne à rendre coup pour coup et à verser le sang de son adversaire se place ainsi à la merci de son adversaire. Le mouton a toujours trouvé un loup pour le dévorer; s'il échappe aujourd'hui à ce péril, c'est seulement parce que l'homme se le réserve pour lui-même.

Tout peuple qui a horreur du sang au point de ne pas savoir comment se défendre deviendra tôt ou tard la proie d'un peuple belliqueux ou d'un autre. Il n'y a peut-être pas un seul pouce de terre sur ce globe qui n'ait pas été conquis par l'épée à un moment ou à un autre, et où ses occupants ne se sont pas maintenus par la force. Si les Nègres étaient plus forts que les Européens, l'Europe serait partitionnée par les Nègres et non l'Afrique par les Européens. Le «droit» proclamé par des peuples qui s'accordent le titre de «civilisés» à conquérir d'autres peuples, qu'il leur plaît d'appeler «non-civilisés», est complètement ridicule, ou plutôt ce droit n'est rien d'autre que la force. Car tant que les Européens seront plus forts que les Chinois, ils leur imposeront leur volonté; mais si les Chinois devaient devenir plus forts que les Européens, alors les rôles seraient inversés, et il est hautement probable que les sentiments humanitaires n'ont jamais pu être opposés avec une efficacité quelconque à une armée. [11]

Dans une autre partie du même ouvrage qui rappelle à l'esprit les paroles du philosophe allemand Oswald Spengler, Pareto met aussi en garde contre ce qu'il considérait comme le danger suicidaire de l'«humanitarisme»:

Une élite qui n'est pas prête à rejoindre la bataille pour défendre sa position est en pleine décadence, et tout ce qui lui reste est de faire place à une autre élite ayant les qualités viriles dont elle manque. C'est une pure rêverie d'imaginer que les principes humanitaires qu'elle a pu proclamer lui seront appliqués: ses vainqueurs l'accableront avec le cri implacable Vae Victis [malheur aux vaincus]. Le couteau de la guillotine était aiguisé dans l'ombre quand, à la fin du dix-huitième siècle, les classes dirigeantes en France étaient occupées à développer leur «sensibilité». Cette société désœuvrée et frivole, vivant comme un parasite sur le pays, discourait lors de ses élégants dîners de délivrer le monde de la superstition et d'écraser l'infâme, sans aucunement suspecter que c'était elle-même qui allait être écrasée. [12]

Marxisme

Une partie substantielle des Systèmes socialistes est consacrée à une évaluation acerbe des prémisses basiques du marxisme. D'après l'historien H. Stuart Hughes, cet ouvrage causa à Lénine «plus d'une nuit sans sommeil» [13].

Dans les vues de Pareto, l'insistance marxiste sur la lutte historique entre la classe laborieuse non-possédante -- le prolétariat -- et la classe capitaliste possédante est biaisée et terriblement trompeuse. L'histoire est en effet pleine de conflit, mais la lutte entre le prolétariat et les capitalistes est simplement un conflit parmi beaucoup d'autres et n'est en aucune manière le plus important historiquement. Comme l'explique Pareto:

La lutte des classes, sur laquelle Marx a particulièrement attiré l'attention, est un facteur réel, dont les marques peuvent être trouvées sur chaque page de l'histoire. Mais la lutte n'est pas limitée seulement à deux classes: le prolétariat et les capitalistes, elle a lieu entre un nombre infini de groupes avec des intérêts différents, et avant tout entre les élites rivalisant pour le pouvoir. L'existence de ces groupes peut varier en durée, ils peuvent être basés sur des caractéristiques permanentes ou plus ou moins temporaires. Chez les peuples les plus sauvages, et peut-être chez tous, le sexe détermine deux de ces groupes. L'oppression dont se plaint le prolétariat, ou qui l'a amené à s'en plaindre, n'est presque rien en comparaison de ce que subissent les femmes des Aborigènes australiens. Des caractéristiques réelles à un degré plus ou moins grand -- nationalité, religion, race, langue, etc. -- peuvent donner naissance à ces groupes. De nos jours [c'est-à-dire en 1902], la lutte entre les Tchèques et les Allemands en Bohème est plus intense que celle entre le prolétariat et les capitalistes en Angleterre. [14]

L'idéologie de Marx représente simplement une tentative, pense Pareto, de remplacer une élite dominante par une autre, en dépit des promesses marxistes du contraire:

Les socialistes de notre époque ont clairement perçu que la révolution à la fin du dix-huitième siècle a simplement conduit au remplacement de la vieille élite par la bourgeoisie. Ils exagèrent largement le fardeau de l'oppression imposée par les nouveaux maîtres, mais ils croient sincèrement qu'une nouvelle élite de politiciens tiendra mieux leurs promesses que ceux qui sont venus et qui se sont maintenus jusqu'à nos jours. Tous les révolutionnaires proclament à leur tour que les révolutions précédentes ont fini par tromper le peuple; c'est leur révolution seule qui est la vraie révolution. «Tous les mouvements historiques précédents», déclarait le Manifeste communiste de 1848, «étaient des mouvements de minorités ou dans l'intérêt de minorités. Le mouvement prolétarien est le mouvement conscient et indépendant de l'immense majorité, dans l'intérêt de l'immense majorité». Malheureusement cette vraie révolution, qui doit apporter aux hommes un bonheur sans mélange, n'est qu'un mirage trompeur qui ne devient jamais une réalité. Elle est apparentée à l'âge d'or des millénaristes: toujours attendue, elle est toujours perdue dans les brumes du futur, échappant toujours à ses adeptes au moment où ils pensent la tenir. [15]

 

pareto vign

 

Résidus et dérivations

L'une des théories les plus notables et les plus controversées de Pareto est que les êtres humains ne sont pas, pour la plupart, motivés par la logique et la raison mais plutôt par le sentiment. Le livre « les systèmes socialistes » est parsemé de ce thème et il apparaît dans sa forme pleinement développée dans l'épais Traité de sociologie générale de Pareto. Dans son Traité, Pareto examine les multitudes d'actions humaines qui constituent les manifestations extérieures de ces sentiments et les classe en six groupes principaux, les appelant «résidus». Tous ces résidus sont communs à toute l'humanité, déclare Pareto, mais certains résidus apparaissent plus marqués chez certains individus. De plus, ils sont inaltérables; la nature politique de l'homme n'est pas perfectible mais demeure une constante à travers l'histoire.

La Classe I est l'«instinct des combinaisons». C'est la manifestation des sentiments chez les individus et dans la société qui tend vers le désir de progrès, l'inventivité, et le désir d'aventure.

Les résidus de la Classe II sont liés à ce que Pareto appelle la «préservation des agrégats» et incluent le coté plus conservateur de la nature humaine, y compris la loyauté envers les institutions durables de la société telles que la famille, l'église, la communauté, la nation et le désir de permanence et de sécurité.

Après cela vient le besoin d'exprimer des sentiments par l'action externe, les résidus de la Classe III de Pareto. Les cérémonies et les spectacles religieux et patriotiques sont des exemples de ces résidus et incluront des choses comme saluer le drapeau, participer à un service de communion chrétienne, marcher dans une parade militaire, et ainsi de suite. En d'autres mots, les êtres humains tendent à manifester leurs sentiments dans des symboles.

Ensuite vient l'instinct social, la Classe IV, comprenant les manifestations des sentiments en appui à la discipline individuelle et sociétale qui est indispensable pour maintenir la structure sociale. Cela inclut des phénomènes comme le sacrifice de soi pour l'amour de la famille et de la communauté et des concepts comme l'arrangement hiérarchique des sociétés.

La Classe V est dans une société cette qualité qui insiste sur l'intégrité individuelle et sur l'intégrité des biens et des intérêts de l'individu. Ces résidus contribuent à la stabilité sociale, les systèmes de loi criminelle et civile étant les exemples les plus évidents.

Finalement nous avons la Classe VI, qui est l'instinct sexuel, ou la tendance à voir les événements sociaux en termes sexuels.

 

Renards et lions

Dans tout son Traité, Pareto insiste particulièrement sur les deux premières de ces six classes de résidus et sur la lutte entre innovation et consolidation à l'intérieur des individus aussi bien que dans la société. Le regretté James Burnham, écrivain, philosophe, et l'un des principaux disciples américains de Pareto, affirme que les résidus des Classes I et II de Pareto sont une extension et une amplification de certains aspects de la théorie politique élaborée au quinzième siècle par Nicolas Machiavel [16]. Machiavel divisait les humains en deux classes, les renards et les lions. Les qualités qu'il attribue à ces deux classes d'hommes ressemblent très fortement aux qualités typiques des types de résidus des Classes I et II de Pareto. Les hommes avec de forts résidus de Classe I sont les «renards», tendant à être manipulateurs, innovateurs, calculateurs et imaginatifs. Les entrepreneurs enclins à prendre des risques, les inventeurs, les scientifiques, les auteurs de fiction, les politiciens, et les créateurs de philosophies complexes entrent dans cette catégorie. Les hommes de la Classe II sont les «lions» et accordent beaucoup plus de valeur à des traits comme le bon caractère et le sens du devoir qu'à la pure intelligence. Ils sont les défenseurs de la tradition, les gardiens des dogmes religieux, et les protecteurs de l'honneur national.

Pour que la société fonctionne correctement, il doit y avoir un équilibre entre ces deux types d'individus; la relation fonctionnelle entre les deux est complémentaire. Pour illustrer ce point, Pareto prend les exemples du Kaiser Guillaume I, de son chancelier Otto von Bismarck, et de l'adversaire de la Prusse, l'empereur Napoléon III. Guillaume avait une abondance de résidus de Classe II, alors que Bismarck était l'exemple de la Classe I. Séparément, peut-être, aucun des deux n'aurait réussi de grandes choses, mais ensemble ils paraissaient gigantesques dans l'histoire européenne du dix-neuvième siècle, chacun apportant ce dont l'autre manquait [17].

Du point de vue des théories de Pareto, le régime de Napoléon III était une affaire qui marchait de travers, obsédée par la prospérité matérielle et dominée pendant presque vingt ans par des «renards» comme les spéculateurs en bourse et les entrepreneurs qui, disait-on, se partageaient le budget national. «En Prusse», observe Pareto, «on trouve une monarchie héréditaire soutenue par une noblesse loyale: les résidus de Classe II prédominent; en France on trouve un aventurier couronné soutenu par une bande de spéculateurs et de dépensiers: les résidus de Classe I prédominent» [18]. Et, encore plus important, alors qu'en Prusse à cette époque les besoins de l'armée dictaient la politique financière, en France les financiers dictaient la politique militaire. En conséquence, quand la guerre éclata entre la Prusse et la France lors de l'été 1870, le «moment de vérité» arriva pour la France. Le Second Empire si vanté de Napoléon tomba en pièces et fut balayé en quelques semaines [19].

 

Justification des «dérivations»

Un autre aspect des théories de Pareto que nous allons examiner brièvement est ce qu'il appelait les «dérivations», les justifications ostensiblement logiques que les gens emploient pour rationaliser leurs actions essentiellement non-logiques, conduites par le sentiment. Pareto nomme quatre principales classes de dérivations: 1) dérivations de l'affirmation; 2) dérivations de l'autorité; 3) dérivations qui sont en accord avec les sentiments et les principes communs; et 4) dérivations de preuve verbale. Les premières incluent des déclarations de nature dogmatique ou aphoristique; par exemple, le dicton «l'honnêteté est la meilleure politique». Les secondes, venant de l'autorité, sont des appels au peuple ou des concepts tenus en haute estime par la tradition. Citer l'opinion de l'un des Pères Fondateurs américains sur un sujet d'actualité revient à s'inspirer des dérivations de la Classe II. Les troisièmes concernent des appels au «jugement universel», à la «volonté du peuple», aux «meilleurs intérêts de la majorité», ou à des sentiments similaires. Et, finalement, les quatrièmes relèvent de diverses gymnastiques verbales, métaphores, allégories, et ainsi de suite.

Nous voyons alors que comprendre les résidus et les dérivations de Pareto équivaut à avoir des aperçus du paradoxe du comportement humain. Ils représentent une attaque du rationalisme et des idéaux libéraux en ce qu'ils éclairent les motivations primitives se trouvant derrière les slogans et les mots d'ordre sentimentaux de la vie politique. Pareto consacre la plus grande partie de son Traité à exposer en détail ses observations sur la nature humaine et à prouver la validité de ses observations en citant des exemples tirés de l'histoire. Son érudition dans des domaines comme celui de l'histoire gréco-romaine était célèbre et ce fait se reflète dans tout son ouvrage massif.

 

Equilibre naturel

Au niveau social, d'après le schéma sociologique de Pareto, les résidus et les motivations sont les mécanismes par lesquels la société maintient son équilibre. La société est vue comme un système, «un tout constitué de parties interdépendantes. Les 'points matériels ou molécules' du système ... sont les individus qui sont affectés par les forces sociales qui sont marquées par des propriétés constantes ou communes» [20]. Quand le déséquilibre surgit, une réaction se produit par laquelle l'équilibre est retrouvé. Pareto pensait que l'Italie et la France, les deux sociétés modernes dont il était le plus familier, étaient fortement déséquilibrées et que les «renards» avaient largement le contrôle. Dans le Traité, il se lamente longuement sur les classes gouvernantes faibles dans ces deux pays. Dans les deux cas, disait-il, les révolutions étaient en retard.

Nous avons déjà noté que quand une classe dirigeante est dominée par des hommes possédant de forts résidus de Classe I, l'intelligence est généralement placée au-dessus de toutes les autres qualités. L'usage de la force pour faire face aux dangers internes et externes à l'Etat et à la nation est évité, et à sa place des tentatives sont faites pour résoudre les problèmes ou apaiser les menaces par des négociations ou du bricolage social. Habituellement, de tels gouvernants trouveront une justification dans le faux humanitarisme pour leur timidité.

Dans le domaine intérieur, le plus grand danger pour une société est un excès d'activité criminelle auquel les types de Classe I tentent de faire face en ayant recours à des méthodes comme la «réhabilitation» criminelle et à divers gestes philanthropiques. Le résultat, comme nous le savons trop bien, est un pays inondé de crime. Pareto commente ce phénomène avec un sarcasme caractéristique:

Les théoriciens modernes ont l'habitude de reprendre amèrement d'anciens «torts» par lesquels les péchés du père sont transférés sur le fils. Ils oublient de mentionner qu'il existe une chose similaire dans notre propre société, au sens où les péchés du père bénéficient au fils et l'acquittent de culpabilité. Pour le criminel moderne, c'est une grande chance de pouvoir compter parmi ses ancêtres ou ses autres relations un criminel, un fanatique, ou juste un simple ivrogne, car dans une cour de justice cela lui vaudra une punition plus légère ou, pas rarement, un acquittement. Les choses en sont arrivées à un tel point qu'il y a difficilement un procès criminel de nos jours où ce genre de défense n'est pas mis en avant. La vieille preuve métaphysique qui était utilisée pour montrer qu'un fils devait être puni à cause des mauvaises actions de son père n'était ni plus ni moins valide que la preuve utilisée de nos jours pour montrer que la punition qu'il mériterait autrement doit être pour les mêmes raisons adoucie ou remise. Quand, alors, la tentative de trouver une excuse pour le criminel dans les péchés de ses ancêtres se révèle vaine, il y a encore le recours d'en trouver une dans les crimes de la «société» qui, n'ayant pas réussi à apporter le bonheur au criminel, est «coupable» de son crime. Et la punition va tomber non sur la «société», mais sur l'un de ses membres, qui est choisi au hasard et n'a absolument rien à voir avec la présumée culpabilité. [21]

Pareto ajoute dans une note: «Le cas classique est celui de l'homme affamé qui vole une miche de pain. Qu'on doive lui permettre de repartir libre est assez compréhensible; mais il est moins compréhensible que l'obligation de la «société» de ne pas le laisser affamé doive incomber à un boulanger choisi au hasard et non à la société dans son ensemble» [22].

Pareto donne un autre exemple, celui d'une femme qui tente d'abattre son séducteur, touche un troisième parti qui n'a rien à voir avec son grief, et qui est finalement acquittée par les tribunaux. Pour finir, il conclut sa note avec ces remarques: «Pour satisfaire des sentiments de langoureuse pitié, les législateurs humanitaires approuvent les lois de « liberté surveillée » et de « peine avec sursis », grâce auxquelles une personne qui a commis un premier vol est immédiatement mise en position d'en commettre un second. Et pourquoi le luxe de l'humanité devrait-il être payé par l'infortunée victime du second vol et non par la société dans son ensemble ? ... Les choses étant ainsi, on ne se préoccupe que du criminel et personne n'a une pensée pour la victime [23].

S'étendant sur la proposition selon laquelle la «société» serait responsable de la conduite meurtrière de certains individus, point de vue pour lequel il n'a aucune tolérance, il écrit:

En tous cas, on ne nous a pas encore montré pourquoi des gens qui, serait-ce par la faute de la «société», se trouvent «manquer de sens moral», devraient être laissés libres dans les rues, tuant tous ceux qu'ils désirent, et laissant ainsi à un malheureux individu la tâche de payer pour une «faute» qui est commune à tous les membres de la «société». Si nos humanitaires voulaient bien garantir que ces estimables individus qui manquent de sens moral en résultat des «défauts de la société» soient obligés de porter quelque signe visible de leur infortune à leur boutonnière, un honnête homme aurait une chance de les voir venir et de s'écarter de leur chemin. [24]

 

Vilfredo Pareto 2

 

Affaires étrangères

Dans les affaires étrangères, les «renards» tendent à juger la sagesse de toutes les politiques d'un point de vue commercial et optent habituellement pour des négociations et des compromis, même dans des situations dangereuses. Pour de tels hommes profit et perte déterminent toute politique, et bien qu'une telle vision puisse réussir pendant un certain temps, le résultat final est habituellement ruineux. C'est pourquoi des ennemis maintenant un équilibre entre les «renards» et les «lions» restent capables d'apprécier l'usage de la force. Bien qu'ils puissent occasionnellement feindre de se laisser acheter, quand le moment est venu et que leur ennemi si ingénieux est bien endormi, ils frappent le coup mortel. En d'autres mots, les gens de la Classe I sont accoutumés par leurs préjugés excessivement intellectualisés à croire que la «raison» et l'argent sont toujours plus puissants que l'épée, alors que les gens de la Classe II, avec leur bon sens naturel, ne nourrissent pas d'illusions potentiellement aussi fatales. Selon les mots de Pareto, «le renard peut, par sa ruse, s'échapper pendant un certain temps, mais le jour viendra où le lion l'atteindra avec un coup de patte bien dirigé, et ce sera la fin de la discussion» [25].

 

Circulation des élites

En-dehors de ses analyses des résidus et des dérivations, Pareto est célèbre parmi les sociologues pour sa théorie comme la «circulation des élites». Rappelons-nous que Pareto considérait la société comme un système en équilibre, où les processus de changement tendent à mettre en mouvement des forces qui travaillent à restaurer et à maintenir l'équilibre social.

Pareto affirme qu'il y a deux types d'élites dans la société: l'élite gouvernante et l'élite non-gouvernante. De plus, les hommes qui forment ces strates d'élite sont de deux mentalités distinctes, le spéculateur et le rentier. Le spéculateur est le progressiste, rempli de résidus de Classe I, alors que le rentier est le conservateur, le type de résidus de Classe II. Dans les sociétés saines, les deux groupes ont une tendance naturelle à alterner au pouvoir. Quand, par exemple, les spéculateurs ont mis le désordre dans le gouvernement et ont outragé la masse de leurs compatriotes par leur corruption et leurs scandales, les forces conservatrices s'avanceront et, d'une manière ou d'une autre, les remplaceront. Le processus, comme nous l'avons dit, est cyclique et plus ou moins inévitable.

De plus, d'après Pareto, les gouvernants sages cherchent à revigorer leurs rangs en permettant aux meilleurs des strates inférieures de la société de monter et de devenir pleinement membres de la classe dirigeante. Cela n'amène pas seulement les meilleurs et les plus brillants au sommet, mais prive les classes inférieures d'un talent et de qualités de gouvernement qui pourraient un jour se révéler être une menace. Résumant cette composante de la théorie de Pareto, un sociologue contemporain observe que c'est le sens pratique, pas la pitié, qui demande une telle politique:

Un groupe dominant, selon Pareto, ne survit que s'il donne la chance aux meilleurs individus d'autres origines de rejoindre ses privilèges et récompenses, et s'il n'hésite pas à user de la force pour défendre ces privilèges et récompenses. L'ironie de Pareto s'attaque à l'élite qui devient humanitaire et ramollie au lieu d'être inflexible. Pareto recommande de donner la chance à tous les membres compétents de la société d'entrer dans l'élite, mais il n'est pas motivé par des sentiments de pitié pour les défavorisés. Exprimer et répandre de tels sentiments humanitaires affaiblit simplement l'élite dans la défense de ses privilèges. De plus, de tels sentiments humanitaires deviendraient facilement une plate-forme de ralliement pour l'opposition. [26]

Mais peu d'aristocraties de longue durée saisissent la nature essentielle de ce processus, préférant garder leurs rangs aussi exclusifs que possible. Le temps fait son œuvre, et les gouvernants deviennent toujours plus faibles et toujours moins capables de porter le fardeau du gouvernement:

C'est un trait spécifique des gouvernements faibles. Parmi les causes de faiblesse, deux en particulier doivent être notées: l'humanitarisme et la couardise -- la couardise qui devient naturelle chez les aristocraties décadentes et qui est en partie naturelle, en partie calculée, chez les gouvernements «spéculateurs» qui sont surtout préoccupés de gains matériels. L'esprit humanitaire ... est une maladie particulière aux individus sans caractère qui sont richement dotés de certains résidus de Classe I qu'ils ont habillés d'un costume sentimental. [27]

Pour finir, bien sûr, la classe dirigeante perd le pouvoir. Ainsi, Pareto écrit que «l'histoire est un cimetière d'aristocraties» [28].

 

traitde sociolo01pare couv

 

La transformation de la démocratie

Publié comme un mince volume peu avant la fin de la vie de Pareto, La transformation de la démocratie parut originellement en 1920 comme une série d'essais publiés dans un périodique érudit italien, la Revista di Milano. Dans cet ouvrage, Pareto récapitule beaucoup de ses théories sous une forme plus concise, insistant particulièrement sur ce qu'il pense être les conséquences du fait de laisser une élite de l'argent dominer la société. Le titre de cet ouvrage vient de l'observation de Pareto que les démocraties européennes dans les années 20 se transformaient de plus en plus en ploutocraties. La tromperie et la corruption associées à la domination ploutocratique produiraient finalement une réaction, cependant, et conduiraient à la chute du système. Selon les mots de Pareto:

La ploutocratie a inventé d'innombrables expédients, tels que générer une énorme dette publique dont les ploutocrates savent qu'ils ne pourront jamais la rembourser, des taxes sur le capital, des impôts qui épuisent les revenus de ceux qui ne spéculent pas, des lois somptuaires qui se sont historiquement révélées inutiles, et d'autres mesures similaires. Le principal but de chacune de ces mesures est de tromper les multitudes. [29]

Quand le système de valeurs d'une société se détériore au point où le travail pénible est dénigré et où «l'argent facile» est exalté, où l'honnêteté est moquée et la duplicité célébrée, où l'autorité laisse la place à l'anarchie et la justice à la chicanerie légale, une telle société se trouve face à sa ruine.

 

Pareto et le fascisme

Avant d'entrer dans la controverse entourant la sympathie de Pareto pour le dirigeant italien Benito Mussolini, prenons la peine d'éviter l'erreur de regarder les événements des années 20 à travers les spectacles de l'époque de l'après-guerre, car ce qui semblait apparent en 1945 n'était pas du tout évident vingt ans plus tôt. Il est incontestable que pendant toutes les années 20, Mussolini était un homme énormément populaire en Italie et à l'étranger, pour tous sauf peut-être pour les gauchistes les plus invétérés. Un auteur américain l'exprime comme suit:

« L'Italie d'après-guerre [la première guerre mondiale] ... était un égout de corruption et de dégénérescence. Dans ce bourbier, le fascisme apparut comme une bouffée d'air frais, un nettoyage tempétueux de tout ce qui était souillé, vil, fétide. Basé sur les instincts vivifiants de l'idéalisme nationaliste, le fascisme «était l'opposé des idées sauvages, de l'anarchie, de l'injustice, de la couardise, de la trahison, du crime, de la lutte des classes, des privilèges; et il représentait les affaires honnêtes, le patriotisme et le sens commun». Quant à Mussolini, «il n'y a jamais eu un mot contre sa sincérité et son honnêteté absolues. Quelle que fût la cause pour laquelle il s'engageait, il se révélait être un chef-né et un travailleur acharné. Sous la direction dynamique de Mussolini, les braves chemises noires traitèrent les radicaux sans ménagement, restaurèrent les droits de propriété, et purgèrent le pays des politiciens arrivistes qui prospéraient sur la corruption endémique de la démocratie de masse». [30]

 

paretomusso 2

 

Si le Duce italien était si populaire dans les années 20 qu'il recevait l'hommage du Saturday Evening Post [31] et de l'American Légion [32], et les plus grands éloges de figures de l'Establishment britannique et américain comme Winston Churchill [33] et l'ambassadeur Richard Washburn Child [34], les Italiens de tendance conservatrice comme Pareto devaient être encore bien plus enthousiastes à cette époque. Ils créditaient Mussolini de rien moins que d'avoir sauvé l'Italie du chaos et du bolchevisme. Les tragédies futures des années 40, inutile de le dire, étaient bien loin devant, à un horizon lointain, invisibles à tous.

Pareto exprima invariablement du dédain pour les gouvernements plouto-démocratiques qui dirigèrent l'Italie pendant presque toute sa vie. Sa rancœur envers les politiciens libéraux et leurs méthodes ressort dans tous ses livres; ces hommes sont les objets de son mépris et de son esprit acéré. Arthur Livingston, le traducteur de Pareto, écrit: «Il était convaincu que dix hommes courageux pouvaient à n'importe quel moment marcher sur Rome et mettre en fuite la bande de 'spéculateurs' qui se remplissaient les poches et ruinaient l'Italie» [35]. En conséquence, en octobre 1922, après la marche des fascistes sur Rome et la nomination de Mussolini au poste de Premier Ministre par le Roi, «Pareto fut capable de sortir de son lit de malade et de s'écrier triomphalement: 'Je vous l'avais bien dit!'» [36]. Néanmoins, Pareto n'adhéra jamais au Parti Fasciste. Ayant déjà bien dépassé les soixante-dix ans et souffrant d'une grave maladie de cœur, il resta retiré dans sa villa en Suisse.

Le nouveau gouvernement, cependant, accorda de nombreux honneurs à Pareto. Il fut nommé délégué à la Conférence pour le Désarmement à Genève, fut fait Sénateur du Royaume, et fut cité comme contributeur du périodique personnel du Duce, Gerarchia [37]. Il déclina beaucoup de ces honneurs à cause de son état de santé mais resta favorablement disposé envers le régime, correspondant avec Mussolini et offrant des conseils pour la formulation de la politique économique et sociale [38].

De nombreuses années avant la marche sur Rome, Mussolini avait suivi les cours de Pareto à Lausanne et avait écouté le professeur avec une grande attention. «J'attendais ses cours avec impatience», écrivit Mussolini, «car il y avait là un professeur qui exposait la philosophie économique fondamentale de l'avenir» [39]. Le jeune Italien fut manifestement très impressionné, et, après son accession au pouvoir, il chercha immédiatement à transformer en actions les pensées de son vieux mentor:

Durant les premières années de son pouvoir, Mussolini exécuta littéralement la politique prescrite par Pareto, détruisant le libéralisme politique, mais en même temps remplaçant largement la gestion étatique par l'entreprise privée, diminuant les impôts sur la propriété, favorisant le développement industriel, imposant une éducation religieuse dans les dogmes... [40]

Bien sûr, ce ne sont pas seulement les théories économiques de Pareto qui influencèrent l'évolution de l'Etat fasciste, mais particulièrement ses théories sociologiques: «la Sociologia Generale était devenue pour beaucoup de fascistes un traité de gouvernement» [41], notait un auteur de l'époque. Il y avait clairement un certain accord entre Pareto et le nouveau gouvernement. La théorie de Pareto sur la domination des élites, ses penchants autoritaires, son rejet sans compromis de la fixation libérale sur l'Homme Economique, sa haine du désordre, sa dévotion pour l'arrangement hiérarchique de la société, et sa croyance en une aristocratie du mérite sont toutes des idées en harmonie avec le fascisme. Gardons à l'esprit, cependant, que toutes ces idées furent formulées par Pareto des décennies avant que quiconque ait jamais entendu parler du fascisme et de Mussolini. De même, on pourrait dire qu'elles sont tout autant en harmonie avec les vieilles idées monarchiques, ou avec celles des républiques autoritaires antiques, qu'avec les croyances politiques modernes.

Certains auteurs ont spéculé que si Pareto avait vécu il aurait trouvé de nombreux points de désaccord avec l'Etat fasciste tel qu'il s'est développé, et il est vrai qu'il exprima sa désapprobation envers les limitations de la liberté d'expression introduites par le régime, particulièrement dans les académies [42]. Comme nous l'avons déjà vu, cependant, c'était dans la nature de Pareto de trouver des défauts à presque tous les régimes passés et présents, et il n'aurait donc pas été surprenant qu'il ait trouvé des motifs de critiquer occasionnellement celui de Mussolini.

Ni Pareto ni Mussolini, il faut le souligner, n'étaient des idéologues rigides. Mussolini déclara un jour, peut-être un peu exagérément, que «tout système est une erreur et toute théorie une prison» [43]. Si le gouvernement doit être guidé par un ensemble général de principes, pensait-il, on ne doit pas être contraint par des doctrines inflexibles qui ne deviennent rien d'autre que des obstacles fastidieux pour faire face à des situations nouvelles et inexpliquées. Un auteur fasciste précoce expliqua en partie l'affinité entre Mussolini et Pareto à cet égard:

«Chercher!»: un mot de pouvoir. En un sens, un mot plus noble que «trouver». Contenant plus d'intention, moins de chance. Vous pouvez «trouver» quelque chose qui est faux; mais celui qui cherche continue à chercher de plus en plus, espérant toujours atteindre la vérité. Vilfredo Pareto était un maître de cette école. Il restait en mouvement. Sans mouvement, disait Platon, tout se corrompt. Comme le chantait Homère, l'éternel roulis de la mer est le père de l'humanité. Chaque nouveau livre de Pareto ou chaque nouvelle édition de ses livres comporte un bon nombre de commentaires et de modifications de ses précédents livres, et traite en détail des critiques, des corrections et des objections qui ont été faites. Il réfute généralement ses critiqueurs, mais en le faisant il indique d'autres points plus sérieux qu'ils auraient pu et auraient dû lui reprocher ou contester. Réfléchissant sur son sujet, il traite lui-même de ces points, trouvant certains d'entre eux spécieux, certains importants, et corrigeant ses conclusions antérieures en conséquence. [44]

Bien que le règne fasciste en Italie se soit terminé avec la victoire militaire des Anglo-américains en 1945, l'influence de Pareto ne fut pas sérieusement atteinte par ce puissant bouleversement. Aujourd'hui, de nouvelles éditions de ses ouvrages et de nouveaux livres sur sa vision de la société continuent à paraître. Le fait que ses idées aient subi la catastrophe de la guerre presque sans dommage, et qu'elles soient encore discutées et débattues par des penseurs sérieux, est une indication de leur caractère universel et intemporel.

James Alexander

 

NOTES

[1] Voir, par exemple, W. Rex Crawford, "Representative Italian Contributions to Sociology: Pareto, Loria, Vaccaro, Gini, and Sighele", chap. in An Introduction to the History of Sociology, Harry Elmer Barnes, editor (Chicago: University of Chicago Press, 1948), Howard Becker and Harry Elmer Barnes, "Sociology in Italy", chap. in Social Thought From Lore to Science, (New York: Dover Publications, 1961), et James Burnham, The Machiavellians: Defenders of Freedom (New York: The John Day Company, 1943).

[2] G. Duncan Mitchell, A Hundred Years of Sociology (Chicago: Aldine Publishing Company, 1968), p. 115.

[3] Herbert W. Schneider, Making the Fascist State (New York: Oxford University Press, 1928), p. 102.

[4] Les détails biographiques sont tirés de Charles H. Powers, Vilfredo Pareto, vol. 5, Masters of Social Theory, Jonathan H. Turner, Editor (Newbury Park, California: Sage Publications, 1987), pp. 13-20.

[5] Publié originellement en 1909, le Manuele di economia politica a été traduit en anglais: Ann Schwier traductrice, Ann Schwier et Alfred Page, éditeurs (New York: August M. Kelly, 1971).

[6] (Genève: Librairie Droz, 1965). Publié originellement en 1902-1903. Le livre n'a jamais été pleinement publié en anglais.

[7] The Treatise on General Sociology (Trattato di Sociologia Generale) fut d'abord publié en anglais sous le titre de The Mind and Society, A. Borngiorno et Arthur Livingston, traducteurs (New York: Harcourt, Brace, Javanovich, 1935). Il fut réédité en 1963 sous son titre d'origine (New York: Dover Publications) et est toujours réédité (New York: AMS Press, 1983). The Rise and Fall of the Elites: An Application of Theoretical Sociology (Totowa, New Jersey: The Bedminster Press, 1968; réédition, New Brunswick, New Jersey: Transaction Books, 1991) est une traduction de la monographie de Pareto, «Un Applicazione de teorie sociologiche», publiée en 1901 dans la Revista Italiana di Sociologia. The Transformation of Democracy (Trasformazioni della democrazia), Charles Power, éditeur, R. Girola, traducteur (New Brunswick, New Jersey: Transaction Books, 1984). L'édition italienne d'origine parut en 1921.

[8] Ce terme «égalité des chances» est tellement mal utilisé à notre époque, particulièrement en Amérique, qu'une clarification s'impose. «Egalité des chances» se réfère simplement à la croyance de Pareto que dans une société saine l'avancement doit être ouvert aux membres supérieurs de toutes les classes sociales -- la «méritocratie», en d'autres mots. Voir Powers, pp. 22-3.

[9] Powers, p. 19.

[10] Ibid., p. 20.

[11] Adrian Lyttelton, editor, Italian Fascisms: From Pareto to Gentile (New York: Harper & Row, 1975), pp. 79-80.

[12] Ibid., p. 81.

[13] H. Stuart Hughes, Oswald Spengler: A Critical Estimate (New York: Charles Scribner's Sons, 1952), p. 16.

[14] Lyttelton, p. 86.

[15] Ibid., pp. 82-3.

[16] James Burnham, Suicide of the West (New York: John Day Company, 1964), pp. 248-50.

[17] Pareto, Treatise, # 2455. Les citations du Treatise se réfèrent aux numéros de paragraphes que l'auteur utilise dans cet ouvrage. Les citations sont donc uniformes dans toutes les éditions.

[18] Ibid., # 2462.

[19] Ibid., # 2458-72.

[20] Nicholas Timasheff, Sociological Theory: Its Nature and Growth (New York: Random House, 1967), p. 162.

[21] Pareto, Treatise, # 1987.

[22] Ibid. # 1987n.

[23] Ibid.

[24] Ibid., # 1716n.

[25] Ibid., # 2480n.

[26] Hans L. Zetterberg, "Introduction" to The Rise and Fall of the Elites by Vilfredo Pareto, pp. 2-3.

[27] Pareto, Treatise, # 2474.

[28] Ibid., # 2053.

[29] Pareto, Transformation, p. 60.

[30] John P. Diggins, Mussolini and Fascism: The View from America (Princeton, NJ: Princeton University Press, 1972), p. 17. Les citations de Diggins dans le paragraphe cité viennent des écrits d'un admirateur américain de Mussolini dans les années 20, Kenneth L. Roberts.

[31] Ibid., p. 27.

[32] Ibid., p. 206. Mussolini fut officiellement invité à assister à la Convention de la Légion de San Francisco en 1923 (il déclina l'invitation) et quelques années plus tard fut fait membre honoraire de l'American Legion par une délégation de légionnaires visitant Rome. Le Duce reçut la délégation dans son palais et reçut un insigne de membre de la part des visiteurs américains ravis.

[33] Dans une interview publiée dans le London Times, le 21 janvier 1927, immédiatement après une visite de Churchill à Mussolini, le futur Premier Ministre britannique dit: «Si j'avais été italien, je suis sûr que j'aurais été de tout cœur avec vous [Mussolini] du début à la fin dans votre lutte triomphante contre les appétits et les passions bestiales du léninisme». Voir Luigi Villari, Italian Foreign Policy Under Mussolini (New York: The Devin-Adair Company, 1956), p. 43.

[34] L'ambassadeur des Etats-Unis en Italie dans les années 20, Child, surnommait Mussolini «le génie spartiate», rédigea une «autobiographie» de Mussolini pour publication en Amérique, et louait perpétuellement le dirigeant italien dans les termes les plus extravagants. Diggins, p. 27.

[35] Pareto, Treatise, p. xvii.

[36] Ibid.

[37] Franz Borkenau, Pareto (New York: John Wiley & Sons, 1936), p. 18.

[38] Ibid., p. 20.

[39] Benito Mussolini, My Autobiography (New York: Charles Scribner's Sons, 1928), p. 14.

[40] Borkenau, p. 18.

[41] George C. Homans and Charles P. Curtis, Jr., An Introduction to Pareto (New York: Alfred A. Knopf, 1934), p. 9.

[42] Borkenau, p. 18. Dans une lettre écrite à Mussolini peu avant la mort de Pareto, le sociologue disait que le régime fasciste devait implacablement neutraliser tous ses adversaires actifs. Cependant, ceux dont l'opposition était simplement verbale ne devaient pas être molestés car il pensait que cela ne servirait qu'à s'aliéner l'opinion publique. «Laissez les corbeaux croasser mais soyez sans pitié quand on en vient aux actes», recommandait Pareto au Duce. Voir Alastair Hamilton, The Appeal of Fascism: A Study of Intellectuals and Fascism, 1919-1945 (New York: Macmillan Company, 1971), pp. 44-5.

[43] Margherita G. Sarfatti, The Life of Benito Mussolini (New York: Frederick A. Stokes, 1925), p. 101.

[44] Ibid, p. 102.

________________________________________

Trad. Arjuna. Une version différente de cet article a paru dans le Journal of Historical Review, 14/5 (septembre-octobre 1994), 10-18. Le texte présenté ici inclut cependant quelques indications additionnelles.

Imprimer

Le Corporatisme de l'avenir

 

point outils

 

 

L'État contemporain qui est issu de la révolution industrielle, devint un état de classes. Les détenteurs du capital dominent la production et ont, grâce à cela, un monopole formel sur les bénéfices. De cette manière les salariés sont devenus les machines vivantes de l'entreprise. La suite en est une tension entre le travail et le capital, qui trouve son expression dans la lutte des classes.

Le droit à la propriété fut peu à peu morcelé par la collectivisation. Grâce à la société anonyme les propriétaires ont conservé un droit de participation dans l'entreprise, mais leurs droits sont exercés par la Direction. Le pouvoir est concentré sur cette dernière, qui agit au nom des propriétaires. Ainsi a été supprimé le lien psychologique entre le propriétaire et ce qu'il possédait, comme cela existait dans l'ancien Etat à structure paysanne, où le paysan possédait personnellement sa ferme et l'administrait lui-même.

Le droit à la propriété dans l'Etat capitaliste devient l'annonciateur du communisme où l'Etat administre le bien de chacun. L'esprit d'entreprise, d'initiative dépendent du capital dans l’Etat ploutocratique. Ce qui signifie que seuls auront une influence les rares personnes qui contrôlent les grandes concentrations de capital, tandis que dans le monde communiste celles-ci dépendent de l'Etat.

La transmission du pouvoir d'une minorité capitaliste dans les mains de l'Etat est facilitée par la lutte des classes, grâce à laquelle l'Etat peut faire jouer les différents partenaires les uns contre les autres en vue de gagner finalement la partie lui-même.

Le Corporatisme signifie une rupture brutale avec cette évolution. Il doit être réalisé en 3 étapes : la réforme de l'entreprise, la création des corporations et la mise en place d'un Etat corporatif populaire.

La réforme corporative de l'entreprise réside dans le fait que le droit de propriété est juridiquement confié au chef d'entreprise. Les actionnaires ou leurs semblables demeurent possesseurs du capital investi. Ils ont le droit de réclamer un intérêt normal pour leur argent, de même que les employés ont droit à un salaire défini par des conventions. Ils ont de plus le droit de réclamer la moitié des places dans la direction, l'autre moitié étant réservée aux employés. Il est naturel que le chef de l'entreprise soit le Président, car il est l'arbitre entre le Travail et le Capital.

Le capital devient un moyen et non plus une fin en soi pour l'entreprise. L'intérêt normal des actions est considéré comme une dépense nécessaire. Le gain qui reste lorsque les salaires du personnel et de la direction, ainsi que les intérêts sont déduits, !es achats de machines et de matières premières effectués et les paiements dus, réglés, doit être partagé de sorte que dans la mesure où monte la rémunération des possesseurs d'actions, le pourcentage de participation aux gains des ouvriers, employés et de la direction monte également. Le gain doit être partagé entre tous les facteurs de la production : capital, travail et initiative. Cette réforme corporative des entreprises est complétée par une réforme fiscale qui remplace les impôts directs par des impôts sur la production. Ceux-ci sont payables lorsque le produit quitte le fabricant et leur pourcentage de la valeur des marchandises serait à peu près équivalent aux impôts actuellement payés sur ces dernières. En conséquence, le financement par l'Etat des secteurs de distribution sociale et économique se trouve modifié et relève de la politique des salaires et des prix. Les impôts ne font de ce fait aucun obstacle pour le développement économique. Les investissements deviennent plus rentables. Les capacités de travail dépassant la moyenne ne sont pas imposées d'une manière spéciale. Une entreprise peut prévoir sans difficulté les taxes de production dans ses calculs. Le système rendu possible grâce au corporatisme et à ses méthodes nouvelles pour réaliser des buts sociaux, favorise ainsi aussi bien l'économie et le travail que l'initiative.

La seconde étape du corporatisme consiste dans la formation de corporations comprenant les entreprises des mêmes branches industrielles, dont les représentants et directeurs sont élus par les organisations des entrepreneurs, employés et ouvriers de la même branche. Ces groupements sont réunis en corporations principales communes avec une organisation identique. Le Gouvernement choisit des présidents impartiaux pour diriger les Corporations et les Corporations principales, ce qui a pour suite les tribunaux d'arbitrage, mais avec un champ d'action sensiblement plus étendu. Toutes les corporations principales : agriculture, industrie, commerce, banque et assurances, professions libérales et familiales, doivent être représentées dans un Conseil Economique commun, qui se trouve placé sous la présidence d'un représentant du gouvernement. Ce Conseil servirait à élaborer des points de vue communs entre les corporations.

Les corporations deviennent des organes officiels, c'est-à-dire que l'adhésion en devient obligatoire. Chaque citoyen devient de cette façon membre d'une corporation comme il est membre d'une commune. Une partie des tâches qui sont du ressort de l'Etat peuvent être données aux corporations. Peut-être pourrait-on dire que ces dernières et les Corporations principales mènent une action parallèle à celle des communes et des provinces.

Il est évident que toutes les organisations ne peuvent être organisées d'après un seul schéma. L'agriculture et l'industrie ont des structures différentes auxquelles doivent correspondre leurs organisations.

Le corporatisme a également la possibilité de créer des organisations particulières au-delà des limites corporatives : les organes pour ainsi dire inter corporatifs. Un exemple frappant est la fédération d'une branche artisanale, qui a le devoir de sauvegarder ses intérêts et problèmes particuliers, sans tenir compte des questions financières. Dans une telle fédération, on devrait non seulement grouper officiellement les anciennes branches classiques, mais aussi les métiers modernes comme 'les réparateurs, installateurs et personnel d'entretien. Parmi les organes inter corporatifs on pourrait également compter les organisations principales actuelles : fédération des employeurs, fédération des fonctionnaires ainsi que les syndicats. Toutefois il est à noter que les organes inter corporatifs, ne peuvent être créés par voie légale et conservent par conséquent, leur caractère privé comme jusqu'à présent. Ceci n'empêche évidemment pas les représentants des corporations de leur accorder des moyens pour leurs travaux ou de collaborer avec eux, s'ils le jugent nécessaire. Le système d'organisation actuelle est conçu pour sauvegarder les intérêts des divers groupes dans la lutte des classes. Le corporatisme doit coordonner les intérêts des différents groupes sur la base de l'égalité sociale.

Sources : Défense de l’occident – avril mai 1978 – N° 157

Imprimer

Une date, un événement : 26 octobre 1941, la Charte du Travail.

char portr

 

« Le régime économique de ces dernières années faisait apparaître les mêmes imperfections et les mêmes contradictions que le régime politique. Sur le plan parlementaire, apparence de liberté. Mais, en fait, asservissement aux puissances d'argent et recours de plus en plus large aux interventions de l’Etat.

Cette   dégradation du libéralisme économique s'explique d'ailleurs aisément. La libre concurrence était à la fois le ressort et le régulateur du régime libéral. Le jour où les coalitions et les trusts brisèrent ce mécanisme essentiel, la production et les prix furent livrés, sans défense, à l’esprit de lucre et de spéculation.

Ainsi se déroulait ce spectacle révoltant de tant de millions d'hommes manquant du nécessaire en face de stocks invendus et même détruits dans le seul dessein de soutenir le cours des matières premières ».

Ainsi s'exprimait le Maréchal Pétain dans son Message du 11 octobre 1940. Trois mois après avoir reçu des parlementaires les pleins pouvoirs pour reconstruire la France, il entendait souligner la nécessaire complémentarité, pour installer un nouveau modèle de société, entre le domaine politique et le domaine économique et social. Une Révolution Nationale ne pouvait en effet faire l'impasse sur une mise en cause d'un système, le capitalisme libéral, source de « la violence qui se cache sous certaines libertés apparentes ».

 

charte

 

Cette mise en cause du libéralisme avait été le pivot de diverses initiatives développées entre 1930 et 1934 et que Jean-Louis Loubet del Bayle a appelé « l'esprit de 1930 » (Les non-conformistes des années 30, une tentative de renouvellement de la pensée politique française, Seuil, 1969). Un esprit animant la revue Plans, dirigée par le sorélien Philippe Lamour et à laquelle collaboraient Hubert Lagardelle, vieux militant socialiste révolutionnaire et ami de Mussolini, Le Corbusier, Fernand Léger, Claude Autant-Lara, Arthur Honegger. Cette équipe affirmait la nécessité d'une nouvelle société organisée autour de « l'homme réel » et la substitution à la liberté économique, qui est l'anarchie créatrice de misère d'une organisation rationnelle de la production et de la répartition : l'économie du Plan.

Cette thématique était proche de celle développée par le mouvement Ordre Nouveau, fondé en 1930 par Robert Aron, Alexandre Marc et Arnaud Dandieu. Mêmes préoccupations au sein de la revue Esprit, fondée en 1932 par Emmanuel Mounier. Ces équipes qui véhiculent « l'esprit de 1930 » considèrent que la grande crise économique de 1929 est la sanction du système libéral, guidé par la «frénésie productiviste » (Daniel-Rops), le moteur du productivisme étant « la recherche sans frein du profit» (Jean de Fabrègues), ce que Maritain appelle « le principe contre nature de la fécondité de l’argent », Esprit dénonçant en novembre 1933 « l’usure érigée en loi générale ». Alors que les années ayant suivi 1934 semblaient marquer la mise entre parenthèses de « l'esprit de 1930 », la naissance de l'Etat français, en 1940, vit resurgir, comme l'a noté Raoul Girardet, certains des hommes qui avaient été porteurs de ce courant. Ainsi François Perroux, un ancien d'Esprit, met en avant la conception de l'entreprise comme « communauté de travail » (reconnu aujourd'hui comme ayant été un des grands économistes contemporains, il est l'auteur de Capitalisme et communauté de travail, Syndicalisme et Capitalisme, Autarcie et Expansion, publiés entre 1936 et 1940). Directeur de l'Institut d'études corporatives fondé par Vichy en 1940, Perroux a créé, avec Maurice Bouvier-Ajam, les cahiers Renaître, destinés à donner « une interprétation doctrinale, homogène et cohérente » des principes de la Révolution Nationale.

De même deux anciens animateurs d'Ordre Nouveau, Jean Jardin et Robert Loustau, jouent un rôle clef dans l'entourage du Maréchal. Loustau, chef de cabinet du ministre des Affaires étrangères Paul Baudouin, rédigea le Message de Saint-Etienne que le Maréchal consacra en mars 1941 aux problèmes sociaux et qui annonçait la Charte du Travail. Proclamant le refus de la lutte de classes, il dénonçait les causes de celle-ci : « C'est la menace du chômage et l'angoisse de la misère qu'elle fait peser sur les foyers. C'est le travail sans joie de l'ouvrier sans métier. C'est le taudis dans la cité laide où il passe des hivers sans lumière et sans feu. C'est la vie de nomade sans terre et sans toit. Telle est la condition prolétarienne. Il n'y aura pas de paix sociale tant que durera cette injustice. »

Promulguée le 26 octobre 1941, la Charte du Travail était une pièce maitresse de la Révolution Nationale puisqu’elle avait comme raison d'être d'organiser les rapports professionnels entre employeurs et employés. Pour la première fois, la notion de salaire minimum vital garanti aux travailleurs apparaissait dans une loi. Il était fixé par l'Etat.

Le principe d'une participation ouvrière à la gestion de l'entreprise et des œuvres sociales, préconisée par Perroux et Bouvier-Ajam, était calqué sur ce qui existait en Allemagne. En fait, deux courants avaient été en concurrence pour fixer le contenu de la Charte du Travail : les syndicalistes et les corporatistes. D'où la formule de compromis qui en sortit. Mais dont les acquis devaient, pour beaucoup, survivre à la fin de l'Etat français.

Pierre VIAL

 

char2

Imprimer

LA DOCTRINE CORPORATIVE

 

La variété des conceptions rend difficile tout effort de synthèse. Depuis le simple syn­dicat mixte qui englobe tous les éléments pro­fessionnels et qui a « pour principe essentiel la liberté » (1), jusqu'au « corporatisme pur » qui fait de l'Etat lui-même une sorte de super ­corporation (2), nous trouvons toute une gamme de doctrines. Les unes s'inspirent du Moyen-âge, insistant sur la paix sociale et la moralité ; elles ont parfois un certain parfum de romantisme et de poésie. Les autres visent à être scientifiques, mettent l'accent sur la recherche du bien commun et la restauration du principe d'autorité ; elles ont de la force, voire de la rudesse. Beaucoup sont sommaires, se bornant à critiquer des thèses adverses et à nous fournir des esquisses de réglementa­tion pratique, applicables à des cas déter­minés.

La variété des doctrines étrangères.

Il est surprenant qu'il y ait aussi diversité de doctrines dans le pays qui passe pour un modèle de réalisation corporative : l'Italie.

A en croire G. Arias (3), les fins publiques se substituent aux fins privées dans le régime corporatif, au point que l'individu, lors des choix par lesquels il exerce son activité, se laisse guider par sa « conscience corporative » et non par son intérêt personnel, et que l'en­trepreneur se conforme à ce qu'il croit être l'intérêt public (4).

Suivant Fovel (5), le corporatisme est une doctrine productiviste, c'est-à-dire d'augmen­tation de la production. Dans ce but, il con­vient d'éliminer le revenu du capital. Cette thèse est donc avant tout anticapitaliste.

Pour Ugo Spirito (6), l'Etat moderne n'est ni transcendant, comme en régime libéral, ni bureaucratique, comme en régime socialiste, il n'est pas surajouté à l'individu, il est la nation elle-même qui absorbe l'homme par l'intermédiaire de la corporation. L'écono­mie se trouve subordonnée à l'Etat ainsi compris et tous les phénomènes économiques sont systématisés en vue de fins d'ordre éta­tique. La corporation se présente à la fois comme une solution des antagonismes « pu­blic-privé » et « capital-travail » ; elle aboutit à une fusion de l'individu et de l'Etat du point de vue économique.

Comme le remarque G. Arias avec raison et non sans vivacité, cette dernière concep­tion est contraire à celle qui inspire la Charte du Travail italienne. Celle-ci, en effet, dans la déclaration VII, affirme le principe de l'initiative privée et distingue nettement l'in­dividu et l'Etat du point de vue économique. « Les organisateurs d'entreprises, lit-on, sont responsables vis-à-vis de l'Etat de la direction de la production. »

Passons à des auteurs moins hardis. Marco Fanno regarde la corporation comme un moyen de remédier aux crises, c'est-à-dire aux fluctuations des prix dans le temps. Il décou­vre la cause de ces mouvements dans un fait structurel qui est non pas précisément la lon­gueur du processus de la production, dont cer­tains économistes français ont parlé, mais la différence dans la durée des cycles productifs des biens instrumentaux et de ceux des biens directs (de consommation). Les variations de la demande de ces derniers biens se répercu­tent de manière inégale à travers les stades de la production, en sorte que les chefs d'en­treprise, isolés, commettent de multiples erreurs de calcul et ne parviennent pas à ajuster leur offre à cette demande ultérieure changeante. La corporation, ayant une vue globale des entreprises, est à même de mieux connaître, de mieux calculer, de mieux pré­voir, et d'imposer une discipline de l'offre (7).

En généralisant la conception de Marco Fanno, on peut se faire une idée de celle d'Ugo Papi qui fait du corporatisme une doc­trine d'assurance non seulement contre la crise, mais contre tous les risques économi­ques. Cette assurance porte sur l'individu et sur l'affaire elle-même : elle vise les revenus à leur source (8). La propriété privée, l'ini­tiative individuelle, la faculté d'épargne sont préservées, mais une « discipline unitaire » est instituée. Par exemple, la corporation décide s'il convient ou non, en raison de la situation du marché, de permettre la création ou l'extension d'une entreprise.

Ugo Papi n'ignore pas que le système cor­poratif fait surgir une nouvelle bureaucratie et il recommande une « réduction systéma­tique du coût », conformément à la déclara­tion VIII de la Charte du Travail, c'est-à-dire l'obtention d'une production plus économique et non la simple amputation des revenus exis­tants. Pour y parvenir, il compte sur l'intervention de l'Etat, non pas « occasionnelle et incohérente sous la pression des intérêts les plus puissants », mais « ordonnée et cons­ciente des répercussions », conformément au double principe d' « intégralité dans la tutelle des intérêts existants » et « d'adhérence à la réalité du marché ». Ces deux normes corres­pondent au quatrième caractère général que nous avons indiqué ; elles signifient que les dirigeants du système, grâce à la vue d'ensem­ble qu'ils possèdent, d'une part contrôlent toutes les activités de manière à obtenir leur meilleur aménagement, et d'autre part règlent leur action d'après les conditions du milieu sans obéir à des dogmes.

Particulièrement instructive pour nous est la thèse d'Agostino Lanzillo (9), car elle se situe aux antipodes de celles de Fovel et de Spirito ; elle est réaliste et prouve que le cor­poratisme d'association avait d'éminents partisans dans l'Italie de 1936.

Selon cet excellent auteur, la corporation est un « regroupement des entreprises, des forces de travail, des activités, des échanges, sous le contrôle de l'Etat, par grandes bran­ches de la production, en vue d'une coordination rationnelle des entreprises et des facteurs de production et d'une distribution équitable du produit dans la sphère des intérêts écono­miques et moraux de la Nation ». La corpo­ration n'est pas un organe d'Etat, au contraire, elle est autonome par essence et même elle se présente comme « la négation dialectique de l'Etat » puisqu'elle apporte une «  solution intégrale des problèmes de structure » et exerce ses fonctions « en dehors de l'Etat et même, s'il y a lieu, contre l'Etat ».

Malheureusement, « la structure corpora­tive italienne présente le défaut d'être née par la volonté de l'Etat », elle n'est pas sortie de « l'humus social ». D'où des incertitudes à ses débuts. Mais la corporation ne doit pas prépa­rer une planification qui serait une préface du socialisme. Elle n'est ni révolutionnaire, ni anticapitaliste, elle apporte une heureuse solu­tion « à la contradiction qui existe entre les exigences de la vie sociale et l'incapacité de l'Etat ».

A. Lanzillo nous apporte donc une théorie remarquable de corporatisme anti-étatiste.

Filippo Carli rapproche l'économie corpo­rative de l'économie néo-classique (10). D'après lui, la psychologie de l'individu est en partie déterminée par les groupes auxquels cet individu appartient, notamment par l'Etat, synthèse des citoyens et fait spirituel. La recherche de l'équilibre ne doit pas être reje­tée, elle doit au contraire être étendue, de manière à obtenir un équilibre à la fois dyna­mique et multiple, c'est-à-dire « économique, éthique, psychique, démographique, juridi­que ». L'ordre économique n'est que l'aspect hédonistique de l'ordre politique. Le théori­cien peut retenir cet aspect pour étudier une « économie pure » du corporatisme. L'homo corporativus, sujet d'une telle économie, pro­cède à des calculs analogues à ceux auxquels se livre l'homo economicus, mais en tenant compte à la fois de ses intérêts et de ceux de la corporation dont il dépend (calcul hédonis­tique synthétique). L'économie orthodoxe n'est pas niée, elle est complétée.

Cette manière de présenter le problème est très acceptable, car l'économiste a toujours la faculté d'abstraire pour mieux étudier, mais il est à peine besoin de remarquer que l'homme réel tient généralement peu de compte des intérêts de son groupe lorsque celui-ci est très étendu, ce qui est le cas de la corporation. Un tel fondement doctrinal donne nais­sance à de grandes difficultés. Les prix, par exemple, doivent être coordonnés de manière à satisfaire aux exigences à la fois des indi­vidus et des groupes.

Pour F. Vito, l'économie politique étudie les moyens de parvenir à certaines fins et ces fins, qu'il résume dans les mots « justice sociale », sont des données morales et politi­ques. La justice est satisfaite lorsqu'une compensation est offerte à quiconque fournit un effort utile à la société et non à l'entre­prise. Par exemple, le salaire est rémunéré d'après l'utilité sociale de la prestation accom­plie et non conformément à l'intérêt pécu­niaire de l'entrepreneur, en d'autres termes, selon la productivité sociale et non selon la rentabilité individuelle. La corporation est l'instrument qui, sous l'égide de l'Etat, « assure la discipline unitaire, organique et totalitaire de la production », en appliquant l'activité à des buts d'intérêt national (11). Les pouvoirs publics, on le voit, ont une mission difficile à remplir : préciser les fins et inciter les indi­vidus à les atteindre. L'économique est le

corollaire d'une éthique et d'une politique (12).

Théoriquement donc, l'économie corpo­rative ainsi comprise n'est pas purement et simplement étatiste. « Tout en conservant l'initiative individuelle et la propriété privée, on cherche à obvier aux désordres de la con­currence grâce à l'instauration d'un système de discipline de la production dans lequel les intéressés conservent le rôle principal. Tel est le système de l’autodiscipline de la produc­tion institué par le corporatisme » (13). Il y a là une forte base individualiste : le salut doit en principe venir d'un acte de volonté.

Mais les corporatistes ne croient pas au jeu des automatismes et à l'harmonie des intérêts ; à cet égard, la divergence éclate avec les classiques : « Dans l'Etat corporatif qui considère l'homme tel qu'il est, l'initiative privée n'est pas niée, elle est reconnue en tant qu'elle s'accorde avec les intérêts de la collectivité » (14). Mais s'accorde-t-elle d'elle-même ? Le corporatiste se méfie des tendances naturelles à l'homme, consacrées par de mau­vaises habitudes, et recourt à l'Etat pour les combattre. Cette direction étatiste s'exerce par l'intermédiaire de la corporation et là est la différence avec les associations à caractère de monopole : ces dernières s'orientent vers la défense des intérêts privés, tandis que la cor­poration est orientée vers l'intérêt national. Et c'est ainsi que l'étatisme s'étend, soit tempo­rairement si on regarde l'homme comme capable de s'amender et d'aboutir à l'autodiscipline souhaitée, soit définitivement si l'on est moins optimiste. « L'organisme typi­que à qui est confié le soin de discipliner la production dans le système italien est la corporation, bien que cette discipline soit exercée directement par l'Etat dans certains secteurs à titre temporaire ou définitif » (15).

 Remarquons que la théorie, ainsi comprise, se présente toujours comme celle d'une éco­nomie de bien-être, mais en précisant « bien-être collectif » ; elle n'est pas a priori une économie de puissance, bien qu'elle le soit devenue en Italie. Elle repose sur ce postu­lat que l'Etat, à défaut de l'individu isolé ou groupé, sera capable d'orienter le système de manière à obtenir le bien-être et en même temps la justice. Que l'individualisme n'y par­vienne pas complètement, c'est l'évidence même ; l'homme est récompensé non seule­ment suivant son mérite, mais encore suivant sa chance ; il ne peut en être autrement dans un système de liberté relative, car on ne sau­rait supprimer le hasard sans instaurer un régime d'autorité totale. Mais que les diri­geants soient capables de faire mieux, c'est une autre question. L'action du hasard peut être considérée comme la rançon de cette liberté dont chacun profite et qui est source à la fois de responsabilité et de risques. Chacun n'a, en principe, qu'à s'en prendre à lui-même s'il ne parvient pas à ses fins, et l'Etat, tou­jours présent dans une société individualiste, a pour rôle de remédier aux conséquences fâcheuses des circonstances imprévues. Nous n'avons ici ni à décrire, ni à défendre ce système qui a incontestablement de la gran­deur, puisqu'il repose sur une notion de per­sonnalité humaine, mais nous sommes fondés à nous demander si les résultats de l'action corporative, temporairement ou définitive­ment étatiste, seront tels qu'ils compenseront la perte de la liberté individuelle. Le bien-être collectif repose sur une augmentation de la production, qu'aucune contrainte et sans doute aucune persuasion ne permet d'obtenir aussi bien et aussi vite que l'intérêt person­nel ; la justice sociale repose, comme le veut M. Vito, sur une rémunération conforme à l'utilité sociale de la prestation accomplie. Mais comment apprécier cette utilité ? C'est aux dirigeants à le faire. Tout dépend de la qualité des agents chargés de la direction et c'est un problème d'élite qui se pose, problè­me auquel nous sommes constamment rame­nés dans notre société actuelle, quel que soit le régime adopté.

Si de l'Italie nous passons au Portugal, autre pays corporatif qui a récemment attiré les regards, nous trouvons des idées analo­gues à celles que nous venons d'exposer. Citons quelques excellents auteurs : M. Caetano, C. Gonçalves, M. de Figueiredo, Da Costa Leite Lumbrales, José Joaquin Teixera Ribeiro, Pereira dos Santos. Le premier de ces écrivains notamment (16) explique que le corporatisme est un système comportant une conception complète d'organisation sociale. D'après lui, il existerait une sociologie corpo­rative dont se détacheraient une économie corporative, une politique corporative et un droit corporatif. Le principe de cette socio­logie serait personnaliste. La distinction entre l'individu et la personne, qui est en honneur aujourd'hui parmi les tenants du personnalisme et qui leur permet de faire figure d'adversaires à la fois des anciens libé­raux et des modernes socialistes, était faite déjà par des auteurs portugais. La « per­sonne » serait l'homme concret et social par opposition à « l'individu » qui correspondrait à un être économique abstrait et isolé (17). L'économie corporative est donc « intégraliste » puisqu'elle concerne l'homme « inté­gral », elle est morale et sociale, elle doit servir à des fins supérieures. Ainsi le capital a pour but l'utilité sociale, c'est-à-dire doit être socialement productif ; là seulement est sa justification. L'Etat corporatif, de son côté, unit un pouvoir fort et unitaire à une large décentralisation des fonctions adminis­tratives conférées à des entités juridiques autonomes sous la tutelle du Gouvernement.

L'économie corporative comme économie de groupes.

Essayons de dégager les grandes lignes d'une théorie de l'économie corporative : celle-ci nous apparaît essentiellement comme une économie de groupes, qu'elle soit d'Etat (imposée) ou d'association (spontanée). Elle se présente comme une extension et une accentuation du mouvement de concentra­tion que l'on constate à l'époque moderne dans l'industrie et le commerce.

La corporation peut faire partie d'autres groupements ou elle-même être divisée en groupements, mais elle demeure l'unité du système.

Le point de vue économique.

Dans l'ordre économique proprement dit, tout dépend de la réalisation d'un équili­bre entre les groupes et non plus entre les individus.

 Insuffisances et dangers du corporatisme d'association.

S'il s'agit d'un corporatisme d'association, la lutte entre les entreprises, que déplorent les adversaires du libéralisme, est remplacée par une lutte entre les collectivités. Celles-ci elles-mêmes ne sont parfois que des façades, car dans tout groupement il existe des entre­prises particulièrement puissantes et actives, des « centres de force », comme l'écrit Pantaleoni, qui font prédominer leurs propres inté­rêts (18). Le monopole, si amèrement repro­ché aux individualistes, est généralisé, ren­forcé, sanctionné. Le « jugement corpora­tif » risque d'être un jugement hédonistique collectif et même individuel dans le cas dont nous venons de parler. Les corporations ont sur les cartels ce surplus de force qui leur vient du nombre et de la cohésion de leurs membres. Déjà les cartels, dit-on, réalisent une économie de groupes, mais ils réussissent rarement à englober toutes les entreprises de

la branche de production envisagée, une concurrence résiduelle ou potentielle sub­siste, et bien souvent des concurrences par­tielles se perpétuent même entre les entre­prises cartellisées en portant sur la qualité, la présentation, les délais de livraison, etc... Dans la plupart des cas, nous sommes aujour­d'hui en face de ces « marchés imparfaits » sur lesquels s'est exercée la sagacité des modernes économistes. Le système corporatif au contraire ne laisse plus qu'une alternative entre deux formes de monopole dont nous aurons à parler.

Enfin, en raison de sa cohésion, le groupe est puissant et il est doué, comme tous les organismes vivants, d'une force d'expansion dont les grandes entreprises privées nous fournissent maints exemples (19). L'autodiscipline devrait consister alors en une auto­limitation, bien improbable d'ailleurs, car on sait quels entraînements subissent les indivi­dus comme les collectivités en périodes de prospérité. Il ne suffit pas d'avoir une con­ception de l'intérêt général pour modérer sa marche quand la route est belle et l'horizon clair, il faut une connaissance, assez peu répandue de nos jours, des nécessités du rythme.

L'action du groupé sur les prix.

Un tel groupe monopoleur va exercer son action sur les prix. Quand les corporations se trouvent en présence d'éléments non corporatisés, elles tendent à imposer leurs prix, quand elles ont à faire à d'autres corpora­tions, elles se heurtent plus ou moins violem­ment à elles. D'un côté, monopole unilatéral, de l'autre, monopole bilatéral.

Le cas du monopole unilatéral.

a) La théorie du monopole a été exposée avec soin dans le courant de ces dernières années par un grand nombre d'économistes et nous n'avons pas à y revenir (20).

Plaçons-nous dans l'hypothèse la plus favo­rable en supposant que le Comité directeur du groupe ait acquis le sens de l'intérêt géné­ral et ne cherche pas à obtenir uniquement le gain maximum. Il évitera toute sous-produc­tion rentable, c'est-à-dire qu'il s'abstiendra de réduire la production dans le cas où, grâce à une certaine rigidité de la demande, l'aug­mentation de valeur correspondant à la rareté croissante de l'offre ferait plus que compenser la contraction du volume des ventes (21).

Nous pouvons admettre dans ce cas que les dirigeants de bonne volonté désireront décou­vrir le prix normal, forme moderne du juste prix médiéval, qui a hanté nos hommes d'Etat depuis bien des années. Après avoir essayé de traquer le bénéfice anormal, nos législateurs ont visé ce prix normal par la loi du 19 août 1936 relative aux denrées de première nécessité en le considérant comme égal à la somme du coût réel et du bénéfice légitime (« rapport qui doit exister entre le prix d'achat et le prix de revente » art. 7). Ils étaient sur ce point d'accord avec la con­ception vulgaire et c'est ainsi sans doute que raisonneraient les chefs bien intentionnés des grandes unités corporatives. Or il y a là des dangers.

 D’abord le calcul du prix de vente doit se faire d’après le prix de remplacement des marchandises et non d’après le prix de revient sous peine de conduire à la ruine, en temps de hausse des prix, les entreprises dont la trésorerie est étroite. C’est pour parer à ce grave inconvénient que de bons esprits ont proposé la constitution d’un stock de base ou stock-outil, ensemble de marchandises à l’état de matières premières, de produits semi-ouvrés ou de produits finis, dont l’importance serait proportionnelle à celle du matériel et à celle du chiffre d’affaire de l’entreprise. Ce fonds de roulement devrait être maintenu en nature, non en valeur monétaire. Le supplément de bénéfices, après les prélèvements nécessaire à ce maintien, serait seul retenu pour le calcul des bénéfices normaux (22).

Si, au lieu d’envisager une période de hausse, nous supposons qu’une dépression mondiale survienne et entraîne un fléchissement des revenus nationaux, les prix établis à partir du coût dont les principaux éléments, intérêts, salaires, charges fiscales et sociales, suivent avec retard ou ne suivent pas du tout les mouvements des affaires, seront manifestement excessifs par rapport à la demande. Ou les prix de vente seront maintenus et les affaires se raréfieront, ou les prix de vente fléchiront et le profit considéré comme légi­time disparaîtra. De toutes manières, les entreprises iront à la ruine, plus ou moins rapidement suivant le degré d'élasticité de la demande.

Il est probable que les dirigeants de la cor­poration, notant une tendance de la demande à se restreindre, pour ce motif d'ordre géné­ral ou pour tout autre, par exemple à cause d'un changement de la mode, seront incités à fermer la profession en interdisant des créations et des extensions d'entreprises, au lieu de chercher à réduire les coûts et les prix pour susciter une demande nouvelle de la part d'acheteurs jusque là hors de portée.

Ajoutons encore que la fixation d'un béné­fice légitime est forcément arbitraire. On peut imaginer quelles pressions subiront les mem­bres des organismes chargés d'une tâche aussi délicate, de quelle force de caractère ils devront faire preuve.

Ce n'est pas tout : dans l'hypothèse corpo­rative, le prix est uniforme pour les produits identiques fournis par les diverses entrepri­ses, comme sur un marché ordinaire. Or les groupes réunissent des entreprises travaillant à des coûts divers qui correspondent à des différences dans la situation, l'outillage, l'or­ganisation, l'habileté des dirigeants ou du personnel, les proportions respectives des coûts fixes et des coûts proportionnels. Le prix devra couvrir le coût maximum afin d'éviter la ruine des entreprises défavorisées. En conséquence subsisteront les rentes, si souvent reprochées à nos économies.

Lorsque les prix sont fixés de la sorte sur le marché des produits, ils doivent l'être également sur celui des services et sur celui des capitaux. La corporation doit assurer l'équilibre entre l'épargne et l'investissement, obtenir l'auto-discipline de ce dernier et con­trôler le crédit : véritable direction économi­que, des plus délicates et dont les résultats sont fort douteux (23).

Le cas du monopole bilatéral

b) La question du prix dans le cas où les corporations, chacune dotée d'un monopole, s'opposent les unes aux autres, est encore très controversée. Les spécialistes ne sont pas d'accord sur le point de savoir si ce prix est déterminé ou non. Tout dépend du sens que l'on donne à ce mot. Si l'on considère comme déterminé un prix qui pourrait être prévu, c'est-à-dire calculé d'avance par un observa­teur connaissant toutes les données économi­ques du problème, nous verrons que le prix est indéterminé dans le cas qui nous intéresse ici. Si, au contraire, on admet qu'il y a déter­mination dès l'instant où l'on peut rassembler toutes les données, économiques ou non, mesurables ou non, tous les prix sont susceptibles d'être déterminés.

Lorsque les discussions s'engagent entre deux parties jouissant d'un monopole, l'une d'achat, l'autre de vente, chacune d'elles pousse à la hausse et résiste à la baisse ou inversement jusqu'au moment où d'une part elle n'a plus d'avantage à traiter et où d'autre part elle craint que l'adversaire ne se retire. Il y a donc des limites qui encadrent une zone dans laquelle se fixera le prix, mais, étant donné que les entreprises peuvent se décider à vendre temporairement à perte, en raison de l'importance des immobilisations qu'il faut amortir, cette zone est fort étendue.

Les théoriciens nous apprennent que le prix, au cas de monopole bilatéral, tend à se fixer à un point d'équilibre qui correspond soit au sacrifice égal minimum pour les deux parties, soit à l'avantage égal maximum pour elles, soit au maximum total d'avantages. Cette multiplicité de solutions possibles prouve déjà que la détermination du prix n'est pas absolue. Mais cette manière de voir ne nous offre qu'une approximation de la réalité. En effet, ces auteurs raisonnent sur deux unités opposées comme ils raisonne­raient sur des moyennes abstraites qui se heurteraient mécaniquement. En fait, chaque partie ne se borne pas à faire pression sur l'autre et à résister à la pression adverse jusqu'au moment où un équilibre est atteint. Elle tient compte de l'attitude probable de l'adversaire, c'est-à-dire estime dans quelle mesure celui-ci sera disposé à poursuivre la discussion plutôt qu'à conclure un arrange­ment, et à la suite de cette estimation peut se décider à traiter en deçà du point d'équi­libre ou à tenter d'aller au delà de ce point. Si par exemple deux unités industrielles se trouvent en présence, l'une vendeuse de matières premières et ayant une trésorerie aisée, l'autre acheteuse de ces matières et ayant une trésorerie étroite, chacune dotée d'un monopole respectif de vente et d'achat, le prix sera très différent suivant que la pre­mière ignorera ou non la situation de la seconde et suivant que la seconde jouera hardiment ou non son jeu.

L'action des parties dépend donc d'une double appréciation : chacune cherche à con­naître la situation de l'adversaire et l'opinion que cet adversaire a d'elle. Il y a des diri­geants de corporation, comme des dirigeants de cartels ou de syndicats, qui peuvent être téméraires, timorés, bluffeurs ou insouciants dans les négociations. Ces caractères particu­liers se compensent quand il y a sur le marché multiplicité de vendeurs et d'acheteurs, mais non dans le cas où des unités sont en pré­sence. Si donc le prix n'est pas complètement arbitraire, comme dans le cas d'une fixation par un tiers ou par l'Etat, on ne peut pas cependant le regarder comme déterminé, puisque nous nous trouvons avoir à faire à des facteurs psychologiques non mesurables et dont les influences sont imprévisibles (24).

Il va de soi que toutes les constatations pré­cédentes sont faites en supposant que les dirigeants des corporations sont des hommes à qui rien d'humain n'est étranger. C'est une hypothèse qui restera voisine de la réalité tant que ne seront pas intervenues des modi­fications psychologiques profondes dont nous aurons à parler.

Incertitudes et dangers du corporatisme d'Etat.

Nous avons raisonné jusqu'à présent sur une économie de groupes conforme à l'hypo­thèse d'un corporatisme d'association. Dans le cas d'une corporation conçue comme diffé­rente des groupes, représentant l'intérêt national et émanant du Gouvernement, c'est l'Etat qui décide souverainement. Il fixe les prix par l'intermédiaire des comités direc­teurs suivant les indications fournies par des statistiques plus ou moins exactes dans la mesure où les préoccupations économiques dominent et selon les conceptions personnelles des dirigeants dans la mesure où les préoccu­pations politiques ou éthiques l'emportent. De toutes manières, l'équilibre n'est assuré que par des tâtonnements successifs et coûteux. Le prix perd sa signification propre de point d'équilibre obtenu par la conjonction de for­ces opposées. Dès l'instant où interviennent des tiers par voie d'autorité, il n'a plus du prix que le nom et devient incapable de rem­plir son rôle de régularisation et d'orienta­tion. S'obstiner à l'appeler prix est une hypocrisie verbale. Il ne reste plus, dans ce cas, qu'à souhaiter que les fonction­naires chargés de la direction soient d'une compétence indiscutée et d'une conscience parfaite (25).

Quant au profit, il est maintenu en prin­cipe, lui aussi, mais il se rapproche du trai­tement du fonctionnaire ; en effet, les sur­profits dus au monopole et à la concurrence imparfaite tendent à être éliminés ; inverse­ment, l'Etat intervient en cas de difficulté pour soutenir les entreprises en péril de manière à éviter une diminution des salaires ou une fermeture de l'usine et il empêche ainsi la disparition totale de la rémunération des dirigeants (26).

Tout dépend évidemment de la mesure dans laquelle l'Etat saura assouplir le système de manière à le plier au rythme de la vie éco­nomique avec une marge suffisante de profit pour conserver un stimulant individuel.

Il ne faut pas se dissimuler que, lorsque l'Etat entre en jeu pour fixer les prix et les profits, il se charge d'une tâche redoutable. Pour peu qu'il soit faible, les épreuves de force qui se livrent autour des prix dans les économies de groupes reparaissent sous une forme indirecte : les intéressés s'efforcent d'agir sur les pouvoirs publics par la persua­sion, l'intimidation, la corruption, et, comme il s'agit d'intérêts collectifs, l'exploitation du vaincu est totale, car la responsabilité se dilue dans le groupe et nul ne prend cons­cience de la part qui lui incombe.

Le point de vue social.

Dans l'ordre social, la corporation n'échappe pas aux lois des groupes que Palante a fort bien énumérées à la fin du siècle dernier.

Conformément à la loi de conservation, elle cherche à grandir, à s'étendre, à acquérir la prépondérance. Toute vie, dit Nietzsche, est volonté de puissance et toute société acquiert un caractère « exploiteur ». D'où les innom­brables procès entre les anciennes corpora­tions, la tendance à l'exploitation des consom­mateurs, la difficulté d'une auto-limitation et les efforts en vue d'englober le plus grand nombre de sujets (métiers connexes) ou d'ob­jets (prix).

D'après la loi de continuité, le lien physio­logique se substitue aux autres liens sociaux lorsque ces derniers font défaut. De là vient que la corporation jadis s'est contractée, s'est repliée sur elle-même, est devenue étroite­ment familiale, a réservé l'accès à la maîtrise aux seuls fils ou gendres de maîtres.

La loi de grégarisme amène la solidarité économique à se transformer en contrôle et en contrainte. Palante cite à ce propos les corporations médiévales qui assujettissaient la vie privée de leurs membres à une étroite discipline.

La loi de conformisme, corollaire de la précédente, explique l'intolérance des groupes les uns vis-à-vis des autres.

Enfin la loi d'immobilisme s'applique avec d'autant plus de rigueur que le groupe est plus fragile, la moindre innovation risquant de détruire ce qui lui reste de cohésion, et elle se traduit par cette routine que l'on a cons­tatée en France dans les corporations lors de leur décadence (27).

Il est à remarquer que ces lois peuvent engendrer des effets heureux. « L'esprit de corps » est capable de susciter l'enthousiasme, l'héroïsme, la charité. La loi de conservation peut se traduire en besoin de grandeur, la loi de continuité en désir de sacrifice en faveur des générations à venir, la loi de grégarisme en sentiment de fraternité, la loi de confor­misme en volonté de discipline, la loi d'im­mobilisme en respect des traditions. Il semble­rait donc que tous les caractères changeraient pour ainsi dire de signe si l'inspiration géné­rale se modifiait. Ainsi en va-t-il de la gra­phologie, les mêmes traits ont deux signifi­cations différentes, l'une favorable, l'autre défavorable, suivant que l'écriture est consi­dérée dans son ensemble comme supérieure ou inférieure. Malheureusement, rien ne garantit que les élites seront placées à la tête des corporations. Cette association n'a en elle-même aucune vertu propre de redresse­ment, elle est une forme et nous sommes obligés de constater une fois de plus que tout dépend de l'esprit qui l'anime.

L'économie de groupes dans l'évolution actuelle.

Si, considérant les différents caractères de la corporation, on essaye de s'élever à une vue d'ensemble, il faut prendre garde de ne pas tomber dans l'erreur qui consiste à regar­der l'économie de groupes comme une éco­nomie individuelle dans laquelle l'unité se serait simplement dilatée. On commettrait une inexactitude analogue à celle que nous avons relevée ailleurs dans les comparaisons faites couramment entre les petites commu­nautés socialistes dont l'histoire nous offre des modèles et les nations socialistes que cer­tains voudraient instituer. Dans les deux cas, la différence entre les institutions confron­tées est de nature et non de degré. Les unités individuelles sur lesquelles raisonnaient les économistes classiques, douées de sensibilité, d'intelligence et de volonté dans une mesure extrêmement variable suivant les cas, supposées indépendantes les unes des autres, per­mettent à la loi des grands nombres de jouer. Or, nous savons aujourd'hui que les lois éco­nomiques sont des lois statistiques comme les lois physiques (28). Si donc nous avons à faire à un petit nombre de grandes unités, le degré de probabilité des lois va fléchir. Com­ment imaginer les équilibres envisagés par Walras sur les marchés des produits, des services, des capitaux, si au lieu de milliers de chefs d'entreprise, d'ouvriers et d'épargnants, il n'existe qu'un nombre restreint de corpora­tions et, qui plus est, de grandeur et de puis­sance inégales ?

Il est certain que les hommes tendent à s'agglomérer en fait depuis longtemps, et que le groupe peut être regardé à bien des égards comme la consécration d'un état de choses existant. Deux voies s'ouvrent alors au réfor­mateur: ou chercher à repersonnaliser l'hom­me, au besoin avec l'aide de l'Etat, ou admet­tre et accentuer l'évolution en légalisant une économie de groupes.

Si nous sommes en présence d'une écono­mie de bien-être, comme nos ancêtres la con­cevaient, la première solution est défendable, mais exige de la patience et du temps ; si nous avons à faire à une économie de puissance, telle que la conçoivent plusieurs de nos contemporains, la deuxième solution sera probablement préférée.

Nous nous arrêtons ici dans cet exposé, car nous sommes en présence d'un jugement de valeur. Mais nous comprenons maintenant pourquoi les théoriciens que nous avons cités sont enclins à déborder le cadre économique et à nous imposer des fins politiques et mora­les. Dans une économie de groupes, les équili­bres naturels anciens sont détruits. Il faut supposer une modification psychologique en admettant que l'homme est altruiste, comme fait G. Arias, ou faire intervenir l'Etat en prenant appui sur une donnée historique ou philosophique, comme fait Ugo Spirito. De toutes manières, les fins sont l'essentiel, ainsi que l'explique F. Vito.

Le dilemme ne doit pourtant pas être posé de manière simpliste dans les termes : moralisation ou étatisme. Les classiques ont admis la morale et l'Etat, mais avec une extrême modération et c'est en cela que leur doctrine est humaine. Ils savent que la moralité est indispensable au système qu'ils exposent, et même qu'ils vivent de leur temps : un régime contractuel exige le respect des contrats. Ils sous-entendent ce postulat qui est évident ; ils le sous-entendent même trop, car les com­mentateurs modernes ne l'ont pas toujours aperçu. Mais ils savent également que l'hom­me est faillible et ils placent l'Etat à côté de lui pour le surveiller.

Au total, le corporatisme est une doctrine extra économique dans une large mesure appliquée à un système de grandes unités professionnelles. L'équilibre s'établit dans le cas d'une auto limitation (morale) ou d'une contrainte extérieure (étatisme). Il en résulte fréquemment une tendance confes­sionnelle ou dictatoriale.

La nuance confessionnelle est d'autant plus normale que le corporatisme repose au fond sur un sentiment de méfiance à l'égard de l'homme actuel. Or, d'après la doctrine chré­tienne, les penchants naturels de l'homme
sont considérés comme mauvais et chacun de nous doit travailler à les redresser. M. Salazar fait .allusion aux « tendances vicieuses de l'humanité. » (29). A cet égard, nous sommes loin de l'individualisme qui fait confiance à
l'homme en le supposant, intéressé, mais non perverti.                      

La mutuelle attirance des deux formes de corporation.

Si différentes que soient la corporation d'association et la corporation d'Etat, elles s'attirent l'une l'autre curieusement.

D'une part la corporation d'association, même si elle se discipline, peut éviter diffi­cilement l'intervention de l'Etat quand elle est amenée à prendre des mesures d'impor­tance nationale, comme la fixation des prix, l'établissement d'un certificat d'aptitude, la fermeture d'une profession (30). Et si elle ne se discipline pas, non seulement les pouvoirs publics seront amenés à la diriger, mais c'est elle-même qui les appellera à son aide.

D'autre part, le corporatisme d'Etat n'est qu'une forme d'étatisme et l'on comprend que les pouvoirs publics souhaitent de voir jaillir du sol national des associations vivaces. Mais comme une invitation ne suffit pas, ils créent la charpente, ils éduquent les indi­vidus, ils prennent temporairement en mains l'organisation de l'économie avec le désir bien arrêté de préparer ainsi leur propre abdication. L'expérience portugaise, dont nous aurons à parler, nous offrira un modèle de cette méthode que nous résumerons par la formule : au corporatisme d'association par le corporatisme d'Etat.

Cette attirance mutuelle provient d'une double instabilité. Le corporatisme d'associa­tion ne trouve pas dans le milieu ambiant le support nécessaire (spiritualisme, notion d'in­térêt général, désir de collaboration, etc...) pour se suffire à lui-même ; le corporatisme d'Etat, s'il n'est pas temporaire et destiné à servir de cadre à un mouvement ultérieur spontané, n'est qu'un masque de l'étatisme et, théoriquement, se renie.

Louis Baudin

 (Sources : Le Corporatisme par Louis Baudin, Ed. L.G.D.J. – 1941)

 

Notes:

(1) La Tour du Pin,  Vers un ordre social-chrétien

(2) M. Manoïlesco, Le siècle du corporatisme

(3) Economie nationale corporativa ; Rome, 1929. L'economia corporativa ;  Florence,  1934.

(4) Cette  conscience n'est pas un principe  rationnel, écrit G. Arias. Suivant l'expression d'un commentateur, elle est « le concept normatif de l'utilité corporative » (P.  E. Taiviani, II concetto di ulilita nella teoria corporativa, Economia, juillet 1935). Sur la même  question,  voyez   M.  Troisi, Considerazione   nella  norma corporativa, Economia, janvier 1937

(5) Struttura   teorica   del   corporativismo.   come   economia   di
produttori, in Nuovi problemi politica, storia ed economia,  1932.
Economia e corporativismo, Ferrare, 1929.

(6)  I fondamenti della economie corporativa ;   Milan,  1932. Capitalisme e corporativismo ;  Florence, 1933.

(7) Cicli di produzione, cicli di credito e fluituazioni industriali, Giornale degli Economisti, mai 1931.

(8) Lezioni di economia politica corporativa ;  4e édit., Padoue, 1937,   tome   III,   titre   II,   chap.  XIV.

(9) Lo Stalo nel processo economico ;  Padoue, 1936, ch. XV.

(10)   Promesse  di economia   corporativa ;   Pisé,   1929.   Teoria generale  della  economia  politica nazionate ;   Milan,   1931.

(11)  F.   Vito,   Economia   politica   corporativa ;   Milan,   1939, ch. III.

(12) Dans le même sens, E. Coppola, La norma corporativa ; Rome,  1936. Cette norme est « une dogmatique nouvelle connexe aux principes éthiques et politiques ».

(13) F.  Vito, Lo stato  attuale della dottrina degli aggruppamenti di imprese in Italie, in Gli aggruppamenti di imprese nett economie corporativa ;  Milan, 1939. Cet économiste a écrit un  grand  nombre  d'études  sur  la  corporation. Citons,  en  ce  qui concerne la question des fins et le caractère éthique de l'économie corporative    :   L'essenza   dell’economia   corporativa,   in   Economia corporativa ; Milan, 1935. Sui fini dell'economia corporativa, Giornale degli Economisti ;   1935.

(14) Fr.  Feroldi,  I gruppi di  imprese  nell'economia corpora­tiva, in Gli aggruppamenti di imprese... ; op. cit., p. 115, note 1.

(15) F. Vite : Concorenza imperfetta, monopolio collettivo di economia corporativa in Gli aggruppamenti di imprese... ;   op. cit., P. 15.

(16) M. Caetano, Licoes de Direito Corporativo ; Lisbonne, 1936.

(17) Remarquons incidemment qu'il n'existe aucune opposition entre l'individualisme et le personnalisme, le deuxième n'est que le développement du premier, lequel n'a jamais admis l'isolement de l'homme et même a toujours reconnu la nécessité de certaines inter­ventions de l'Etat.

(18) La critique a été faite par M. Venditti, Negozii associa-tivi économie! ; Naples, 1938, p. 168. M. F. Feroldi répond que c'est là un fait interne qui peut et doit être combattu : / gruppi di imprese neilVconomia corporative, Economi'a, mars 1939, p. 246.

(18) La critique a été faite par M. Venditti, Negozii associativi économici ; Naples, 1938, p. 168. M. F. Feroldi répond que c'est là un fait interne qui peut et doit être combattu : I gruppi di imprese nell’economia corporativa, Economia, mars 1939, p. 246.

(19)  Fovel  compte  sur  cette  tendance  de  la corporation  pour éviter la stagnation.

(20) Pour tout ce qui concerne les prix, voyez nos ouvrages : La monnaie et la formation des prix ; Paris, 1936, et plus récem­ment : le mécanisme des prix ; Paris, 1940.

(2l) C'est le cas du « monopole social » de E. Staley, World Economy in Transition ;  New-York,  1939, p.  184.

(22) J.o., Déb. Parl.,Sénat, Séances des 15 et 22 février 1940 et proposition de loi Dommange.

(23) Voyez notre brochure : La réforme du crédit ; Paris, 1938, p. 107.

(24) Nous ne sommes donc pas d'accord avec M. F. Zeuthen (Du monopole bilatéral. Revue d'économie politique, 1933, p. 1651).

(25) Les hommes d'Etat eux-mêmes semblent n'avoir pas une idée claire des difficultés inextricables auxquelles ils se heurteraient s'ils devaient fixer les prix. Ils paraissent ignorer ce que les écono­mistes nomment « le calcul des valeurs ». C'est ainsi que M. Déat écrit à propos de la corporation : « Le prix sera fixé pour une période donnée et pour une denrée déterminée en tenant compte de tous les éléments et en assurant à chacun des producteurs, sala­riés ou non, à quelque échelon qu'ils soient placés, une rémunéra­tion normale et suffisante ». On juge du travail ! Nous renvoyons aux remarques pertinentes de tous ceux qui ont étudié la question de nos jours : Mises, Haiyek, Robbins, etc... (M. Déat, Corpo­ratisme et liberté ; op. cit., p. 54).

(26) Bruno Foa, II profitto nel sistema corporativo, Annali di statistica e di economia,  1935, vol.  III, p. 73.

(27)  Pour   l'analyse   générale   de   ces   lois,   voir   G.   Palante, Précis de sociologie ;   Paris,  1903.

(28) Voyez notre étude. La loi économique, dans l’ouvrage : Cournot ;   Padoue,  1939, p. 29.

(29)  Une révolution dans la paix ;  Paris, 1937, p. 148.

(30)   F.  Perroux,  Capitalisme et communauté de  travail ;   op. cit., p.  155 et suiv.

Imprimer

La super classe mondiale contre les peuples

Cette semaine, RMZ vous propose un entretien avec Michel Geoffroy, auteur de La super-classe mondiale contre les peuples, aux éditions Via Romana, avec une préface de Jean-Yves Le Gallou. Nous sommes entrés dans une nouvelle période qu’on peut qualifier de post-démocratie dans laquelle les véritables donneurs d’ordre politiques sont les marchés et les banques, c’est-à-dire au final une petite oligarchie qu’il nous faut connaître pour mieux la combattre… A la barre PGL, à la technique Wilsdorf

https://soundcloud.com/meridienzero/emission-n345-la-super-classe-mondiale-contre-les-peuples

 

mz 345 Emission n°345  La super-classe mondiale contre les peuplesEmission-n°345-la-super-classe-mondiale-contre-les-peuples

Imprimer

L’Appel de Chisinau, penser l’alternative au Capitalisme

Colloque international Moldavie CHISINAU ANTICAPITALISME

Un séminaire international qui s’est déroulé du 15 au 17 décembre 2017, avait pour thème « Les alternatives possibles au capitalisme financier ou spéculatif ». Cette seconde réunion de Chisinau (Moldavie) s’est voulue offensive contre le capitalisme.  Son manifeste est présenté plus bas (1). Pendant plusieurs jours se sont réuni un aréopage d’intellectuels, de spécialistes ou de personnes intéressées, de toutes tendances (2). Terre et Peuple y était.

Le Colloque international de Chisinau a été organisé par l’université populaire de Moldavie (Iurie Rosca), le mouvement Eurasiatique International (Daria Dugina), et le comité Jean Parvulesco (Emmanuel Leroy) mais surtout avec l’appui et le soutien du Président de la République de Moldavie, Igor Dodon. Merci à tous ceux qui ont rendu cet évènement possible. Nous rendrons compte de la quasi-totalité du discours du Président Dodon tellement l’engagement de ce président est fort. Pour certains autres participants, nous nous limiterons à des résumés. TV Liberté était présent aussi pour filmer les échanges que vous retrouverez en fin de texte (6).

Nous avons choisi de rester, dans ce résumé, plus orientés autour du thème principal « les alternatives possibles au capitalisme… ». Un autre article, très complémentaire, traitera d’aspects plus politiques, voire géopolitiques, c’est celui de Pierre-Antoine Plaquevent (2).

Lire la suite

Imprimer

Faux socialisme et vrai socialisme

Faux socialisme et vrai socialisme

Faux socialisme et vrai socialisme
par Robert Steuckers

Pourquoi s'interroger sur le passé et l'évolution passée du socialisme, à l'heure où, souvent, il recule électoralement en Europe, où il n'a plus ni projet politique cohérent ni bras armé, soviétique ou autre, où un individualisme forcené, gros de catastrophes sociales, prend le pas dans les mentalités post-modernes du ³premier monde², de l'engouement yuppy au burrowing du citoyen branché sur son petit monde virtuel?
Parce que le socialisme, qu'on le veuille ou non, demeure un réflexe, une aspiration, communautaire. Pour reprendre un discours aussi banal que réalitaire, l'homme n'est pas un être centré exclusivement sur lui-même, sur sa propre égoïté. Il est l'enfant de parents, il est aussi petit-fils ou petite-fille, frère ou soeur, père ou mère, cousin, voisin, collègue. En ce sens, il peut désirer le bien de son groupe ou des groupes au sein desquels il vit et agit, et hisser ce bien commun au-dessus de son bien-être individuel. Comme l'ont souligné tous les tenants des grandes religions et aussi les adeptes de l'humanisme classique, un homme peut sacrifier son bien-être pour ses enfants, pour une cause, pour toutes sortes de motifs qui transcendent la pure égoïté. Son intelligence et sa mémoire ins-tinctuelle (deux qualités qui ne sont pas nécessairement hétéro-gènes et incompatibles) peuvent donc postuler des sacrifices pour un temps sensé être meilleur mais qui doit encore advenir. L'homme n'agit pas seulement dans une perspective présentiste, mais table souvent sur le long terme, sur la prévision, parie sur l'avenir des siens. En énonçant ces banalités, qu'anthropologues et sociologues connaissent trop bien, notre but est de signaler l'inanité des théories philosophiques ou économiques qui postulent, têtues, un individualisme méthodologique et que cherche à imposer en tous lieux la marotte contempo-raine de la ³political correctness².

Un partie des tenants de l'idéologie des Lumières, à partir du XVIIIième siècle, tentera d'introduire dans la pratique politique quotidienne cette ³méthodologie individualiste²; d'autres jetteront les bases d'une politique sociale, souvent dans le sillage de ³despo-tes éclairés², autres figures, plus positives, des Lumières que les idéologues à la Destutt de Tracy ou les philosophes des salons parisiens. D'autres encore, dans le sillage de Herder et du Sturm und Drang, proposeront une émancipation des hommes et des âmes par un recours aux premiers balbutiements des cultures, aux émergen-ces culturelles et littéraires, où l'identité transparaît dans toute son originalité et sa belle ingénuité. En critiquant la méthodologie indi-vidualiste d'une partie des tenants de l'Aufklärung européen, nous ne rejettons pas pour autant toutes les facettes de cette Aufklärung, mais seulement celles qui ont connu une évolution folle, provoqué quantité de dysfonctionnements et imposé une idéo-logie schémati-que, qui sert de base à la ³langue de coton² (Huyghe), à un discours qui refuse tout débat et, enfin, à l'actuelle ³political correctness². La ³langue de coton² est une concrétisation de la Newspeak qu'Orwell stigmatisait dans son célèbre roman ³1984². Au contraire, nous pensons qu'un double recours aux facettes de l'Auf-klärung, négligées par le discours actuellement dominant, permet-trait de réamorcer le débat et de proposer à nos contemporains qui sont dans l'impasse, des politiques réellement alternatives.

Les dysfonctionnements de l'Aufklärung s'observent à plusieurs ni-veaux dans l'histoire européenne de ces deux cent dernières an-nées:

1. Dans les idéologies dérivées de la ³métaphore de l'horloge², ou ³métaphore de la machine², indice d'une vi-sion mécaniciste des rapports politico-sociaux, où chaque individu est perçu comme un simple rouage fermé sur lui-même, juxtapo-sable à d'autres rouages, sans filiation; le filon individualiste de l'Aufklärung adhèrera à cette vision métaphorique et schématique des rapports politiques et sociaux, en refusant une autre métaphore, émer-gente à l'époque, celle de l'arbre, prélude du romantisme et des philosophies poli-tiques organiques, où s'est imposé tout naturellement le principe de la génération;

2. Dans les mesures votées par l'Assemblée nationale française contre les systèmes corporatifs, les droits de coalition, etc.; l'organisation hyper-centraliste de la nouvelle république, où les maires représen-tent Paris et non pas les communautés urbaines ou villageoises; l'introduction d'un droit individualiste dans toute l'Europe par l'in-termédiaire des armées napoléoniennes; mesures qui conduiront certaines franges de la contre-révolution à se faire les champions de la justice sociale, contrairement à ce qu'affirme l'historiographie conventionnelle contemporaine;

3. L'avènement de la révolution industrielle sous le signe d'un droit individualiste en Angleterre et sur l'ensemble du continent;

4. L'élaboration de théories économiques mécanicistes et individua-listes;

5. L'émergence d'un socialisme qui n'a eu pour arrière-plan philosophico-idéologique qu'une pensée "scientifique" mécaniciste et indi-vidualiste.

Ce quintuple faisceau de faits a poussé le socialisme, organisé dans la IIième Internationale, puis le communisme dans la IIIième Internationale et enfin le trotskisme dans la IVième Internationale, sans compter ses multiples scissions et dissidences, à adopter les idées de l'Aufklärung la plus mécaniciste, machiniste et an-or-ganique et à rejetter comme ³contre-révolutionnaires² les autres li-néaments, plus pragmatiques, plus organiques ou plus culturels de l'Aufklärung émancipateur. Si le socialisme s'est effondré, c'est précisément parce qu'il a cultivé une véritable foi dans cette reli-gion mécaniciste, qui se croyait seule ³scientifique² et s'est effon-drée sous les coups de la science physique, dès 1875, avec la découverte du second principe de la thermodynamique, avec la physique quantique, l'avènement des sciences biologiques, etc. Le so-cialisme a survécu une centaine d'année à l'effondrement de son ³épistémologie² mécaniciste.

Si le socialisme, en tant que système partitocratique ancré dans l'histoire européenne, s'était d'emblée aligné sur les métaphores organicistes de la pensée de Herder et du romantisme, il serait aujourd'hui encore bien vivant. Toute pratique politique refusant la méthodologie individualiste doit rompre avec les paradigmes mécanicistes, illustrés au XVIIIième par les ³métaphores de l'horloge ou de la machine².

En effet, un pari sur la ³métaphore de l'arbre² aurait été plus démo-cratique: l'agent moteur de la machine est extérieur à la machine comme le despote est extérieur au peuple qu'il gouverne et administre. Le principe moteur de l'arbre, sa source d'énergie, son impulsion première, ré-side en son intériorité même. L'arbre se gouverne lui-même, son existence vitale n'est pas due à un agent extérieur qui actionne une clef ou un système d'engrenages pour le faire se mouvoir ou "vivre". De même, un socialisme organique, et non plus mécanique, aurait puisé dans l'histoire même du peuple qu'il aurait gouverné et protégé. L'histoire nous enseigne que les oligarchies socialistes ont commis l'erreur de sortir du peuple, ou de gouverner un peuple différent du leur au nom d'une très hypothé-tique ³solidarité internationale², sans compren-dre ou sans plus comprendre de l'intérieur les motivations de ce peuple. Les cri-tiques d'un Roberto Michels sur la Verbürgerlichung, Verbonzung und Verkalkung (embourgeoisement, domination progressive des bonzes du parti, sclérose) et la satire cruelle d'un George Orwell dans Animal Farm, où les cochons deviennent plus égaux que les autres, sont éloquentes à ce sujet et démontrent, si besoin s'en faut, que les socialistes et les sociaux-démocrates sont sujets à ce travers politique, c'est-à-dire celui qui consiste à adopter une idéologie sans profondeur qui les met en marge du gros de la population, relativi-se automatiquement le socialisme qu'ils proclament en discours et ne mettent que très maladroitement en pratique. L'oligarchisation des partis socialistes est un risque permanent qui guette le socialisme, à cause précisément du refus des ³bonzes² de s'immerger dans une substance populaire, qu'ils déclarent inéluctablement irrationnelle par nature, mais qui échappe très souvent au schématisme propret de la raison raisonnante qu'ils ont inscrite sur leur bannière.

Aujourd'hui, les socialismes de diverses moutures se déclarent les héritiers de la révolution française. Or, c'est la révolution française qui supprime les droits d'associations pour les compagnons, les manoeuvres, les ouvriers, les apprentis, de même que pour les corps de métier. Elle fait triompher un droit purement individualiste contre les droits associatifs et les approches différenciées du fait social. Tout au long du XIXième, les ouvriers tenteront de rétablir les associations traditionnelles par la voie du syndicalisme ou, en Angleterre, d'une forme communautaire de socialisme, le guild-socialism. Mais les oligarques des partis socialistes en place ont défendu leur idéologie réelle, pourtant contraire au socialisme de façade qu'ils proclamaient par ailleurs. Les ruptures successives, les scissions, les mutations multiples du discours des gauches ont, au fond, comme motif profond, le refus du mécanicisme individualiste de cette idéologie illuministe et "révolutionnaire". Aujourd'hui, justement, quand les oligarques des partis, les ³bonzes² de Roberto Michels, font montre d'un comportement insatisfaisant, voire d'une complicité avec certains réseaux mafieux (comme en Italie avec Craxi ou en Belgique avec l'affaire Cools qui déshonore ³Palerme-sur-Meuse²), le malaise se traduit à la base par une désertion de l'électorat et, en haut, chez les intellectuels, par des changements de paradigmes et, souvent, par un retour à l'indéracinable nostalgie de la communauté. Aujourd'hui, on reparle dans les cénacles de la gauche pensante, y compris aux Etats-Unis, de ³communautarisme². Discours qui oblige à redécouvrir des liens, des valeurs, que seuls les ³contre-révolutionnaires² du temps de la révolution française et de l'aventure bonapartiste avaient analysées ou défendues.

Généralement, les sources historiographiques relatives à la contre-révolution ne mentionnent, chez les auteurs contre-révolutionnaires, qu'une volonté de retourner à l'ancien régime et de remettre en selle les élites cléricales et aristocratiques renversées par la révolution. Or, parmi les auteurs considérés comme ³contre-révolutionnaires², il y a ceux qui veulent restaurer les libertés et les autonomies ouvrières, en critiquant l'individualisation extrême de la propriété dans le droit bourgeois, qui triomphe à partir de 1789 et se voit finalement codifié, ce que n'avait jamais osé faire l'ancien régime, même si une lente érosion des traditions de solidarité était à l'¦uvre depuis près de deux siècles. En France, la disparition des autonomies de tous ordres a été plus précoce qu'ailleurs en Europe. Les situations y variaient toutefois selon les provinces: à l'Ouest, les prélèvements seigneuriaux sont lourds, dans le Lyonnais, le Midi et la région parisienne, ils ont pratiquement disparus. A la veille de la révolution, le paysannat, alors fond du peuple puisque la révolution industrielle n'a pas encore démarré et que les ouvriers sont quantitativement peu nombreux en France,  s'opposent aux prélèvements trop élevés du clergé et du fisc, mais insistent partout sur le maintien des biens communaux, à la libre disposition de toute la communauté villageoise. S'il y a des émeutes avant 1789, c'est contre les détenteurs de "titres seigneuriaux" et contre ceux qui détiennnent une propriété privée installée sur une ancienne terre communale. On pourrait croire donc que le paysannat français, hostile aux privilèges seigneuriaux qui empiètent sur les terres communales, est acquis aux idées républicaines. Mais l'éventail de leurs revendications est réitéré après le grand bouleversement qui secoue la France: les assemblées révolutionnaires reconduisent et même alourdissent les impôts, instaurent une contribution foncière plus lourde que sous l'ancien régime (novembre 1790). On assiste, écrit l'historien Hervé Luxardo, à une révolution dans la révolution: la bourgeoisie renverse l'ancien régime dans les villes, installe son pouvoir qui heurte une paysannerie qui, graduellement, reporte l'hostilité qu'elle vouait aux nobles ou aux bourgeois devenus propriétaires d'anciens biens communaux, aux nouveaux possédants, les "foutus bourgeois", comme les appelait un paysan révolté de Dordogne en 1791. La révolte des campagnes ne distingue pas un noble, partisan du Roi, d'un bourgeois, adepte des théories de la révolution.  Quand l'Etat révolutionnaire vend les biens de l'Eglise, qualifiés de "biens nationaux", à des particuliers au lieu de les redistribuer aux villageois, les esprits s'échauffent et l'Ouest du pays s'enflamme: ce sera la chouannerie vendéenne et bretonne.

Pire, nous signale Hervé Luxardo, en décembre 1789, les Constituants abolissent les dernières assemblées populaires où votaient tous les chefs de famille pour les remplacer par des municipalités élues par les seuls citoyens actifs, c'est-à-dire les plus riches! Cette mesure aurait dû mettre fin à la légende d'une révolution française "démocratique". A partir de ce moment, ces notables, coupés d'un peuple qui n'a plus droit à la parole, régissent à leur guise les droits collectifs, si bien que le 28 septembre 1791, le pouvoir établit un "code rural" qui réduit pratiquement à néant le droit de bénéficier des terres, prairies, bois collectifs. Ceux-ci servaient à affronter d'éventuelles disettes et à subvenir aux besoins des plus démunis, surtout en période hivernale. René Sédillot, un autre historien français critique à l'égard de la révolution écrit: Désormais "il n'est plus permis aux vieillards, aux veuves, aux enfants, aux malades, aux indigents, de glaner les épis après la moisson, de profiter des regains, de recueillir la paille pour en faire des litières, de grapiller les raisins après la vendange, de rateler les herbes après la fenaison (...) il n'est plus permis aux troupeaux d'avoir libre accès aux chaumes, aux guérets, aux jachères". Bref, d'un trait de plume, les Constituants bourgeois éliminent la seule sécurité sociale que ces classes démunies détenaient. Cette lacune fera des classes pauvres, des "classes dangereuses", selon la terminologie policière. Les campagnes ne peuvent plus nourrir tous les villageois, provoquant un exode vers les villes ou vers les colonies, entraînant par la suite la naissance d'un socialisme désespéré, agressif.

Dans les villes, les métiers étaient organisés en confréries (maîtres et compagnons) et en compagnonnages (les compagnons seuls, face aux maîtres). Les compagnonnages organisent la solidarité des compagnons et font grève si leurs revendications ne passent pas. Le constituant Isaac Le Chapelier raye d'un trait de plume le droit de nommer des syndics, donc de former des syndicats, interdisant du même coup toute forme de coalition des salariés. Sédillot: "La loi Le Chapelier du 14 juin 1791, met fin à tout ce qui pouvait subsister de libertés ouvrières". Plus tard, le Code civil ignore la législation du travail. Le Consulat de Bonaparte instaure le contrôle policier des ouvriers en leur imposant le "livret". Aucune gauche ne peut être crédible si elle prétend simultanément être héritère de la révolution française, partisane de son idéologie, et défenderesse de la classe ouvrière. Le PS wallon est en contravention flagrante avec l'essence même du socialisme et de la solidarité sociale quand ses ténors comme Philippe Moureaux et Valmy Féaux entonnent des péans dithyrambiques sur la ³grrrrrande révolution² et glorifient sans vergogne les innommables crapuleries commises par les sans-culottes. Toute la lutte sociale du XIXième siècle est en fait une protestation et un refus de cette loi Le Chapelier. En termes philosophiques, l'idéologie mécaniciste de la république française de l'ère révolutionnaire est impropre à assurer les solidarités et entraîne une formidable régression sociale.

Les événements de la révolution française et l'avènement de la révolution industrielle en Angleterre induisent une nouvelle pensée économique de type mathématico-arithmétique, dont l'épitome demeure celle de Ricardo. Aucun contexte ni historique ni géographique n'est pris en compte et il faudra attendre le filon de l'"école historique" allemande, du Kathedersozialismus et de l'institutionnalisme (notamment américain) pour réintroduire des paramètres circonstanciels, historiques ou géographiques, dans la pensée économique, ruinant du même coup l'idée absurde qu'une et une seule science économique puisse unversellement régenter toutes les économies présentes et fonctionnantes sur la Terre.

En conséquence, le socialisme est une réaction contre l'Aufklärung, telle qu'elle a été interprétée par la révolution française et surtout par des Constituants comme Le Chapelier. En ce sens, le socialisme, dans les sentiments qui l'animait au début de sa carrière historique, est fondamentalement conservateur des libertés organiques, des biens commnaux et des modes d'organisation compagnonniques. Ce sentiment est juste (juste dérivant de ius, droit). Mais si le socialisme que nous connaissons actuellement est un échec ou une injustice ou une escroquerie, c'est parce qu'il a trahi les sentiments du peuple, de la même façon que les révolutionnaires français ont trahi leurs paysans. Un socialisme porté par un sens historique et organique, couplé à une doctrine économique héritière de l'"école historique" et du Kathedersozialismus, doit prendre le relais d'un faux socialisme, décontextualisé et mécanique, porté par des doctrines économiques mathématico-arithmétiques et une idéologie franco-révolutionnaire.

Robert STEUCKERS.
Novembre 1994.


Bibliographie:
- F.M. BARNARD, Herder's Social and Political Thought. From Enlightenment to Nationalism, Clarendon Press, Oxford, 1965.
- Michel BOUVIER, L'Etat sans politique. Tradition et modernité, Librairie générale de Droit et de Jurisprudence, Paris, 1986.
- Louis-Marie CLÉNET, La contre-révolution, Presses universitaires de France, Paris, 1992.
- Bernard DEMOTZ & Jean HAUDRY (Hrsg.), Révolution et contre-révolution, Ed. Porte-Glaive, Paris, 1989.
- Jean EHRARD, L'idée de nature en France à l'aube des Lumières, Flammarion, Paris, 1970.
- Georges GUSDORF, La conscience révolutionnaire. Les idéologues, Payot, Paris, 1978.
- Georges GUSDORF, L'homme romantique, Payot, Paris, 1984.
- Panajotis KONDYLIS, Die Aufklärung im Rahmen des neuzeitlichen Rationalismus, DTV/Klett-Cotta, München/Stuttgart, 1986.
- Panajotis KONDYLIS, Konservativismus. Geschichtlicher Gehalt und Untergang, Klett-Cotta, Stuttgart, 1986.
- Jean-Jacques LANGENDORF, Pamphletisten und Theoretiker der Gegenrevolution 1789-1799, Matthes & Seitz, München, 1989.
- Hervé LUXARDO, Rase campagne. La fin des communautés paysannes, Aubier, Paris, 1984.
- Hervé LUXARDO, Les paysans. Les républiques villageoises, 10°-19° siècles, Aubier, Paris, 1981.
- Stéphane RIALS, Révolution et contre-révolution au XIX° siècle, DUC/Albatros, Paris, 1987.
- Antonio SANTUCCI (Hrsg.), Interpretazioni dell'illuminismo, Il Mulino, Bologna, 1979 [in dieser Anthologie: cf. Furio DIAZ, "Tra libertà e assolutismo illuminato"; Alexandre KOYRÉ, "Il significato della sintesi newtoniana"; Yvon BELAVAL, "La geometrizzazione dell'universo e la filosofia dei lumi"; Lucien GOLDMANN, "Illuminismo e società borghese"; Ira O. WADE, "Le origini dell'illuminismo francese"].
- René SÉDILLOT, Le coût de la révolution française, Librairie académique Perrin, Paris, 1987.
- Barbara STOLLBERG-RILINGER, Der Staat als Maschine. Zur politischen Metaphorik des absoluten Fürstenstaats, Duncker & Humblot, Berlin, 1986.
- Raymond WILLIAMS, Culture and Society 1780-1950, Penguin, Harmondsworth, 1961-76.

 

http://robertsteuckers.blogspot.com/search?updated-min=2012-01-01T00:00:00-08:00&updated-max=2013-01-01T00:00:00-08:00&max-results=37

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites